Getty Images

Tour d'Italie : Sam Bennett remporte la 12e étape au sprint

Bennett récidive

Le 17/05/2018 à 17:14Mis à jour Le 17/05/2018 à 18:20

TOUR D'ITALIE - Plus malin que ses adversaires, Sam Bennett les a piégés à moins de 500 mètres de l'arrivée pour remporter, jeudi, la 12e étape qui arrivait à Imola. Il s'agit de la deuxième victoire lors de ce Giro pour le coureur de la Bora-Hansgrohe, qui a devancé sur la ligne Danny van Poppel et Niccolò Bonifazio. Le classement général, lui, ne bouge pas.

Sam Bennett est dans la forme de sa vie ! Le sprinteur irlandais de la Bora-Hansgrohe a décroché un deuxième succès sur le 101e Giro, ce jeudi à Imola lors de la 12e étape. Il a lancé son sprint à 400 mètres de l'arrivée, avalé Matej Mohoric (Bahrain-Merida) et Carlos Betancur (Movistar), puis devancé Danny van Poppel (LottoNL-Jumbo, 2e) et Niccolo Bonifazio (Bahrain-Merida, 3e) sur la ligne. Aucun grand favori n'a perdu de temps, malgré une fin de course rendue très nerveuse par la pluie et un profil vallonné.

Un final débridé

C'est à 30 bornes du but que la journée jusqu'ici tranquille des candidats à la victoire finale a pris un tout autre tournant. Le peloton a brutalement accéléré et s'est scindé en deux sur une route détrempée. Domenico Pozzovivo (Bahrain-Merida, 4e du général) Richard Carapaz (Movistar, 5e), George Bennett (LottoNL-Jumbo, 6e), Alexandre Geniez (AG2R La Mondiale, 18e) et le sprinteur Elia Viviani (Quick-Step Floors) ont été piégés dans cette cassure. Tous sont revenus à l'avant de la course… sauf Viviani.

Marco Frapporti (Androni Giocattoli-Sidermec), Mirco Maestri, Manuele Senni (Bardiani CSF), Jacopo Mosca et Eugert Zhupa (Wilier Triestina - Selle Italia), membres de la longue échappée du jour qui n'a jamais compté plus de 4'15" d'avance, ont vite été repris dans ces conditions. Tim Wellens (Lotto Fix All) a alors tenté d'anticiper, mais c'est le duo Diego Ulissi (UAE Emirates) - Carlos Betancur qui a viré en tête, à 7,6 km de l'arrivée, au sommet d'une bosse de 4,3 km à 4,2% de pente moyenne.

Bennett, risque payant

Dans la descente, Matej Mohoric a rejoint Betancur et Ulissi, puis ce dernier a craqué. Sous la flamme rouge, les sprinteurs les plus costauds n'étaient pas encore sûrs de se disputer la victoire. Alors que les deux hommes de tête se regardaient, Bennett a tenté le pari d'un sprint long. Pari gagnant pour le bolide de la Bora-Hansgrohe, qui a levé les bras sur le circuit automobile Enzo et Dino Ferrari d'Imola. Il relance au passage la course au maillot cyclamen, en revenant à 22 points de son porteur, Viviani.

Au classement général, aucun changement n'est donc à signaler. Tous les prétendants au sacre ont passé cette journée longue (214 km) et finalement difficile sans encombre, se faisant des frayeurs diverses. Thibaut Pinot, notamment, a terminé mal placé au sein d'un premier groupe de 51 coureurs très étiré (37e), dans la roue de Christopher Froome (38e). Le leader de la Groupama-FDJ reste 3e, à 1'04" du maillot rose, Simon Yates (Mitchelton-Scott).

Vendredi, les sprinters auront l'une de leurs dernières occasions de s'expliquer, à Nervesa della Battaglia, à l'issue d'une étape de plaine. Les aspirants à la victoire à Rome, le 27 mai, devront faire preuve de la même vigilance que ce jeudi, avant de retrouver la haute montagne, samedi, avec la redoutable ascension du Monte Zoncolan pour dénouement de la 14e étape.

Giro 2018: Yates, Pozzovivo, Pinot

Giro 2018: Yates, Pozzovivo, PinotGetty Images

0
0