On aime ou on n'aime pas, mais le Team Sky ne laisse personne (ou presque) indifférent. e grand public, monsieur tout le monde devant sa télévision mais également le peloton a un avis plus ou moins tranché sur l'équipe de Dave Brailsford. Pour différentes raisons. Cette équipe a l'habitude d'écraser la concurrence. En ce point, et s'il est uniquement sportif, il est difficile de lui reprocher quoi que ce soit. Gagner reste le mot d'ordre de chaque formation. Mais il n'y a pas que ça. Il y a la manière d'affirmer cette supériorité, d'imposer sa domination au reste du peloton. Plus que le fond, c'est la forme qui peut poser problème avec cette équipe et les moyens qu'elle utilise pour y parvenir.
Depuis quelques années, Sky arrive avec son armada sur le Tour. Une escouade façonnée pour porter son leader, Bradley Wiggins jusqu'en 2012 puis Chris Froome depuis 2013, au sommet. Jusqu'à preuve du contraire, elle y parvient avec brio. Cette année, Froome, leader aisé devant Mollema, emballe la course, on ne peut pas lui enlever ça. Il y a eu le show dans la descente de Peyresourde, le coup de bordure vers Montpellier, l'attaque dans le Ventoux. Et c'est à mettre à l'honneur du Britannique. Mais le comportement de cette équipe dans son ensemble, parfois hautaine, peut poser problème. Et les exemples sur cette 103e édition ne manquent pas. Ici, il n'est pas question de revenir sur la décision du jury UCI de reclasser Froome dans le temps de Mollema à l'issue du chaos survenu à 1200m de l'arrivée jeudi.
Evoquons plutôt des faits de course de certains protagonistes au maillot noir et bleu. A mon sens, le coup de coude du maillot jaune sur un spectateur qui gesticulait à quelques centimètres de lui, drapeau en main, dans le col de Peyresourde, ne doit pas rentrer dans cette catégorie. Le geste est critiquable, encore moins excusable, mais il est également compréhensible.
Tour de France
La décision des commissaires ne rendra peut-être pas service à Froome
14/07/2016 À 18:11

Quand Gerrans chute, Froome fait le policier en tête du peloton

Ce qui me dérange un peu plus, c'est l'attitude et les passe-droits que s'offre l'équipe britannique. La 12e étape a soulevé quelques problèmes. Il y a d'abord eu cet épisode survenu après la chute de Simon Gerrans et de trois membres du Team Sky dont Ian Stannard, à 39 kilomètres de l'arrivée. D'un strict point de vue de la "loi", il n'y a pas de règle, écrite ou tacite, imposant au peloton d'attendre des coéquipiers du maillot jaune quand ces derniers sont allés au sol. Et pourtant, n'est-ce pas ce qu'il s'est passé jeudi avant d'aborder le Mont Ventoux ?
Revenons sur l'attitude de Chris Froome quelques secondes après cet incident de course. Comme les images le montrent, celui-ci s'est avancé en tête du peloton et a eu ce petit geste pour montrer le bas-côté. Autrement dit, "Regardez : Je dois satisfaire un besoin naturel et vous ne pourrez pas dire que vous n'étiez pas au courant". Une façon plutôt maligne et polie de dire "je vais m'arrêter, m'attaquer à ce moment-là ne serait pas très noble de votre part." Ce qui a permis à ses coéquipiers, pris dans la chute, de revenir "tranquillement" parmi le paquet des favoris. Au sein du groupe délesté du maillot jaune, seul Alejandro Valverde a semblé, un temps, être en contradiction avec ce choix d'attendre le leader du général… et le reste de ses troupes. Finalement, l'Espagnol s'est résigné et a suivi les consignes de Fabian Cancellara. La mort dans l'âme.
Vendredi, une vidéo a tourné également sur les réseaux sociaux. Vous pouvez la voir ci-dessous. On y voit un coureur du Team Sky, Wout Poels, être ravitaillé alors que les hommes de tête figuraient à 5,5km de l'arrivée. Les images sont claires : le Néerlandais reçoit d'une personne aux couleurs Sky sur le bord de la piste une mini-canette de soda. Un ravitaillement clairement hors zone et donc illégal (cf l'article 6 du règlement).

Le ravitaillement hors zone de Wout Poels lors de la 12e étape

Mais Sky n'en est pas à son coup d'essai avec les ravitaillements illicites. Qui a oublié l'épisode survenu dans la montée de l'Alpe-d'Huez en 2013 ? Richie Porte était allé chercher à manger pour sauver son leader Froome d'une possible fringale. Une mauvaise habitude donc. Porter le maillot jaune ou faire partie de l'équipe qui le possède n'offre pas tous les droits. Et de temps en temps, on a vraiment l'impression que le Team Sky n'en a cure.
Tour de France
"28 millimètres !" : Coquard pense toujours à son duel perdu d'un rien face à Kittel en 2016
16/08/2021 À 18:00
Tour de France
Les Français et le 14 juillet : 63 ans de succès marquants
13/07/2017 À 21:54