AFP

Zaugg, de l'ombre à la lumière

Zaugg, de l'ombre à la lumière
Par Eurosport

Le 15/10/2011 à 20:18Mis à jour Le 15/10/2011 à 20:29

Equipier modèle, Oliver Zaugg a déjoué tous les pronostics, samedi, en dominant le Tour de Lombardie. En l'absence de réel leader, le Suisse de Leopard-Trek a enfin pu jouer sa carte personnelle. Selon l'intéressé, son attaque avait été élaborée depuis une semaine. Ce fut un coup de maître.

"C'est une surprise, même pour moi". Incrédule, Oliver Zaugg a eu toutes les peines du monde à prendre conscience de l'exploit réalisé sur les bords du lac de Côme. A 30 ans, le Suisse de Leopard Trek n'avait jamais décroché la moindre victoire en carrière. Il n'était même jamais monté sur un podium d'une classique. C'est désormais chose faite. Habitué à jouer les hommes de main, Zaugg s'est enfin offert une place en haut de l'affiche.

"J'ai toujours été au service des autres durant ma carrière. Depuis j'ai commencé le vélo, mon travail a été d'aider mes leaders. Ce samedi, j'ai eu la possibilité de jouer ma carte, et j'ai réussi", ajoute-t-il du haut de son 1,67m (pour 60 kg). Dans l'ombre durant l'essentiel de la course, Zaugg a surpris tout son monde dans l'ascension de la Villa Vergano. Loin d'être un pur grimpeur, le natif de Ledig a attendu les pourcentages les plus corsés pour tenter sa chance. La suite est connue.

Dans quelle équipe en 2012 ?

dapd

L'homme, qui avait reconnu le parcours la veille, ne s'est jamais affolé. Il a attendu son heure. Patiemment. "L'attaque de Nibali ne m'a pas inquiété, reconnaît-il. Le Ghisallo est loin de l'arrivée et la descente n'est pas très technique, même si Nibali est un grand spécialiste. J'ai vu que les Sky roulaient, je suis resté tranquillement dans le peloton". Dans l'expectative, quant à son avenir, Zaugg ne sait pas encore où il évoluera la saison prochaine. Leopard Trek changera de peau dans quelques semaines. Fera-t-il partie de l'aventure ? Rien n'est moins sûr mais l'homme n'est pas inquiet : "J'ignore ce que ça va changer pour moi dans l'équipe mais je sais que ça va me donner une grande confiance. Je crois davantage en moi, je me sens plus fort surtout dans le final. Je commence à comprendre que c'est la tête qui fait la différence". C'est aussi simple que ça.

0
0