Eurosport

Gilbert annonce la couleur

Gilbert annonce la couleur
Par Eurosport

Le 07/09/2012 à 18:47Mis à jour Le 07/09/2012 à 19:59

Après Barcelone, Philippe Gilbert a signé une seconde victoire d'étape, vendredi à La Lastrilla. Valverde, 2e du jour, grappille du temps.

Philippe Gilbert confirme son statut de favori pour la prochaine course en ligne des championnats du monde de Valkenburg. Après avoir surmonté Montjuich pour s'imposer à Barcelone (9e étape), le Belge a frappé de nouveau à La Lastrilla, vendredi (19e étape). Dans les faubourgs de Ségovie, patrie de Pedro Delgado, le coureur BMC a démarré en costaud après la flamme rouge, pour venir s'imposer après une morne journée.

A force de nous avoir habitués à du mouvement pratiquement tous les jours, on a bien failli s'ennuyer ferme entre Penafiel et La Lastrilla. Les organisateurs avaient de plus décidé de rallonger le tracé de cinq kilomètres (183 au lieu de 178 km) et d'amputer la côte finale qui ne proposait plus qu'un kilomètre délicat (5-6%) au lieu de deux. Pas de bon augure pour le spectacle, surtout à la veille d'une passe d'arme annoncée de longue date à Bola del Mundo et la volonté de s'économiser un peu.

Valverde, l'autre grand vainqueur

Et le scénario a tenu toutes ses promesses... Partis dès le premier kilomètre, Aitor Galdos (Caja Rural) et José Vicente Toribio (Andalucia), sans doute les deux derniers de leurs formations respectives à n'avoir pas pris une échappée depuis le départ de la Vuelta, ont compté dix minutes d'avance avant de se faire reprendre à 27 derniers kilomètres de l'arrivée une fois que les équipes eurent enfin décidé d'accélérer un tempo en mode adagio jusque-là et de lancer les premières manoeuvres. Histoire aussi de ne pas finir avec une heure de retard sur le programme...

Ceux qui pensaient que les ténors allaient en garder sous la pédale en vue de l'explication de samedi en ont eu pour leurs frais. Première à se mettre en ordre de bataille, la Movistar a déclenché les hostilités en faisant exploser le peloton à un peu plus de 15km du but, relayée ensuite par Katusha. Réduit à une quarantaine d'unités, le groupe de tête a dès lors assisté à une bataille entre les deux dauphins d'Alberto Contador au général.

Sans s'avouer encore battu pour la victoire finale, Joaquim Rodriguez a également d'autres chats à fouetter. Maillot vert sur le dos, il a donc lancé l'assaut pour le second sprint du jour. Mais comme souvent depuis le début de cette Vuelta, un homme parvient à le mater au sprint. L'accélération de Valverde lui a été une nouvelle fois fatale et c'est le Murcien qui hérite des six secondes de bonification et des quatre points pour revenir à trois points au classement. Un avant-goût amer de l'arrivée pour le coureur de Katusha. Car sur un tracé final qui aurait pu lui plaire, il a cédé.

Gilbert répète ses gammes

Seul autre coureur à avoir battu Purito, Gilbert ne s'est donc pas privé de signer une nouvelle victoire. Parti sous la flamme rouge, lorsque la pente s'est soudainement élevée, le Belge a repris Nicolas Roche (AG2R), qui pensait avoir réussi un bon coup en partant de loin, Ben Swift (Sky) qui espérait prendre la roue du Belge pour mieux faire parler sa vitesse. Même John Degenkolb, grand battu de la veille, y a cru, jetant toutes ses forces dans la bataille avant de s'avouer vaincu à 200m de l'arrivée. A quinze jours de l'épreuve en ligne des Mondiaux, Gilbert se rappelle donc au bon souvenir de tous avec ce second succès d'étape. Une fois encore après une côte. De bon augure pour lui avant le Cauberg.

Si le Wallon restera le vainqueur au palmarès, l'autre grand bénéficiaire de la journée est incontestablement Valverde. Coincé dans la roue de Purito, El Imbatido a démarré à 100m de la ligne. Trop tard pour la gagne, mais suffisant pour surprendre Rodriguez et empocher huit secondes supplémentaires. Lancé à sa poursuite, son coéquipier Moreno n'a pas réussi à l'en priver. Un mouvement qui également provoqué une légère cassure dans le groupe, offrant trois secondes supplémentaires à Valverde sur Contador. Avant l'ultime étape de montagne, il n'y a plus que 1'35" d'écart entre les deux hommes. Il le disait lui-même : Non, le Pistolero n'a pas encore gagné la Vuelta.

SUIVEZ LA VUELTA SUR EUROSPORT, EUROSPORT.FR ET EUROSPORT PLAYER

0
0