AFP

Tour de France 2014 - Novice, Giro, vacances annulées : voici Rafal Majka (Tinkoff-Saxo)

Novice, Giro, vacances annulées : voici Rafal Majka

Le 19/07/2014 à 21:29Mis à jour Le 23/07/2014 à 22:21

Il y a trois semaines, Rafal Majka était loin de s’imaginer participer au Tour. Après un premier succès à Risoul, le Polonais s'est offert une deuxième victoire sur la Grand Boucle 2014 en solitaire au Pla d'Adet. Voici quatre choses à savoir sur le talentueux grimpeur de 24 ans de Tinkoff-Saxo.

Il n’aurait jamais dû faire ce Tour

Après sa grosse performance sur le Giro où il avait terminé sixième, Majka pensait pouvoir récupérer l’esprit tranquille en juillet. Sauf que ça, c’était avant. Avant que Roman Kreuziger ne se fasse suspendre par l’équipe Tinkoff-Saxo. Bjarn Riis doit trouver un lieutenant de rechange pour Alberto Contador. Le Danois choisira Majka. Au grand dam alors du Polonais. "Je crois que l’équipe ne se soucie pas de ma santé", avait-t-il lâché, à chaud, sur son profil Facebook, comme l’avait relevé Cyclism Actu.

Finalement, le Polonais s’est préparé pour disputer un Tour qu’il n’avait jamais disputé. Et plutôt bien visiblement. Ses capacités se sont exprimées pleinement dans les Alpes. A la faveur d’une position éloignée au général (130e à 1h48’54’’ après la douzième étape). Grâce aussi à l’abandon d’Alberto Contador. Les malheurs d’un champion ont permis l’avènement  d’un grand talent. Majka a parfaitement joué des circonstances. Et il en a bien conscience. "Cette victoire, elle est pour Alberto Contador". L’Espagnol, lui, l’a félicité. Tout comme Roman Kreuziger.

Il s’était révélé sur le Giro

Sillonnant les courses amateurs italiennes après avoir quitté les rangs juniors, c’est presque logiquement qu’il se révèle sur le Giro. Altopiano del Montasio. Première étape de haute-montagne de l’édition 2013. Rafal Majka accompagne alors jusqu’au bout Vincenzo Nibali, le maillot rose, et Cadel Evans. Le voilà propulsé sur la grande scène internationale. Avec les tout meilleurs grimpeurs. Une performance qu’il rééditera au fil des jours pour prendre au final la septième place du général. Le Polonais a confirmé cette année en gagnant le maillot blanc et en finissant sixième du grand tour transalpin. A 24 ans, Rafal Majka n’avait pas attendu Risoul pour devenir un grand.

Rafael Majka, tour d'Italie 2014

Rafael Majka, tour d'Italie 2014AFP

Il est devenu pro en suivant Contador

Alors qu’il n’a que 21 ans, Rafal Majka est invité par la formation Saxo Bank lors d’un stage hivernal à Majorque. L’occasion d’une vie pour le Polonais né à Zegartowice. Il ne la manquera pas. Coureur amateur en Italie, Majka va bluffer littéralement Bjarn Riis. Au cours d’une sortie musclée, Alberto Contador lâche tous ses équipiers. Tous, sauf Rafal Majka. "J’étais jeune et je voulais rester avec lui le plus longtemps possible pour me tester", raconte-t-il à Cycling News. La légende raconte même qu’il aurait lâché l’Espagnol double vainqueur du Tour. "Non, je suis seulement resté avec lui", corrige-t-il. Peu importe, sa carrière a bel et bien décollé. Bjarn Riis lui fait signer son premier contrat pro dans la foulée.

Rafal Majka

Rafal MajkaImago

Il n’avait jamais gagné chez les pro

Avant de gagner à Risoul la deuxième étape alpestre du Tour de France le 19 juillet, le palmarès de Majka était vierge de victoire. Mais pas de place d’honneur. Deuxième à Chamrousse, le grimpeur polonais l’a également été sur la quatrième étape du Tour de l’Ain en 2012 (derrière Andrew Talansky au sprint) et sur Milan-Turin (devancé par Diego Ulissi) en 2013. Plus gratifiant, le Polonais s’était classé troisième du Tour de Lombardie et quatrième du Tour de Pologne l’an passé. Majka a bien fait d’attendre. On peut difficilement faire mieux comme première. La Pologne, elle, fête sa première victoire sur le Tour depuis 21 ans. Zenon Jaskula (GB-MG Maglificio) s’était imposé lors de la 16e étape au sommet de Saint-Lary-Soulan en 1993.

0
0