Un feu d’artifice au bout de l’ennui. Parfaitement placé lors de l’emballage final, Caleb Ewan (Lotto Soudal) n’a pas fait de détails à Cattolica, à l’arrivée de la 5e étape du Giro 2021. Agile et supersonique, l’Australien a accroché un 4e succès sur l'épreuve, devançant un Giacomo Nizzolo (Team Qhubeka ASSOS) décidément maudit, dauphin pour la 11e fois de sa carrière sur une étape du Tour d’Italie. Elia Viviani (Cofidis, Solutions Crédits) a complété le podium d'une journée marquée par les lourdes chutes de Joe Dombrowski et Mikel Landa, contraint à l'abandon. Pas inquiété lors d’une étape disputée dans les grandes largeurs sur un train de sénateur, Alessandro De Marchi (Israel Start-Up Nation) a eu le temps de profiter de sa première journée en rose.
Après le déluge, on pensait venu le calme tant attendu. Le peloton, encore meurtri par le froid tranchant de la veille, a toutefois pu recharger les batteries et soulager les jambes sur le profil tout plat tracé entre Modena et Cattolica (177 km). Partis sous un ciel dégagé, les coureurs n’ont pas dérogé au scénario lénifiant qui leur pendait au nez.
Tour d’Italie
Lafay : "Je me suis testé dans le Zoncolan… Bernal m’a mis plus de 2 minutes en 3 kilomètres"
14/06/2021 À 17:42
Deux téméraires (Filippo Tagliani et Umberto Marengo), habitués des échappées sans fortune, ont néanmoins préféré passer cette "journée de repos" à l’avant. Un tandem qui n’a pas duré, débordé à 106 km du terme sous l’impulsion d’une meute de sprinteurs allechés par l’odeur d’un maigre enjeu : le sprint intermédiaire disputé à Imola. Un peloton groupé et un ciel qui s’est couvert, de quoi alimenter la nervosité d’un groupe maillot rose pourtant particulièrement loquace depuis le départ.

Et au final, Ewan a surgi devant Nizzolo : L'arrivée de la 5e étape en vidéo

Victime d'une lourde chute, Landa abandonne déjà

A mesure qu’une masse grise s’est invitée au-dessus des casques, les mines souriantes ont laissé place aux rictus fermés. Posture de circonstance à l’approche de Rimini, théâtre de la disparition du "pirate" Marco Pantani ? Pas de procession funéraire en vue même s'il a fallu l’audace d’un nouveau duo sorti à 67 km du but (Simon Pellaud et Davide Gabburo) pour calmer l’atmosphère tendue régnant au sein du peloton.
Mais le ciel menaçant et le final sinueux et technique approchant, les mauvaises habitudes sont revenues de plus belle. Première alerte à 15 km de l’arrivée avec la chute de Pavel Sivakov (INEOS Grenadiers) qui a percuté la roue d’un équipier. Le peloton n’en fit rien et le final chaotique dans le lacis de rues étroites de la cité balnéaire a achevé les espoirs de podium de Mikel Landa. Contraint à l’abandon après une lourde chute impliquant également Joe Dombrowski (UAE–Team Emirates) à 4,5 km de la ligne, le leader basque de la Bahrain – Victorious dit déjà adieu au macadam transalpin.

La cata pour Landa : le Giro est déjà fini pour l'Espagnol

Épargné par les incidents, les principaux prétendants à l'étape du jour ont pu s'expliquer avec le succès sans discussion de Caleb Ewan. Victime d’avoir déchaussé dans l’emballage final, Tim Merlier (Alpecin-Fenix) perd sa tunique violette au profit de Giacomo Nizzolo. Du côté des favoris, l'épisode roboratif accordé lors de la première moitié du parcours sera salutaire en vue du lendemain avec en point d'orgue la montée finale vers Ascoli Piceno (2e catégorie). Déjà un premier écueil de taille dans l’idylle encore fraiche entre Alessandro De Marchi et sa précieuse tunique rose.
Épargné par les incidents, les principaux prétendants à l’étape du jour ont pu s’expliquer avec le succès sans discussion de Caleb Ewan. Victime d’avoir déchaussé dans l’emballage final, Tim Merlier (Alpecin-Fenix) perd sa tunique violette au profit de Giacomo Nizzolo.
Du côté des favoris, l’épisode roboratif accordé lors de la première moitié du parcours sera salutaire en vue du lendemain avec en point d’orgue la montée finale vers Ascoli Piceno (2e catégorie). Déjà un premier écueil de taille dans l’idylle encore fraiche entre Alessandro De Marchi et sa précieuse tunique rose.
Tour d’Italie
Caruso, Fortunato, Storer : les 7 révélations de ce Giro
30/05/2021 À 21:33
Tour d’Italie
Le sacre de Bernal, c'est aussi celui du collectif INEOS
30/05/2021 À 20:00