Getty Images

Tour de France - Bruxelles, Tourmalet, enfer dans les Alpes : le Tour 2019 s’annonce grandiose

Bruxelles, Tourmalet, enfer dans les Alpes : le Tour 2019 s’annonce grandiose

Le 25/10/2018 à 12:33Mis à jour Le 25/10/2018 à 16:10

TOUR DE FRANCE – On connait désormais les contours de la prochaine Grande Boucle. ASO a dévoilé ce jeudi la carte officielle de l’édition 2019 qui se tiendra du 6 au 28 juillet. De Bruxelles aux Champs-Elysées en passant par les Vosges, les Pyrénées ou les Alpes, le parcours promet.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Il occupait déjà tous les esprits avant même d’être officiellement dévoilé. Attendu depuis des mois, nourri par les rumeurs plus ou moins confirmées, le parcours de la 106e édition du Tour de France a été dévoilé ce jeudi. Longue de 3460 kilomètres, la Grande Boucle 2019 comprendra bien évidemment 21 étapes, deux jours de repos mais aussi deux contre-la-montre dont un par équipes. Après une édition 2018 marquée par un Grand Départ à l’Ouest, le Tour 2019 fera la part belle à l’Est de la France, peu en vue l’an passé. Comme annoncé depuis des mois, le grand départ se fera en Belgique, le 6 juillet. Après une première étape tracée autour de Bruxelles, avec un passage sur le célèbre Mur de Grammont, globalement favorable aux sprinteurs, un chrono par équipes de 27km est programmé autour de la capitale belge.

Moyenne montagne à l’honneur

Vidéo - Trente cols et trois arrivées à plus de 2000 m : découvrez le parcours du Tour 2019

05:08

Il sera ensuite temps de retourner en France avec une étape pour puncheurs à Epernay. Direction ensuite l’Est de la France avec les sprinteurs à l’honneur à Nancy avant de rencontrer les premiers cols des Vosges sur la route de Colmar. Les favoris devront être prêts dès la 6e étape avec une journée terrible entre Mulhouse et la Planche des Belles Filles ponctuée de cinq ascensions dont le Grand Ballon, le Ballon d’Alsace et le final sublime sur les hauteurs de la station vosgienne (7km à 8,7%). L'arrivée sera jugée un kilomètre plus loin qu'à l'accoutumée avec un passage à 20%. Le peloton prendra ensuite la direction du Massif Central, avec un opus pour sprinteurs vers Châlon-sur-Saône avant de retrouver la moyenne montagne. D’abord sur la route de Saint-Etienne, avec une 8e étape vallonnée de huit ascensions, puis vers Brioude, ville de naissance de Romain Bardet. Deux étapes favorables aux sprinteurs encadreront le premier jour de repos, qui aura lieu à Albi le 16 juillet.

Les Pyrénées seront ensuite mises à l’honneur avec trois étapes variées. Un format long et classique sur la route de Bagnères-de-Bigorre, par-delà Peyresourde et la Hourquette d’Ancizan (12e), une étape par les mythiques Soulor et Tourmalet, arrivée de ce 14e opus avant une 15e étape terrible avec les montées de Montségur, du Port de Lers de Peguère avant la montée finale et inédite du Prat d’Albis (11,8km à 7%), sur les hauteurs de Foix. Après la deuxième journée de repos à Nîmes, les coureurs resteront 24 heures supplémentaires autour de la préfecture gardoise, avec un départ et une arrivée à Nîmes, avant un départ dans le décor magnifique du Pont du Gard pour rejoindre l’habituée Gap pour ce qui sera le dernier opus pour sprinteurs avant les Champs-Elysées.

Les Alpes prennent de la hauteur

Car les organisateurs ont réservé au peloton – et aux suiveurs – trois jours de très haute montagne dans les Alpes avec les retours de nombreux géants. La 18e étape, la seule des Alpes qui n’arrivera pas au sommet, s’offrira un tryptique classique avec les montées de Vars, d’Izoard et du Galibier avant de plonger vers Valloire. Le lendemain, c’est un enchaînement terrible qui s’offrira aux coureurs avec les retours de l’Iseran, toit de ce Tour de France 2019 (2770m), et de la montée finale vers Tignes (7,4km à 7%), plus vus depuis 2007. La 20e étape, longue de 131km, sera le théâtre de la cyclosportive "L’étape du Tour" mais le peloton y vivra lui aussi l’enfer avec le Cormet de Roselend et surtout l’interminable montée vers Val-Thorens (33km à 5,5%), dernière chance pour les favoris de renverser le général avant un ultime opus réservé aux sprinteurs sur la plus belle avenue du monde.

Les 21 étapes du Tour 2019

6 juillet : 1re étape Bruxelles-Bruxelles, 192km

7 juillet : 2e étape Bruxelles-Bruxelles, 27km (contre-la-montre par équipes)

8 juillet : 3e étape Binche-Epernay, 214km

9 juillet : 4e étape Reims-Nancy, 215km

10 juillet : 5e étape Saint-Dié-les-Vosges-Colmar, 169km

11 juillet : 6e étape Mulhouse-La Planche des Belles Filles, 157km

12 juillet : 7e étape Belfort-Châlon-sur-Saône, 230km

13 juillet : 8e étape Mâcon-Saint-Etienne, 199km

14 juillet : 9e étape Saint-Etienne-Brioude, 170km

15 juillet : 10e étape Saint-Flour-Albi, 218km

16 juillet : repos à Albi

17 juillet : 11e étape Albi-Toulouse, 167km

18 juillet : 12e étape Toulouse-Bagnères-de-Bigorre, 202km

19 juillet : 13e étape Pau-Pau, 27km (contre-la-montre individuel)

20 juillet : 14e étape Tarbes-Col du Tourmalet, 117km

21 juillet : 15e étape Limoux-Foix, 185km

22 juillet : repos à Nîmes

23 juillet : 16e étape Nîmes-Nîmes, 177km

24 juillet : 17e étape Pont du Gard-Gap, 206km

25 juillet : 18e étape Embrun-Valloire, 207km

26 juillet : 19e étape Saint-Jean de Maurienne-Tignes, 123km

27 juillet : 20e étape Albertville-Val Thorens, 131km

28 juillet : 21e étape Rambouillet-Paris Champs-Elysées, 127km

0
0