L'organisateur du Tour de France, ASO, avait interdit au coureur de l'équipe Sky de s'aligner au départ, une décision révélée dimanche. Le Britannique avait fait appel devant la Chambre arbitrale du sport, qui siège au comité olympique français et devait examiner le dossier mardi, pour une décision attendue mercredi. Tout ceci n'a plus lieu d'être.
L'UCI ayant annoncé lundi matin qu'elle refermait le dossier Froome en blanchissant le coureur britannique, ASO n'avait plus d'autre choix que d'accepter à nouveau le quadruple maillot jaune. Christian Prudhomme, le patron de la Grande Boucle, a confirmé qu'il acceptait à nouveau la présence du leader de l'équipe Sky au départ en Vendée, ce samedi. Plus rien ne s'oppose donc à la présence du tenant du titre.
"Tout ça pour ça !", s'est exclamé le directeur du Tour, logiquement revenu sur la récusation du vainqueur sortant. Cette épée de Damoclès au-dessus de sa tête a désormais disparu, au bout d'un très long feuilleton de neuf mois qui a suscité le mécontentement des organisateurs du Tour. "Il faut que des règles pour ne plus se retrouver devant ce cas, je n'ai cessé le répéter", a fulminé Christian Prudhomme. "Nous n'avons pas accès au fond du dossier", a précisé à l'AFP le directeur du Tour. Nous n'avons pas à nous prononcer là-dessus. Mais j'ai envie de dire: quel gâchis !"
Tour de France
Test : Quel(le) col/montée mythique du Tour de France êtes-vous capable de franchir ?
19/07/2019 À 22:01
Il faut que le règlement change
"On était dans l'attente d'une décision, il est relaxé, a ajouté le directeur du Tour. Quand on nous dit qu'il n'a rien fait, on ne va pas continuer. Surtout après neuf mois d'étude du cas par les meilleurs experts. Il est vraiment dommage que la décision arrive si tard, surtout au lendemain de la fuite dans les médias de notre récusation. Mais c'est parce que nous n'avions pas de réponse dans les premiers jours de juin et que le président de l'UCI était pessimiste sur la possibilité d'en avoir une avant le départ que nous avons décidé, il y a trois semaines, de procéder à la récusation. Nous ne l'avons pas fait savoir pour ne pas jeter de l'huile sur le feu dans un climat où l'on sentait monter l'hostilité."
Au-delà de cas cas spécifique, Christian Prudhomme souhaite que la règlementation évoluer, comme il l'a expliqué à l'AFP. "Il faut que le règlement change, il est adapté au sens juridique mais pas à l'attente générale, plaide-t-il. Dans pareil cas, il faut une suspension provisoire sans préjuger de la culpabilité, afin d'éviter d'entretenir les doutes et la suspicion. Des mesures très importantes ont été prises par l'UCI du président David Lappartient, sur le Tramadol qui va être interdit et les corticoïdes. Il faut aller plus loin."
Les réactions du public sur les routes du Tour de France sont désormais redoutées par la formation Sky, qui va faire appel à un service de sécurité renforcé. "Nous travaillons avec une équipe de sécurité qui passe du temps avec nous et nous conseille sur la manière d'assurer notre sécurité en course", a expliqué il y a quelques jours Tim Kerrison, entraîneur de Froome chez Sky. Interrogé par l'AFP à ce sujet, le directeur du Tour a répondu: "Le public du Tour est un public bienveillant."
Tour de France
Quiz - Êtes-vous incollable sur le Tour de France ?
05/07/2019 À 16:17
Tour de France
Le Tour en France, plus que le Tour de France
26/10/2018 À 06:23