ETAPE 1

Date : Vendredi 1er juillet
Départ : Copenhague
Arrivée : Copenhague
Distance : 13,2 km
Heure du premier départ : 16h00
Type : Contre-la-montre individuel
  • Regardez le Tour de France sur Eurosport à partir de vendredi 1er juillet
Tour de France
Pogacar - Vingergaard, une rivalité du Tour devenue légendaire
28/07/2022 À 14:07
Pour la première fois depuis cinq ans et le départ de Dusseldörf en 2017, le Tour s’ouvrira sur un contre-la-montre individuel et devrait logiquement sacrer un pur spécialiste de l’exercice. Complètement plat, ce premier acte multipliera certes les virages dans la capitale danoise - et il faudra s’en méfier pour les favoris - mais rien qui ne devrait empêcher les meilleurs rouleurs mondiaux de se disputer le premier maillot jaune de cette édition 2022. Ce chrono devrait également établir une première hiérarchie entre les candidats à la victoire finale, même s’il serait surprenant de voir des favoris concéder plus d’une trentaine de secondes.

Le profil de la 1re étape : 13km de chrono en apéritif

ETAPE 2

Date : Samedi 2 juillet
Départ : Roskilde
Arrivée : Nyborg
Distance : 202,2 km
Heure de départ : 12h35
Type : Plaine
C’est l’une des étapes les plus plates de cette édition et c’est pourtant l’une des plus excitantes sur le papier. La faute à la présence dans le final du Pont du Grand Belt à 21 km de l’arrivée. Si la route jusqu’à celui-ci présente peu de difficultés malgré trois ascensions qui décerneront le premier maillot à pois, les routes du Grand Belt (18 km de long) seront elles fortement exposées au vent et des bordures sont plus que probables sur cette fin d’étape, où il sera impossible de se cacher et où le placement sera primordial. Les trois derniers kilomètres seront plus à l’abri et permettront plus facilement la mise en place pour l’emballage final. Si tant est que les sprinteurs soient encore là. Et soient accompagnés.

Le profil de la 2e étape : Gare au vent !

ETAPE 3

Date : Dimanche 3 juillet
Départ : Vejle
Arrivée : Sonderborg
Distance : 182 km
Heure de départ : 13h15
Type : Plaine
Pour la troisième et dernière étape au Danemark, le scénario devrait être beaucoup plus classique. La route vers Sonderborg est certes plus "mal plate" que la veille mais n’est pas plus difficile pour autant. A la veille de la première journée de repos, les sprinteurs auront à cœur de se disputer une première véritable arrivée massive et il serait surprenant de les voir la rater, d’autant qu’il leur faudra probablement attendre jusqu’à la 13e étape pour retrouver pareille opportunité.

Le profil de la 3e étape : Un sprint, à coup sûr ?

ETAPE 4

Date : Mardi 5 juillet
Départ : Dunkerque
Arrivée : Calais
Distance : 171,5 km
Heure de départ : 13h30
Type : Vallons
Scénario plus qu’indécis en vue. Entre Dunkerque et Calais, c’est un peloton frais qui retrouvera un terrain vallonné dans les monts du Boulonnais. Si la majeure partie des ascensions sont situées loin de l’arrivée, à l’image du Mont Cassel placé après 30 km de course, elles fatigueront les organismes des sprinteurs avant un final en deux temps, avec le non-répertorié Mont de la Louve (1,9km à 4,8%) puis la côte du Cap Blanc-Nez (4e cat, 1km à 7,2%). Avec un sommet à 11 km de l’arrivée, c’est une occasion idéale pour les puncheurs de piéger les sprinteurs les plus complets. Mais une arrivée en plus ou moins gros comité reste envisageable. A condition que le vent ne vienne pas lui aussi se mêler à la partie dans le final.

Le profil de la 4e étape : Pour l'entrée en France, sprint ou échappée ?

ETAPE 5

Date : Mercredi 6 juillet
Départ : Lille
Arrivée : Arenberg-Porte du Hainaut
Distance : 157 km
Heure de départ : 14h00
Type : Plaine avec pavés
Quatre ans après, revoici les pavés sur le Tour de France ! Si l’étape de 2018 n’avait pas créé une véritable sélection parmi les favoris, cette 5e étape pourrait bien faire de plus gros dégâts, car les périodes de récupération entre les secteurs seront bien moins importantes qu’habituellement sur le Tour : dix des onze secteurs et 18 des 19,7km de la journée sont en effet concentrés dans les 57 derniers kilomètres de l’étape. Une densité conséquente qui devrait faire mal aux non-spécialistes, même si aucun secteur ne dépassera les 2 800m du secteur de Erre à Wandignies-Hamage, à 27,5km de l’arrivée. Une vraie étape pour Flandriens, un véritable petit enfer pour les favoris au général qui auront tout à perdre sur les pavés du Nord. Certains pourraient bien perdre le Tour à Arenberg.

Le profil de la 5e étape : La journée des pavés et de tous les dangers

ETAPE 6

Date : Jeudi 7 juillet
Départ : Binche
Arrivée : Longwy
Distance : 219,9 km
Heure de départ : 12h15
Type : Vallons
A Longwy, les coureurs du Tour de France retrouveront une côte finale qu’ils connaissent bien pour l’avoir déjà empruntée lors de la dernière arrivée dans la ville lorraine, en 2017 : la côte des Religieuses (1,6km à 5,8%). Il y a cinq ans, Peter Sagan s’y était imposé dans une arrivée quasi massive, un scénario qui semble cette fois improbable vu le terrain proposé avant Longwy. Contrairement à 2017, le final ne se résume pas seulement à la montée finale, avec quatre ascensions dans les 22 derniers kilomètres. La côte de Montigny-sur-Chiers (4e cat) et les 2,3km à 4,3% non répertoriés ne devraient pas poser de problème au peloton, au contraire des 800m à 12,3% de la côte de Pulventeux (3e cat), situé à 5km de l’arrivée. Un final dynamique et sans temps mort qui pourrait réserver des surprises après ce qui sera l'étape la plus longue de cette édition 2022.

Le profil de la 6e étape : Le jour le plus long

ETAPE 7

Date : Vendredi 8 juillet
Départ : Tomblaine
Arrivée : La Super Planche des Belles Filles
Distance : 176,3 km
Heure de départ : 13h15
Type : Moyenne montagne
Après les pièges du Danemark et du Nord de la France, les favoris du Tour retrouveront un terrain beaucoup plus connu, avec l’arrivée au sommet de la Super Planche des Belles Filles, empruntée dans cette configuration pour la première fois en 2019 avec la victoire en échappée de Dylan Teuns. Si le reste de l’étape n’offrira qu’un minimum de difficulté, la montée se suffira à elle-même avec ses pentes sévères (7km à 8,7%) et ses passages à plus de 20% dans le final. Nouveau classique en puissance de la Grande Boucle, la Planche des Belles Filles n’a jamais déçu jusqu’ici, créant toujours une vraie sélection parmi les favoris. Encore plus avec son dernier kilomètre en chemin de terre jusqu’à la Super Planche. Une occasion idéale pour les grimpeurs piégés en début de semaine de commencer à rattraper leur retard.

Le profil de la 7e étape : Une Super Planche à ne pas rater

Tour de France
Tour 2024 : la balance penche pour une arrivée à Nice
26/07/2022 À 11:47
Tour de France
Ewan opéré pour se faire retirer une plaque sur sa clavicule droite
26/07/2022 À 09:59