AFP

Contador, la bonne opération

Contador, la bonne opération
Par Eurosport

Le 29/08/2012 à 17:46Mis à jour Le 30/08/2012 à 11:40

Deuxième du contre-la-montre remporté par Kessiakoff, Alberto Contador (Saxo-Bank) revient à une seconde de Joaquim Rodriguez et distance par la même occasion Christopher Froome au général.

Cette fois-ci, le doute n'est plus permis. Alberto Contador (Saxo-Bank) est bel et bien de retour. Particulièrement en jambes jusqu'ici, attaquant notamment à six reprises à l'Alto d'Arrate à l'occasion de la première semaine de course, l'Espagnol s'est de nouveau distingué lors du contre-la-montre individuel entre Cambados et Pontevedra (39,4 km), 11e étape de la Vuelta. S'il n'a pu s'adjuger la victoire d'étape, la faute à un Fredrik Kessiakoff (Astana) des grands jours, le leader de la Saxo-Bank a montré qu'il n'avait perdu de sa superbe, sur un parcours destiné aux coureurs complets, revenant à une seconde du maillot rouge Joaquim Rodriguez (Katusha) et prenant ses distances - 15 secondes au général - sur son principal adversaire, Christopher Froome (Sky). A la surprise générale, Alejandro Valverde (Movistar), pénalisé par sa chute lors de la 4e étape, est parvenu à rester au contact. Ils sont donc désormais quatre à se tenir en moins d'une minute.

Mais c'est bien Alberto Contador qui a fait la plus forte impression. Dès le premier pointage, le 'Pistolero' a dégainé, mettant Froome à 4 secondes et Rodriguez à 26, avant d'accentuer un peu plus cet avantage -22" sur le Britannique et 1'16" sur son compatriote- au second point intermédiaire. "Peut-être qu'il aurait pu prendre quelques secondes de plus au sommet, ce qui aurait assuré le maillot", a regretté son directeur sportif, Bradley McGee. "Mais la performance montre très clairement qu'il est en train de retrouver le rythme. Il confirme nos espoirs."

Rodriguez tient la dragée haute

Le leader de la Saxo-Bank, qui avait profité de sa suspension pour reconnaître à huit reprises le parcours dans ses moindres détails, est au final parvenu à grappiller suffisamment de temps pour faire la bonne opération du jour. Mais pas assez pour venir à bout de Kessiakoff... Auteur d’un bon Tour de France et vainqueur d'un chrono sur le Tour de Suisse, le Suédois a confirmé sa bonne passe actuelle en dominant le carré d'as, toujours emmené par Joaquin Rodriguez.

Car c'est l'autre enseignement du jour, le leader de la Katusha et actuel maillot rouge n'a pas démérité. Guère spécialiste de ce genre d'épreuve, le Catalan, qui s’attendait à perdre deux à trois minutes, s'est battu comme un beau diable pour garder son bien... ce qu'il a fait de la plus belle des manières. Rodriguez a en effet terminé à une très belle 7e place, à 1'16" seulement de Kessiakoff. "J'ai fait du très bon travail aujourd'hui, a-t-il déclaré. Mais il faut prendre jour après jour. Avec Contador à une seconde, j'ai un diable à mes trousses. Et avec Froome à une poignée de secondes, aussi..."

0
0