Caleb Ewan (Lotto Soudal)

  • Bilan dans ce Tour : Deux étapes gagnées
  • Meilleur résultat sur les Champs : -
  • Avantage : Seul sprinteur à deux victoires
  • Inconvénient : Découverte du final
Tour d’Italie
Sagan, Thomas, Fuglsang... Les 7 attractions du Tour d’Italie
02/10/2020 À 21:50

Caleb Ewan fait fort pour son premier Tour de France. Le sprinteur de poche de la Lotto Soudal est le seul des bolides à afficher deux victoires. Il a qui plus est remporté les deux derniers sprints massifs en date dans cette Grande Boucle, à Nîmes et Toulouse. Qui dit premier Tour, dit découverte du fameux sprint des Champs… mais Ewan a montré qu’il apprenait vite et le format en circuit lui permettra de prendre ses marques. Roger Kluge, son poisson pilote, a péniblement réussi à rallier Paris. Il lui sera sans doute utile, même s’il ne disposera quoi qu’il arrive pas du meilleur train.

Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma)

  • Bilan dans ce Tour : Une victoire d'étape
  • Meilleur résultat sur les Champs : 1er, en 2017
  • Avantage : En confiance sur cette arrivée
  • Inconvénient : Son équipe a beaucoup travaillé

C’est avec la casquette d’homme le plus rapide du peloton qu’il a entamé le Tour. Dylan Groenewegen n’affiche pourtant qu’une victoire après vingt jours de course. Sa chute, dès la première étape, a un peu étiolé son costume de favori des sprints et les succès de ses lanceurs (une victoire pour Mike Teunissen, une pour Wout van Aert) ont confirmé la force de son équipe, mais aussi mis en perspective le bilan modeste de Groenewegen. Vainqueur à Paris en 2017, il ne pourra pas compter sur WVA ce dimanche, et sa formation a beaucoup travaillé pour le podium de Steven Kruijswijk (Amund Jansen et Teunissen ce samedi notamment). L'an passé, il n'a pas terminé le Tour. Son dernier souvenir sur les Champs est donc victorieux.

Elia Viviani (Deceuninck-Quick Step)

  • Bilan dans ce Tour : Une victoire d'étape
  • Meilleur résultat sur les Champs : 25e, en 2014
  • Avantage : Un train dominateur
  • Inconvénient : Mis à contribution dans la montagne

Dans le même registre que Dylan Groenewegen, Elia Viviani (Deceuninck-Quick Step) figure dans une formation qui a réussi son Tour, a gagné une étape… mais n’est sans doute pas rassasié. Un sprinteur de son standing est certainement déçu de ne pas avoir été royal dans son domaine de prédilection, surtout qu’il a souvent été emmené à la perfection. Viviani cherchera à remettre les pendules à l’heure ce dimanche, découvrant les Champs dans la peau de l’option numéro 1 (il était équipier de Peter Sagan en 2014, lorsqu'il a fait 25e). Mais celui que l’on a vu accompagner (parfois loin) Julian Alaphilippe en altitude aura-t-il le jus nécessaire ?

Peter Sagan (Bora-Hansgrohe)

  • Bilan dans ce Tour : Une victoire d'étape
  • Meilleur résultat sur les Champs : 2e en 2016 et en 2012
  • Avantage : Moins de pression
  • Inconvénient : Pas toujours au top sur les Champs

Un sprinteur qui atteint les Champs-Elysées, sur le Tour, le fait souvent pour y briller. Uniquement. Peter Sagan (Bora-Hansgroe), lui, le fait en premier lieu pour agrémenter sa collection de maillots verts d’une nouvelle pièce. Mission accomplie, cette année encore, sauf accident. Et avec un record à la clé (7e victoire au classement par points). Pas de pression, donc, pour le trublion slovaque... même si la fameuse "victoire sur les Champs" manque à son palmarès. C'est aussi là que réside la principale ombre au tableau : il a souvent été dominé sur l’avenue parisienne. Il y a certes signé deux places de dauphin, mais également été plusieurs fois relégué hors du Top 5.

Alexander Kristoff (UAE Emirates)

  • Bilan dans ce Tour : Aucune victoire d'étape
  • Meilleur résultat sur les Champs : 1er, en 2018
  • Avantage : Vainqueur sortant
  • Inconvénient : Forme douteuse

C'est Alexander Kristoff qui avait triomphé sur les Champs l'an passé. Face à une concurrence moindre, certes, mais tout de même. Surtout, le sprinteur d’UAE Emirates est connu pour sa résistance. Lors d’une journée, mais aussi au bout de trois semaines de course. Cependant, il a été en retrait durant la plupart des sprints de ce Tour, 2e à Nancy, mais jamais mieux que 9e ailleurs. Il a parfois même été devancé par son jeune coéquipier, Jasper Philipsen (21 ans), qui a depuis abandonné. De plus, lors des dernières étapes, Kristoff était souvent l’un des premiers coureurs distancés. Il n'est pas au top de sa forme, mais reste un client qui a l'occasion de sauver son Tour de France le dernier jour... un peu comme il y a un an.

Les outsiders : Michael Matthews (Sunweb), Matteo Trentin (Mitchelton-Scott) Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), Edvald Boasson Hagen (Dimension Data), Niccolo Bonifazio (Total Direct Energie), Sonny Colbrelli (Bahrain-Merida), Andre Greipel (Arkéa-Samsic).

Alexander Kristoff (à gauche), 2e de la 4e étape, battu par Elia Viviani

Crédit: Getty Images

Milan - Sanremo
Alaphilippe détonateur frustré, Van Aert vainqueur futé
08/08/2020 À 16:26
Cyclisme
Du lourd aux côtés de Sagan : Politt va renforcer l'armada Bora
03/08/2020 À 10:24