AFP

Le coup de maître de Contador

Le coup de maître de Contador
Par Eurosport

Le 05/09/2012 à 18:04Mis à jour Le 05/09/2012 à 18:44

Alberto Contador a frappé un grand coup lors de la 17e étape. Parti à 50 km de l'arrivée, il s'impose en solo et s'empare du maillot rouge de leader. Alejandro Valverde (Movistar), deuxième sur la ligne, est le nouveau dauphin du Pistolero. Joaquim Rodriguez (Katusha) a craqué.

Enfin ! Après un nombre incalculable de tentatives en montagne, Alberto Contador a fini par décrocher la timbale, en attendant de toucher son Graal. Sur le parcours accidenté de la 17e étape, le leader de la Saxo Bank est venu frapper un grand coup, s'adjugeant la victoire d'étape au sommet de Fuente Dé et s'emparant du même coup du maillot rouge de leader. Parti à 50km du but, dans la Collada La Hoz (2e cat.), le Pistolero a largué la concurrence pour finir en solo. Une attaque que Joaquim Rodriguez n'a pas pris suffisamment au sérieux, mais qui l'a assommé. Puis, c'est Alejandro Valverde qui a effectué le second numéro du jour en lâchant Purito avant de partir en chasse derrière Contador. Sur la ligne, le leader Movistar échoue à six secondes de son compatriote. Contador devance désormais Valverde de 1'52" au général. Rodriguez est déjà à 2'28".

Même le terrible Cuitunigru n'avait pas suffi à faire craquer Rodriguez. Contador a donc choisi de porter le fer sur un nouveau terrain, présentant des pentes moins sévères mais offrant beaucoup plus de possibilités tactiques. "Je vais donner tout ce que j'ai", avait promis le Madrilène, mais tout le monde semblait attendre la Bola del Mundo, dernière ascension décisive, samedi. Avec l'appui d'équipiers lancés à l'avant de la course, et notamment Sergio Paulinho, c'est pourtant dans la plaine que le Pistolero a creusé un avantage encore maigre au sommet de La Hoz. Le leader de la Vuelta surpris et rapidement esseulé, le leader de la Saxo Bank a mené le reste de sa course à sa main, bénéficiant de la complicité de son ancien coéquipier chez Astana Paolo Tiralongo avant de résister en solitaire dans l'ascension finale.

Purito cerné de toutes parts

"Il est clair qu'il faut que je me colle à la roue de Contador", clamait jusque-là le coureur Katusha après avoir répondu sans sourciller à une vingtaine d'accélérations tranchantes de son rival. Un simple moment d'inattention a suffi à faire voler en éclats l'avance difficilement conquise après deux semaines et demie d'effort. Dix secondes, puis vingt et bientôt plus d'une minute. Purito paye cash les quelques mètres accordés au natif de Pinto. "Je le connais depuis plusieurs années et je sais ce que je dois faire", pensait-il à tort, une nouvelle fois dépossédé de sa tunique de leader dans la phase finale d'un grand tour.

Pris en défaut par l'offensive de la formation danoise, Rodriguez a même fini par craquer, cédant sur l'accélération de Valverde à 10 km du but. Abandonné sur les routes de Cantabrie, le maillot rouge subit un sérieux retour de bâton, victime de son ancien équipier sous les couleurs de la Caisse d'épargne. Lors de la 4e étape, vers Valdezcaray, la Katusha avait profité d'une chute de Valverde pour rouler, Rodriguez s'emparant de la première place du classement général ce jour-là. Cette fois, c'est à la pédale que le leader, saoulé de coups, a fini par céder.

SUIVEZ LA VUELTA SUR EUROSPORT, EUROSPORT.FR ET EUROSPORT PLAYER

0
0