Sonny Colbrelli a beau avoir dit le contraire il y a une semaine après Paris-Roubaix, 2021 est décidément l’année de Tadej Pogacar. Déjà vainqueur de Liège-Bastogne-Liège et du Tour de France, le Slovène de la formation UAE Team Emirates a rajouté une ligne prestigieuse à son palmarès en s’offrant ce samedi le Tour de Lombardie, pour sa première participation.
Sorti en solitaire dans le Passo di Ganda, Pogacar a dû composer avec le retour de Fausto Masnada dans le final mais le Slovène a facilement dominé l’Italien au sprint. C’est la première fois depuis Bernard Hinault en 1979 que le vainqueur du Tour s’offre deux monuments la même saison. Piégé, comme les autres favoris, Adam Yates (INEOS Grenadiers) prend la 3e place. Julian Alaphilippe (Deceuninck - Quick Step) a terminé 6e avec le groupe des favoris.
Tour de France
Lefevere sur Alaphilippe : "Pour participer au Tour, il faudrait que sa convalescence soit parfaite"
01/05/2022 À 18:26

Nibali, lanceur de Pogacar

Un Slovène peut toujours en cacher un autre. Comme sur Liège-Bastogne-Liège, tout le monde attendait Primoz Roglic, grand favori au départ de l’épreuve. Comme sur la Doyenne, c’est son compatriote Tadej Pogacar qui a raflé la mise. Mais, s’il avait gagné au sprint son premier Monument, il est allé chercher le second avec panache. Comme on s’y attendait, tout se sera joué dans le Passo di Ganda. C’est dans la difficulté majeure de cette édition 2021, avec ses 9,3km à 7,2%, que le Slovène s'est isolé, en suivant tout d’abord l’attaque de Vincenzo Nibali (Trek-Segafredo) avant de s’envoler en solitaire, à 3km du sommet.
On était encore à plus de 35km de l’arrivée et il n’y avait pas encore lieu de s’inquiéter pour les favoris. Pourtant, c'est la dernière fois qu'ils l'ont vu de la course. En surnombre dans le groupe des cadors avec la présence de Masnada, d’Alaphilippe mais aussi de Joao Almeida, la Deceuninck-Quick Step semblait avoir les moyens de contrôler l’avance de Pogacar dans l’ascension pour profiter de la dizaine de kilomètres de plat entre le Ganda et la montée dans Bergame pour revenir. Mais l’attaque de Yates et, surtout, le contre d’Alaphilippe sur le sommet du Ganda ont fait coincer Almeida.

Pogacar, comme Merckx

Du coup, la formation belge a décidé de lancer Masnada à la chasse du Slovène, pour s’éviter de rouler. Sauf que personne évidemment n’a voulu emmener Alaphilippe sur un plateau et les favoris se sont enterrés. Lorsque Masnada a réussi à recoller à Pogacar, on a un temps cru que le groupe de chasse allait pouvoir revenir avec un gros travail de Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma) et des favoris qui s’organisaient mais Alaphilippe ne roulait pas et ça a fini par agacer ses adversaires, qui se sont arrêtés de rouler. Le champion du monde a bien tenté alors de s'y mettre mais c’était trop mal. Le mal était fait.
Forcé par ses directeurs sportifs à ne pas rouler avec Pogacar, Fausto Masnada a tenté de récupérer avant la montée de Bergama Amta (1,8km à 7,2%) pour attaquer le Slovène mais c’est bien lui qui a été mis en difficulté dans les parties plus raides par le double tenant du Tour de France. Et lorsqu’il a pu tenter sur le sommet, Pogacar a suivi sans difficulté, conscient qu’il était plus fort au sprint. La dernière ligne droite l’a d’ailleurs confirmé avec un succès franc de Tadej Pogacar, récompensé de son numéro en solitaire. A toute juste 23 ans, le Slovène aura donc gagné cette saison le Tour de France, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie. Un triplé seulement réalisé dans le passé par Eddy Merckx et … c’est tout ! Une classe à part, tout simplement.

Tadej Pogacar

Crédit: Imago

Liège - Bastogne - Liège
Fritsch sur la sécurité : "Je compare les vélos d'aujourd'hui à des F1"
28/04/2022 À 19:32
Cyclisme
Alaphilippe est toujours à l'hôpital
26/04/2022 À 11:56