AFP

Les 5 choses à savoir sur Kenny Elissonde (FDJ.fr)

Les 5 choses à savoir sur Elissonde
Par Eurosport

Le 14/09/2013 à 23:17Mis à jour Le 15/09/2013 à 13:32

À 22 ans, Kenny Elissonde s'est révélé en s'imposant sur l'Angliru, samedi. Voici les 5 choses à savoir sur le jeune et prometteur Français de la FDJ.fr.

Un début de carrière dans la roue des Pinot

Auréolé d'un titre de champion de France dès sa première année juniors, Elissonde s'est alors mis en quête d'un centre de formation idéal et l'exemple de Thibaut Pinot l'inspire. "Il nous a contactés au CC Étupes, se souvient Julien Pinot, c'était l'année où Thibaut (déjà membre du club) a fait une grosse saison. Naturellement, je me suis occupé de lui à partir de cette époque, fin 2009." Julien devient alors son entraîneur personnel et convainc l'espoir francilien de rejoindre la FDJ malgré les sollicitations de grosses formations étrangères (notamment la Quick Step). Elissonde suit ainsi les pas de Thibaut Pinot. Sur cette Vuelta, il est venu aider le fer de lance de la nouvelle génération de grimpeurs français et c'est pour Pinot qu'il s'est accroché, transi de froid vers Andorre. "Il était juste devant la voiture-balai, raconte Julien, il avait 25 minutes de retard et il s'est battu pour arriver au courage, en pensant à ce qu'il pouvait encore apporter à Thibaut."

Habitué du Centre Pompidou

Chez Kenny Elissonde, il y a les jambes, bien sûr, mais aussi la tête. Y compris loin du vélo. "Il est cultivé", décrit son entraîneur Julien Pinot, avançant un intérêt pour "la lecture, la peinture et la mode". Le jeune grimpeur ne s'en cache pas : les fringues, c'est important pour lui, même s'il ne se voit pas en fashion victim. De toute façon, il préfère mettre en avant son goût pour la littérature et l'art. Notamment le Centre Pompidou, à Paris. "J'adore ce musée d'art contemporain, expliquait-il à L'Equipe début juin. C'est à 20 minutes de chez moi. Récemment, j'ai beaucoup aimé l'expo Dali."

Plus c'est dur, plus il aime

Kenny Elissonde n'est pas tout à fait masochiste mais il aime "quand les montées sont raides et difficiles". Avec son gabarit (1m69, 52kg), il présente "le profil parfait du grimpeur", selon son entraîneur. Les coureurs plus lourds peuvent l'asphyxier sur des bosses roulantes mais l'Angliru, c'était parfait pour lui. Dans un style peu esthétique, le poids plume s'arrache sur la route avec une efficacité redoutable. Même l'expérimenté Paolo Tiralongo a cédé dans sa roue et un client comme David Arroyo n'est pas parvenu à revenir sur lui. Chez les jeunes déjà, il brille sur les courses les plus dures et notamment le tour de la Vallée d'Aoste, qu'il finit septième à seulement 19 ans. L'occasion d'affirmer des capacités de récupération réaffirmées sur cette VUelta 2013, son premier grand tour.

Un grimpeur né au milieu de nulle part

Kenny Elissonde s'en amuse : sur les vidéos de sa naissance, en plein juillet à Longjumeau (Essonne), on peut percevoir les commentaires du Tour de France en fond sonore. À part ça, le Francilien a grandi dans un milieu dénué de cyclisme. Et ce ne sont pas les routes de l'Essonne qui lui ont permis de développer son goût pour les longues ascensions. "Quand il était à Etupes, je l'hébergeais chez moi (dans les Vosges), explique Julien Pinot, et depuis qu'il est passé pro, il va chez des amis dans les Pyrénées." Elissonde retrouve alors sa montée fétiche, celle de Superbagnères, sur laquelle il a remporté la Ronde de l'Isard en 2011. Il y a aussi les stages en altitude organisés par la FDJ.fr. Le reste du temps, il partage le quotidien de cycliste francilien de Tony Gallopin et Yoann Offredo.

Nibali et Rodriguez le connaissaient déjà

Champion précoce, Kenny Elissonde a vite fait valoir ses qualités. Simple stagiaire sur le Tour de Burgos 2011, il finit meilleur jeune de l'épreuve. Treizième, le jeune espoir est à un peu moins de 4' du vainqueur, Joaquim Rodriguez, qu'il retrouvera début 2013 sur le Tour d'Oman. Purito remporte l'étape reine devant Froome, Evans, Contador, Nibali et Elissonde ! À l'étranger, la presse spécialisée fantasme sur ce représentant méconnu de la Nouvelle vague française. Sur l'Angliru, journalistes et coureurs ont pu mesurer un peu mieux le talent d'Elissonde.

0
0