2-2-2-1. Wout van Aert a beau avoir le maillot jaune, il voulait aussi aller chercher sa victoire après avoir joué les Poulidor de luxe sur le chrono et les deux premières étapes en ligne. C'est chose faite, et de quelle manière. Sortant cette 109e édition d'une relative torpeur depuis le grand départ de Copenhague, la superstar belge a placé la première banderille de ce Tour 2022. En fait de banderille, c'est plutôt un bâton de dynamite que WVA a déposé dans la côte du Cap Blanc-Nez, un "simple" 4e catégorie long de 900 mètres à 7,5% de moyenne. Mais c'est bien là que le maillot jaune, mis sur orbite par une équipe Jumbo Visma déchaînée, a sidéré tout le monde, coéquipiers comme adversaires.

Les Jumbo ont vissé, Van Aert a tout explosé : l'énorme coup de force du Cap Blanc-nez

A l'évidence, le coup était prémédité, et le plan a été magistralement exécuté. "Il y a longtemps déjà, on avait bien observé le parcours, on savait que ce serait exigeant avec pas mal de montées et de descentes. Il était clair que nous allions tenter quelque chose avec l'équipe sur la dernière ascension", a confié le vainqueur du jour. "Nous avions planifié notre attaque, a confirmé son coéquipier, Nathan Van Hooydonck, qui a allumé la mèche. Chaque année, nous étudions le parcours du Tour dans les moindres détails et nous savions qu'il y avait quelque chose à faire aujourd'hui."
Tour de France
Disqualifié, Quintana nie l'utilisation du Tramadol
17/08/2022 À 17:36
Les circonstances de ce début de Tour ont fini de convaincre Van Aert et les siens de déclencher l'offensive. "Je ne voulais plus prendre le risque de perdre un nouveau sprint, détaille le Belge. Le plan était de tenter quelque chose pour le classement général et aussi le maillot vert. On a attaqué la dernière montée à fond, à l'avant, avec ces deux objectifs en tête. Nathan van Hooydonck a lancé le mouvement, Tiesj Benoot a suivi et on a entendu dans nos radios que l'attaque avait fait des dégâts. Donc on a foncé jusqu'au sommet pour voir ce qui allait se passer. Mais je ne m'attendais pas à me retrouver seul."

Van Aert : "On s'est dit qu'on allait y aller à fond jusqu'au sommet"

Pogacar : "Il a explosé tout le monde"

Ce fut peut-être le seul minuscule regret de la formation néerlandaise, qui n'a pas pu rééditer le coup de Paris-Nice, lorsqu'elle avait signé un fantastique triplé dès la première étape, Christophe Laporte s'imposant devant Van Aert et Primoz Roglic. Jonas Vingegaard n'a pu accompagner son coéquipier jusqu'en haut de la bosse et ce n'est peut-être pas plus mal au fond. Cela évite un premier débat trop appuyé autour du binôme qu'il forme avec Roglic. En tout cas, la démonstration de force n'est pas passée inaperçue. "C'est un peu notre spécialité, notre truc, ce genre de parcours où il faut fournir un effort très bref mais très violent, souligne Laporte. L'équipe est encore récompensée aujourd'hui et c'est super."
Mais si le collectif Jumbo dépote, c'est bien Van Aert qui a le plus impressionné sur la route de Calais, tout à la fois pour la façon dont il a distancé tout le monde que pour l'aisance avec laquelle il a tenu en respect le peloton (ou ce qu'il ne en restait) dans les dix derniers kilomètres. "Je me suis senti voler dans les 10 derniers kilomètres, avoue le Flamand. Remporter une étape de cette manière, avec le maillot jaune, c'est beau !" Primoz Roglic a été bluffé. "Oui, c'est fou. Wout est mi-homme, mi-moteur, sourit le Slovène. Quand il part comme ça, personne ne peut le suivre. J'aurais bien aimé, mais ce n'était pas possible. Il est vraiment incroyable."
Comme son compatriote et rival, Tadej Pogacar a observé tout cela d'assez loin. Les deux Slovènes étaient assez mal placés au pied de l'ascension et, compte tenu du rythme effréné mené dès le pied, ce n'était pas une bonne idée. Mais par rapport à Van Aert, cela n'aurait rien changé. "Pogi" l'a admis, et n'a pas été surpris par ce coup de force. "On pouvait s’attendre à quelque chose de ce genre, juge le double tenant du titre. Wout van Aert était clairement le plus fort aujourd’hui, il a explosé tout le monde, il mérite vraiment sa victoire. Il était en feu."

Le résumé de la 4e étape : Van Aert réveille le Tour et met K.O. la concurrence

Tour de France
Quintana disqualifié pour "présence de tramadol" dans son sang
17/08/2022 À 13:28
Tour de France
Pogacar - Vingergaard, une rivalité du Tour devenue légendaire
28/07/2022 À 14:07