Un sprint massif, gagné par l'Italien Elia Viviani, a conclu la quatrième étape du Tour de Pékin, qui est revenu samedi aux abords de la capitale, à la veille de la parade du dernier jour. Sur les immenses avenues des environs de Pékin, tout près du site olympique d'aviron et de canoë en 2008, Viviani a devancé son équipier slovaque Peter Sagan et l'ensemble du peloton, en conclusion de la plus longue étape de l'épreuve (189,5 km) bouclée à près de 46 km/h.
A l'inverse de la première étape en ligne, dans laquelle ils avaient travaillé en vain, les coureurs de Liquigas (Cimolai, Oss, Sagan, Viviani) ont attendu les tout derniers kilomètres pour se placer résolument à l'avant du peloton. "On s'est mis d'accord avec Peter Sagan pour qu'il m'emmène le sprint", a déclaré Viviani, un jeune coureur de 22 ans qui compte désormais huit succès à son palmarès de l'année, entre autres une autre victoire dans la première étape du Tour de Bombay (Inde). "Je suis passé à 150 mètres de la ligne".
Sous les yeux de Michele Acquarone, désormais patron de RCS Sport qui organise le Giro et les grandes classiques italiennes (Milan-Sanremo, Tour de Lombardie), Viviani a redonné une raison d'espérer à un cyclisme italien en perte de vitesse. A titre d'exemple, Viviani pourrait être le seul représentant italien dans les épreuves sur piste des JO de Londres, s'il participe à l'omnium.
Tour de Pékin
Roche, deux ans après
07/10/2011 À 11:14
Le galop d'essai de Cunego
"Je ne sais pas encore ce que je ferai aux JO car la course sur route m'intéresse", a déclaré le vainqueur, qui est doté d'une intéressante pointe de vitesse. "Mais la priorité devrait être plutôt la piste à Londres". Cette étape, qui a longé à deux reprises la Grande Muraille au nord de Pékin, a souligné aussi le bon comportement de l'équipe nationale chinoise dont un représentant (Wang Meiyin) a participé à l'échappée de six coureurs (avec Machado, Bérard, Veuchelen, Keisse et Cunego) menée tambour battant, à l'exemple des percussions des fanfares locales sur le bord de la route.
Ce groupe, dans lequel l'Italien Damiano Cunego et le Portugais Tiago Machado ont été les plus efficaces, n'a été repris qu'à 12 kilomètres de l'arrivée. "Ce sera intéressant de voir comment Cunego se comportera au Tour de Lombardie. Il a passé la journée devant et les efforts d'aujourd'hui lui feront peut-être du bien samedi prochain", a estimé l'ancien coureur français Cédric Vasseur, l'un des responsables sportifs de l'épreuve.
Comme prévu, l'Allemand Tony Martin, en tête de la course depuis son succès dans le contre-montre d'ouverture mercredi dernier, s'est rapproché un peu plus du succès final. Il n'a plus qu'à franchir sans encombre la dernière étape de 118 kilomètres, conçue comme une parade de la place Tienanmen au parc olympique où 12 tours de circuit sont prévus.