From Official Website

Les favoris au crible

Les favoris au crible
Par Eurosport

Le 08/05/2010 à 00:22Mis à jour

Sans le tenant du titre (Menchov) ni le lauréat 2008 (Contador), le Giro 2010 s'élance samedi d'Amsterdam. Une 93e édition particulièrement ouverte sur le papier. Voici les principaux favoris, parmi lesquels on retrouve surtout beaucoup de trentenaires, d'Evans à Sastre en passant par Basso.

LA COTE D'EUROSPORT.FR

5 étoiles: Cadel Evans

4 étoiles: Carlos Sastre

3 étoiles: Ivan Basso, Alexandre Vinokourov

2 étoiles: Damiano Cunego, Stefano Garzelli, Vladimir Karpets, Michele Scarponi, Bradley Wiggins

1 étoile: Domenico Pozzovivo, Vincenzo Nibali, Marco Bruseghin, Christian Vandevelde, Jose Serpa, Gilberto Simoni, Rigoberto Uran, David Moncoutie, Paolo Tiralongo, David Millar, David Arroyo, Linus Gerdemann, Francesco Masciarelli

___________________________________________________________________________________________

dpa

Et si c'était son année? Après un début de saison discret, Cadel Evans a fait honneur à son maillot de champion du monde, notamment lors d'une campagne de classiques très réussie, avec en point d'orgue sa victoire dans la Flèche Wallonne. Il est en forme, en pleine confiance et totalement libéré par son titre mondial. Il n'a rien à envier aux autres prétendants, bien au contraire. Intrinsèquement, et sur la condition du moment, il est notre favori numéro un. L'Australien devra toutefois surmonter trois problèmes: il est le meilleur rouleur du lot, mais la faible part des chronos ne lui permettra pas de profiter de cet avantage. Son équipe n'est pas la plus solide. Loin de là. Enfin, il n'a plus mis les pieds sur le Giro depuis 8 ans. Sa connaissance du terrain est donc moindre par rapport aux Italiens ou même à un Carlos Sastre.

___________________________________________________________________________________________

From Official Website

A ce jour, Carlos Sastre compte quatre participations au Giro. Depuis 1999, l'Espagnol a pris l'habitude de se rendre en Italie tous les trois-quatre ans. 101e en 99, 38e en 2002, 43e en 2006, le leader de Cervelo reste sur une belle 4e place et deux victoires d'étape en 2009. Cette année, l'ancien coureur de la CSC a dérogé la règle et ne visera que la victoire finale : "L’an passé, j’ai fait un super Giro et je voulais revenir. Le fait de n’avoir jamais gagné cette course me donne une motivation spéciale. Et cette année, le parcours est très attractif pour un coureur qui a mes caractéristiques", a commenté le Madrilène de 35 ans. Son équipe a été construite autour de lui et est "prête à se donner à fond" (pour lui), selon Alexandre Sans Vega, son directeur sportif.

___________________________________________________________________________________________

AFP

L'équipe Liquigas a enregistré un coup dur cette semaine avec le cas Franco Pellizotti, suspendu par l'UCI à titre conservatoire. Mais pour Ivan Basso, la disparition de son encombrant coéquipier n'est pas forcément une mauvaise nouvelle. Certes, il perd un potentiel soutien de poids, mais Pellizotti avait l'intention de travailler pour lui-même plutôt que pour Basso. Au moins est-il désormais investi des pleins pouvoirs au sein de son équipe. La présence de Vincenzo Nibali (qui remplace Pellizotti) peut le servir. Le jeune Italien sera là pour aider son aîné. Basso n'est plus le coureur dominateur qu'il fut en 2005-2006, celui qui était capable de dynamiter la course au train en montagne et de rivaliser avec les meilleurs rouleurs dans les épreuves chronométrées. Mais il demeure un sérieux client dans une course de trois semaines. Pour lui, le podium est un objectif minimal. Mais il a perdu l'habitude de gagner. Depuis son retour de suspension, il n'a signé qu'une seule victoire, il y a un peu plus d'un an, en avril 2009.

___________________________________________________________________________________________

AFP

 On peut avoir 36 ans et participer à son premier Tour d'Italie. Dès samedi, Alexandre Vinokourov va découvrir le Giro, "sans aucune pression". De retour à la compétition depuis juillet 2009, après deux années de suspension pour dopage, le Kazakh n'a pas mis longtemps à retrouver le meilleur de sa forme. Pour preuve, ses récents bouquets sur Liège-Bastogne-Liège et sur le Tour du Trentin. Que doit-on attendre de "Vino" sur ce Tour d'Italie 2010 ? "Si je suis en forme, tout est possible. Si j'ai une bonne condition et de la motivation, peut-être que je finirai sur le podium", a-t-il expliqué sur Sporza dernièrement. Il fait partie incontestablement des candidats au podium final, même si l'absence de chrono digne de ce nom ne jouera pas en sa faveur.

___________________________________________________________________________________________

dpa

 La moyenne d'âge des prétendants est décidément bien élevée cette année. D'Evans à Vinokourov, de Sastre à Basso, les trentenaires voient la vie en rose. Stefano Garzelli entre également dans cette catégorie. Dix ans après son unique victoire dans le Giro, il demeure un des meilleurs spécialistes de l'épreuve. Expérimenté, régulier, toujours à l'aise en altitude, il a prouvé en remportant Tirreno-Adriatico au mois de mars qu'il demeurait pour le moins compétitif à 36 ans. Au point de viser à nouveau la gagne? Ce sera difficile, d'autant que la faiblesse de son équipe va l'handicaper dans le chrono collectif de Cuneo, où de gros écarts pourraient être creusés. Mais il reste un client potentiellement dangereux.

___________________________________________________________________________________________

Imago

 Tous les ans, depuis 2004, c'est la même chose avec Cunego. On annonce l'Italien dans les favoris et celui-ci ne daigne être à la hauteur des attentes placées en lui. Vainqueur de l'épreuve et de quatre étapes il y a six ans, à seulement 22 ans, le "Petit Prince" reste à la recherche d'un deuxième succès. Son édition 2009 (19e) ne parle pas pour lui. Est-il encore capable de gagner un grand Tour ? Les mauvaises langues affirment le contraire, cataloguant aujourd'hui le Transalpin comme un "simple" coureur de classiques. Au sein de la Lampre, Cunego retrouvera Gilberto Simoni, qui devrait être confiné dans un rôle de lieutenant. Les deux hommes ne sont pas les meilleurs amis du monde, c'est un fait. Mais ce Giro 2010 pourrait leur permettre de se réconcilier. En montagne, Cunego sera probablement rapidement esseulé, Paolo Tiralongo et Marzio Bruseghin ayant quitté l'équipe de Giuseppe Saronni. Bon courage !

___________________________________________________________________________________________

Imago

Il ne devait pas faire le Giro. Mais après sa 5e place dans le Tour de Romandie, le Russe a senti que la forme était là. Alors il a demandé à son équipe de l'aligner au départ à Amsterdam et a obtenu gain de cause. Ancien très grand espoir du cyclisme mondial, Karpets n'a jamais tout à fait confirmé son immense potentiel. A 23 ans, il terminait dans le Top 15 du Tour de France mais sur trois semaines, il n'a jamais réellement franchi le cap depuis, malgré sa 7e place sur le Tour d'Italie en 2005. Ce Giro sera-t-il celui de la consécration pour lui? Il se retrouve en tout cas au sein d'une formation Katusha prête à jouer sur tous les tableaux: sprints (McEwen), victoires d'étapes (Pozzato) et général (Karpets).

0
0