Décidément, Egan Bernal aime les étapes de montagne raccourcies en raison des conditions météorologiques. Impressionnant dans le Passo Giau, le Colombien d’INEOS Grenadiers s’est envolé à 21km de l’arrivée pour remporter en solitaire la 16e étape, à Cortina d’Ampezzo. Vainqueur de sa 2e étape sur ce Giro, le maillot rose creuse l’écart avec son nouveau dauphin, Damiano Caruso. Excellent deuxième de l’étape, Romain Bardet (Team DSM) réussit l’une des belles opérations de la journée et se replace dans la course au podium, dont Simon Yates (BikeExchange) est le grand perdant. Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) a lui explosé.

EF a tenté, mais Bernal était trop fort

Tour d’Italie
Lafay : "Je me suis testé dans le Zoncolan… Bernal m’a mis plus de 2 minutes en 3 kilomètres"
14/06/2021 À 17:42
Cette 16e étape devait être l’étape-reine de ce Tour d’Italie avec trois ascensions à plus de 2000m d’altitude, mais les conditions climatiques (neige, pluie, vent) et la volonté de sécurité des organisateurs en a voulu autrement. Exit le Pordoi et le Fedaia, pour une étape raccourcie à 155km avec seulement deux ascensions au programme, la Crosetta en début d’étape et le Passo Giau dans le final, dans lesquels les favoris se sont expliqués. Mais il a d’abord fallu gérer une échappée dangereuse pour le classement général, avec la présence de Joao Almeida (Deceuninck-Quick Step), de Dan Martin (Israel Start-Up Nation) ou de Davide Formolo (UAE Team Emirates) à l’avant. Une échappée qui a permis au Portugais de limiter la casse dans le Passo Giau pour basculer avec les meilleurs (6e de l’étape) et rentrer dans le top 10 du général (10e).
Mais elle a aussi permis à Geoffrey Bouchard (AG2R Citroen) d’inscrire 40 points au classement de la montagne pour conserver son maillot bleu une journée supplémentaire. Avec 6’ d’avance au maximum, l’échappée n’a jamais vraiment pu croire à la victoire d’étape, la faute à l’énorme tempo mis en place à 50km par les EF Education Nippo de Hugh Carthy. Mais, un peu à l’image d’Astana-Premier Tech vers le Zoncolan, le choix de la formation américaine de durcir n’a pas totalement payé. Certes, cela a sonné le glas des espoirs d’Evenepoel, qui a perdu plus de 24 minutes ce lundi et pourrait bien abandonner dès le jour de repos, mais aussi d’Aleksandr Vlasov (Astana, + 2’’11), malchanceux avec un souci mécanique au pied de l’ascension, et de Simon Yates, défaillant très tôt dans le Giau (+ 2’’37). Malheureusement pour EF Education Nippo, Carthy n’a pas pu suivre l’attaque de Bernal à 21km de l’arrivée.

Une attaque au meilleur moment et Bernal a lâché tout le monde

Yates grand perdant, Bardet se rapproche du podium

En deux temps, le maillot rose s’est rapidement débarrassé de tous ses adversaires avant de vite revenir sur Pedrero, ultime rescapé de l’échappée, pour s’envoler en solitaire. Derrière, c’était du chacun pour soi du côté des leaders et, de manière un peu surprenante, ce sont Damiano Caruso et Romain Bardet qui ont le mieux limité la casse, en passant respectivement à 45’’ et à 1’13’’ du Colombien au sommet du Giau. Les deux hommes se sont ensuite employés, dans la descente, à prendre un maximum de risques sur une chaussée pourtant humide. Auteur d’un énorme numéro, le Français de la DSM est même parvenu à recoller à l’Italien de la Bahrain-Victorious, mais les deux hommes échouent finalement à 27’’ de Bernal, vainqueur de sa 2e victoire d’étape sur ce Giro, après celle décrochée à Campo Felice. Un succès encore plus impressionnant que lui permet de consolider un peu plus son maillot rose à une semaine de l’arrivée.

Et Bernal s'est envolé : revivez l'arrivée de la 16e étape

Avant le deuxième jour de repos, le Colombien possède 2’24’’ d’avance sur un étonnant Damiano Caruso, en course pour son premier podium sur un Grand Tour, et 3’40’’ sur Hugh Carthy, dont l’arrivée sur le podium récompense le travail des EF Education Nippo. Une domination large de Bernal qui ne doit pas cacher la grosse lutte pour le podium qui se profile, avec cinq coureurs qui se tiennent en 1’20’’, de Carthy (3e) à Romain Bardet (7e), qui gagne deux places pour se retrouver à 5’20’’ du maillot rose. Dauphin de Bernal ce matin, Simon Yates (BikeExchange) recule lui au 5e rang (+ 4’’20) et voit ses rêves de maillot rose s’envoler. Comme pour tous les autres. Bernal est juste au-dessus du lot.
Tour d’Italie
Caruso, Fortunato, Storer : les 7 révélations de ce Giro
30/05/2021 À 21:33
Tour d’Italie
Le sacre de Bernal, c'est aussi celui du collectif INEOS
30/05/2021 À 20:00