AFP

Rodriguez grappille encore

Rodriguez grappille encore
Par Eurosport

Le 03/09/2012 à 17:47Mis à jour Le 04/09/2012 à 01:26

Sorti indemne du terrible Cuitunigru, Joaquim Rodriguez a une nouvelle fois résisté à Alberto Contador avant de dominer l'emballage final. Le Catalan prend six secondes d'avance supplémentaires sur son rival au terme d'une étape extrême, remportée par l'Italien Dario Cataldo.

Intouchable. Même sur les pentes les plus affolantes. Jeté avec l'ensemble du peloton de la Vuelta sur les rampes invraisemblables du Cuitunigru (2,8 km à 13% de moyenne et de nombreux passages au-dessus de 20%), Joaquim Rodriguez n'a pas cédé d'un pouce dans un duel homérique avec Alberto Contador. Toujours prompt à flinguer lorsque le terrain s'y prête, el Pistolero a de nouveau multiplié les démarrages. Sans succès, Purito sautant à chaque fois dans la roue de son premier rival avant de le déborder, une nouvelle fois, dans les derniers hectomètres. A moins d'une semaine de l'arrivée à Madrid, Rodriguez consolide son maillot rouge, avec une avance de 28 secondes sur Contador.

Quitte à adopter un format de course un peu particulier, les organisateurs de la Vuelta ont souhaité assurer spectacle et suspense tout au long des trois semaines de course. Les pentes extrêmes du Cuitunigru, dont le revêtement a subi un rafraichissement salutaire moins de dix jours avant le passage des coureurs, ont offert aux spectateurs des scènes saisissantes. Dario Cataldo, vainqueur à bout de souffle, déjà effondré sur son vélo lorsque Thomas De Gendt franchit la ligne en zigzagant avec seulement sept secondes de retard. Joaquim Rodriguez et Alberto Contador, grimpeurs flamboyants lancés dans un duel à moins de 10 km/h dans le final d'une étape décisive.

Rodriguez manœuvre Contador

Pour le suspense, Joaquim Rodriguez reste à portée d'Alberto Contador, et chaque mètre aurait pu voir l'un des deux derniers prétendants à la victoire finale céder. Mais lorsque Purito, plus que jamais impérial, a montré sa capacité à prendre la roue de son rival à chaque accélération, un scénario s'est peu à peu dessiné. Celui qui se répète depuis trop longtemps déjà pour Contador : qu'importe le nombre de fois où il tente sa chance, el Pistolero est incapable de décrocher durablement le maillot rouge et subit la loi de Rodriguez au sprint.

Le vainqueur du Tour d'Espagne 2008 a bien tenté de durcir la course, en vain. Pourtant, après deux premières heures de course menées tambour battant, Purito affichait quelques signes de faiblesse dans l'ascension du puerto de la Cobertoria, avant-dernière difficulté du jour. Dans un jeu de dupes dont le maillot rouge est sorti vainqueur, une image surprenante venait enflammer une étape animée de bout en bout : Joaquim Rodriguez, Alberto Contador et Alejandro Valverde occupaient les trois dernières places d'un peloton étiré par le rythme des Saxo Bank. Deux heures plus tard, la route livrait une toute autre vérité, avec les trois Espagnols et Rodriguez dominateurs tandis que Froome cède un peu plus de terrain.

0
0