La vérité de la troisième semaine n’est pas souvent celle de la deuxième et ce Giro 2021 n’a pas échappé à la règle. Intenable jusqu’ici, Egan Bernal (Ineos Grenadiers) a montré de premiers signes de faiblesse ce mercredi, dans une 17e étape remportée par Dan Martin (Israel Start-Up Nation) au terme d’une échappée exceptionnelle. Lâché sur les multiples accélérations de Simon Yates (BikeExchange), le Colombien conserve malgré tout largement son maillot rose, alors que le Britannique monte sur le podium à la suite des nombreuses défaillances des favoris. Le grand perdant – et malheureux - du jour se nomme Gulio Ciccone (Trek-Segafredo), qui concède plus de 7 minutes.

BikeExchange avait bien préparé son coup

Tour d’Italie
Lafay : "Je me suis testé dans le Zoncolan… Bernal m’a mis plus de 2 minutes en 3 kilomètres"
14/06/2021 À 17:42
Au lendemain d’un jour de repos, on savait que les pourcentages infernaux de la montée de Sega di Ala pouvaient faire de grosses différences. Surtout que ce mercredi aura été tout sauf tranquille. Il aura fallu plus de 50km disputés à plus de 48 km/h de moyenne pour voir une grosse échappée parvenir à s’extirper. En son sein, on retrouvait de solides grimpeurs comme Dan Martin, Antonio Pedrero (Movistar) ou encore Geoffrey Bouchard. Le coureur d’AG2R Citroën a même conforté son maillot bleu de la montagne en passant en tête au sommet du Passo San Valentino.
Mais, lorsque les BikeExchange ont pris les choses en main en tête de peloton à plus de 100km de l’arrivée, on a vite compris que les fuyards auraient bien du mal à se jouer la victoire. Cela semblait même impossible au pied de la montée finale, lorsque le groupe maillot rose a abordé les 12km à 9,8% de Sega di Ala avec moins de deux minutes de retard sur Dan Martin et ses compagnons d’échappée.
Trop fort, l’Irlandais s’est vite isolé et a commencé alors un mano a mano avec le groupe maillot rose, qui a vite explosé sous l’impulsion des INEOS Grenadiers. Déjà dans le dur dès la première côte du jour, Aleksandr Vlasov (Astana-premier Tech, + 3’08’’ sur Martin) a été le premier à se faire distancer, vite suivi par Gulio Ciccone. Déjà distancé dans le San Valentino par un souci mécanique, l’Italien de la Trek-Segafredo a ensuite été pris dans une chute dans la descente, au même titre que Remco Evenepoel. De quoi lui imposer des efforts qui ont fini par lui coûter très cher (+7’58’’).

Evenepoel a dit adieu au Giro, Ciccone au général : la chute de la 17e étape a fait de la casse

Bernal défaillant mais pas trop perdant

Excellent lundi vers Cortina d’Ampezzo, Romain Bardet a dû s’écarter à 5,5km de l’arrivée, en même temps que le 3e du général ce matin, Hugh Carthy. Bien aidé par Storer, le Français de la DSM a réussi à relativement limiter la casse (+2’52"), bien mieux que le Britannique d’EF Education Nippo (+3’52").
Après avoir fait rouler Serry et Knox dans la vallée, Joao Almeida (Deceuninck - Quick-Step) s’est alors décidé à passer à l’offensive, assis sur la selle, en profitant de son gros retard au général. Simon Yates l’a imité quelques secondes plus tard, suivi immédiatement par Bernal et Dan Martinez (INEOS Grenadiers). En pur grimpeur, le Britannique de la BikeExchange a multiplié les changements de rythme pour finalement écœurer un maillot rose clairement dans le dur ce mercredi. Il a fallu un grand Martinez, puis un bon coup de main des Bahrain-Victorious de son dauphin Damiano Caruso, pour lui permettre de limiter la casse. Le Colombien lâche tout de même 3’’ à l’Italien mais surtout 57’’ à Simon Yates et 1’10’’ à Almeida, parti en vain dans le final pour aller chercher Dan Martin.

Et si Bernal en avait trop fait depuis le début du Giro...

Remarquable Dan Martin

Auteur d’une montée titanesque au terme d’une longue échappée (il ne concède que 22’’ à Bernal sur Sega di Ala), l’Irlandais s’offre sa première victoire d’étape sur le Giro, complètement ainsi sa série sur les Grands Tours. Le leader d’Israel Start-Up Nation en profite aussi pour se rapprocher du top 10 au classement général, dont Hugh Carthy et Gulio Ciccone sont les grands perdants. Le Britannique sort du podium (5e) alors que l’Italien est repoussé au 10e rang.
Nouveau troisième du général, Simon Yates compte désormais 2’40’’ d’avance sur le quatrième, Vlasov. Mais seulement 3’23’’ de retard sur Bernal, qui possède aussi 2’21’’ d’avance sur Caruso. Et ce Giro réserve des surprises tous les jours. Alors la course au maillot rose n’est finalement pas si jouée que cela…

Immense bonheur et trilogie complétée sur les grands tours : l'arrivée de Martin en vidéo

Tour d’Italie
Caruso, Fortunato, Storer : les 7 révélations de ce Giro
30/05/2021 À 21:33
Tour d’Italie
Le sacre de Bernal, c'est aussi celui du collectif INEOS
30/05/2021 À 20:00