Getty Images

Six jours pour en découdre

Six jours pour en découdre
Par AFP

Le 27/05/2019 à 23:34

TOUR D'ITALIE - Six jours pour en découdre mais trois étapes déterminantes : la dernière semaine du Giro, qui repart mardi de Lovere, privilégie la montagne avant le contre-la-montre final dimanche à Vérone.

Mardi : l'étape qui était reine

La suppression du Gavia, à cause des risques d'avalanches, change partiellement la donne. La course ne passe plus en très haute altitude (2618 m) dans cette 16e étape qui proposait... 5600 mètres de dénivelé.

Il reste cependant le morceau de roi, le Mortirolo, ses 11,9 kilomètres à 10,9 % pratiquement sans replat. Le sommet de ce col étouffant est situé à 27 kilomètres de l'arrivée. Après la descente, très sinueuse, de longs faux-plats montants sur 15 kilomètres mènent à Ponte di Legno... au pied du Gavia.

Richard Carapaz, Andrey Amador, Mikel Landa, Simon Yates lors du Giro 2019

Richard Carapaz, Andrey Amador, Mikel Landa, Simon Yates lors du Giro 2019Getty Images

Mercredi : tout au nord

Le Giro atteint son point le plus au nord dans la 17e étape, du val di Sole à Anterselva. Le parcours, très rarement plat, évite toutefois la haute montagne et se conclut par une montée de 5,5 kilomètres (à 6,9 %) jusqu'au stade de biathlon de la station, à proximité de la frontière autrichienne. .

Jeudi : retour dans la plaine

L'unique chance pour les sprinteurs de se montrer avant la fin. Le Giro redescend au niveau de la mer dans la longue 18e étape (222 km) pour arriver à Santa Maria di Sala, dans l'arrière-pays de Venise.

Vendredi : les Dolomites en arrière-plan

A défaut de grands cols, la 19e étape limitée à 151 kilomètres offre un final en montée pour rejoindre San Martino di Castrozza, avec les Dolomites en toile de fond. Mais la pente, plutôt régulière, est modérée (5,6 %).

Vincenzo Nibali et Damiano Caruso lors du Giro

Vincenzo Nibali et Damiano Caruso lors du GiroGetty Images

Samedi : la décision en montagne

La 20e étape forme une boucle presque parfaite entre Feltre et Croce d'Aune Monte Avena. Avec deux grands cols des Dolomites, le Passo Manghen et le Passo Rolle, avant le final du Croce d'Aune (11 km à 5,5 %) prolongé par les 6900 derniers mètres du Monte Avena (à 7,3 %).

Dimanche : conclusion aux arènes

Pour conclure sa 102e édition, le Giro emprunte à contre-sens le circuit des Mondiaux de Vérone (1999 et 2004). Le parcours de 17 kilomètres comporte la montée de Torricelle (4,5 km à 5 %) et se termine dans le cadre grandiose de l'amphithéâtre antique.

Primoz Roglic

Primoz Roglic Getty Images

0
0