Cyclisme
Tour de France

Froome, partir pour regagner le Tour… mais où ?

Partager avec
Copier
Partager cet article

Chris Froome en conférence de presse, en marge de l'UAE Tour (février 2020)

Crédits Getty Images

ParSimon Farvacque
15/05/2020 à 14:19 | Mis à jour 15/05/2020 à 19:01

L’hydre à trois têtes de la formation Ineos pourrait n’en compter que deux lors du prochain Tour de France. Christopher Froome est en discussion avec deux équipes selon un article de Cycling News paru jeudi, qui mentionne un potentiel transfert en cours de saison. A quel point un tel mouvement est-il envisageable et où pourrait signer le quadruple vainqueur de la Grande Boucle ?

Action, réaction ? La semaine dernière, Egan Bernal avait déclaré à nos confrères d’Eurosport Espagne qu’il ne se sacrifierait pas lors du Tour de France, dont il est tenant du titre, et ce alors qu’il cohabite au sein de l’équipe Ineos avec Geraint Thomas et Christopher Froome. Il n’aura peut-être même pas l’occasion de tenir tête en interne au quadruple vainqueur de la Grande Boucle (2013, 2015, 2016, 2017). Jeudi, la rumeur d’un départ du "Kenyan Blanc" en cours de saison a ainsi été véhiculée par Cycling News.

Froome roule pour Ineos, ex-Sky, depuis 2010. Son bail avec la formation britannique arrivera à son terme fin 2020. Bernal, Thomas (lauréat du TDF en 2018) ou encore la recrue Richard Carapaz (vainqueur du Giro 2019), sont tous sous contrat pour au moins une saison de plus. Onze mois après une grave blessure, à l’aube de ses 35 ans, et sans avoir prouvé qu’il était de retour au top, "Froomey" peut difficilement négocier une prolongation assortie de garanties sportives. La perspective de son départ, dans l’optique de rejoindre au panthéon du cyclisme les quintuples vainqueurs du Tour (Anquetil, Hinault, Indurain, Merckx), est donc crédible de longue date.

Cyclisme

Quintana : "Après le Tour, je courrai les classiques ardennaises"

15/05/2020 À 13:23

Un contexte sportif paradoxalement favorable ?

Mais l’hypothèse de le voir mettre les voiles dès maintenant est en revanche nouvellement évoquée. Couplé à la symbolique sortie du Colombien, le report du Tour (29 août-20 septembre) serait à l’origine de ce murmure d’un transfert anticipé. Même si les cyclistes sont traditionnellement respectueux de leurs engagements, le "mercato" des coureurs en fin de contrat battant habituellement son plein lors du Tour en juillet, un changement de crèmerie en plein exercice ne serait pas une première. Froome n’a pas à chercher bien loin pour trouver un exemple : actuellement chez Ineos, Rohan Dennis était passé de Garmin à BMC en août 2014.

Chris Froome pourrait avoir trois mois pour s’acclimater à un nouvel environnement de travail, et à un nouveau matériel, aucune autre équipe du World Tour n’ayant Pinarello, historique partenaire de la formation britannique, pour équipementier-vélo. Seulement trois mois, certes. Mais ce désavantage paraît moindre, à l’aune de cette saison particulière, bouleversée par la crise sanitaire.

Contador : "Je pense que cette quarantaine profitera à Froome"

00:01:25

Reste à savoir quelle structure aurait à la fois la manne financière pour l’accueillir, un effectif suffisamment fort pour le soutenir mais pas assez pour que la problématique de la lutte intestine ne pointe, à nouveau, le bout de son nez. Alors que Cycling News évoque "deux équipes qui ont approché Froome pour un transfert de mi-saison ou une signature à la fin de l’année", les candidats crédibles ne sont pas légion.

Un tremplin de visibilité pour Israel Start Up Nation ?

D’autant plus que l’argument de la saison tronquée est réversible. Si la complexité du temps d’adaptation en serait minorée par la difficulté ambiante, la conjoncture économique n’est pas favorable à la signature "improvisée" d’une tête d’affiche telle que Froome. Son salaire oscille autour des 5 millions d’euros par an, selon les différentes sources. Ce qui fait de lui l’un des mieux payés du peloton, dans la roue de Peter Sagan. Qui peut se permettre d’investir une telle somme sur un champion qui ne renouera peut-être jamais avec sa gloire d'antan ?

La formation Israel Start Up Nation est une réponse potentielle. Anciennement nommée Israel Cycling Academy, elle a racheté la licence de l’équipe Katusha Alpecin afin d’intégrer cette saison le Word Tour. Aux manettes : le milliardaire Sylvan Adams. Les recrutements du certes vieillissant Andre Greipel et de Dan Martin ont témoigné de son ambition. La venue de Chris Froome la ferait bondir d’un cran, surtout au niveau de la médiatisation. Jeudi, le compte Twitter de cette équipe a publié un démenti relatif à une annonce frauduleuse de l’arrivée de Froome en son sein. Ce qui ne présage en rien de ce qui se passe, ou non, en coulisses.

"On catalogue souvent Froome d'emblème d’un cyclisme réglé au millimètre, et pourtant…"

00:05:17

Sur le bitume, cela pourrait donner un Chris Froome notamment épaulé dans la montagne par Dan Martin (trois fois dans le Top 10 du Tour mais jamais mieux que 6e) et dans la plaine par Nils Politt (machine à rouler, 2e de Paris-Roubaix 2019). Ajoutez à cela Ben Hermans, Krists Neilands ou autre Daniel Navarro et vous obtenez une équipe loin de concurrencer l’armada Ineos en termes de talents mais tout de même compétitive.

Retrouvailles chez Bahrain-McLaren ou UAE Emirates ?

Autre option que l’on peut qualifier d’envisageable : un départ pour Bahrain-McLaren. Le rattachement du constructeur automobile au projet bahreïni, opéré cette année, s’est accompagné de l’engagement de Mark Cavendish, chez Sky en 2012. Froome pourrait y retrouver deux autres ex-coéquipiers : Wout Poels et… Mikel Landa, qui n’accueillerait sans doute pas d’un bon œil ce nouveau partage de responsabilités, alors qu’il court après un leadership unique depuis tant d’années.

Froome tomberait également sur un visage connu au sein du management de Bahrain-McLaren, en la personne de Rod Ellingworth (ex-Sky). Le groupe qui pourrait être constitué autour de lui serait par ailleurs correct, avec outre son fidèle lieutenant Poels, et Landa : Dylan Teuns, Pello Bilbao et Matej Mohoric comme éventuels équipiers de luxe.

Wout Poels (Bahrain-McLaren) et Chris Froome (Ineos), lors de l'UAE Tour 2020

Crédits Getty Images

Parmi les autres destinations potentielles, l’équipe UAE Emirates est régulièrement citée depuis la parution de l'article de Cycling News, en raison des fonds dont elle dispose et de la jeunesse de son principal leader, Tadej Pogacar. Le 3e de la dernière Vuelta (21 ans) serait-il enclin à apprendre sur les routes du Tour de France, aux côtés de Froome, avant d’être le mâle alpha ? Peut-être. Il y a en tout cas de quoi voir venir en altitude, du côté de la formation émiratie (les anciens de la Sky David de la Cruz et Sergio Henao, mais aussi Fabio Aru, Davide Formolo, Joe Dombrowski etc.).

La rumeur Movistar

Enfin, le relatif renouveau de la formation NTT (ex-Dimension Data et MTN-Qhubeka) avec l’arrivée de Bjarne Riis dans son staff, ainsi que son statut originel d’emblème du cyclisme africain, en font une candidate assez crédible à l’accueil de Froome. Mais le "Kenyan Blanc", né à Nairobi, y trouverait un soutien montagnard plutôt en bout de course (Roman Kreuziger, 34 ans, Domenico Pozzovivo, 37 ans, notamment).

Reste la piste qui enflamme le plus la toile, à l’aune du passé que partagent Chris Froome et cette formation : Movistar. La rumeur prêtant à l’équipe espagnole d’Alejandro Valverde, Enric Mas ou autre Marc Soler - et anciennement Nairo Quintana -, des envies de recruter Froome a été alimentée, voire générée, par un José Joaquin Rojas taquin. Le spécialiste des places d’honneur en Grand Tour (51 "Top 10", 0 victoire d’étape) a tweeté, en rebond de la publication de Cycling News : "Mon ami, tu sais qu’on mange très bien en Espagne, et tu y auras une très bonne couverture." Un message assorti d’un clin d’œil. Mais qui reste peut-être un appel du pied. Sans doute pas le dernier, maintenant que la mèche est allumée.

Chris Froome (Sky) encadré par Nairo Quintana et Alejandro Valverde (Movistar) sur le podium du Tour de France 2015

Crédits Getty Images

Tour de France

Coup de tonnerre avant le Tour ? Froome pourrait quitter Ineos

14/05/2020 À 17:15
Cyclisme

"On catalogue souvent Froome d'emblème d’un cyclisme réglé au millimètre, et pourtant…"

10/05/2020 À 17:13
Dans le même sujet
CyclismeTour de FranceMOVISTARUAE Team EmiratesPlus
Partager avec
Copier
Partager cet article

Dernières infos

Cyclisme

Naesen prolonge avec AG2R jusqu'en 2023

IL Y A 14 HEURES

Vidéos récentes

Tour d’Italie

L'image du Giro 2017 : En rose, Dumoulin s'arrête en catastrophe pour satisfaire un besoin naturel

00:01:40

Les plus lus

Sports mécaniques

Pas de GP mais Leclerc a joué l'acteur au volant d'une Ferrari dans les rues de Monaco

HIER À 19:42
Voir plus