Imago

Davis roi du sprint

Davis roi du sprint
Par Eurosport

Le 23/01/2009 à 08:00Mis à jour

Au terme d'une journée beaucoup plus calme que les précédentes, l'Australien Allan Davis, leader du classement général depuis sa victoire dans la 2e étape, s'est imposé à Angaston. Lance Armstrong, 47e de l'étape dans le même temps que le vainqueur, n'a p

Après deux journées où les offensives se sont succédées et où les chutes à répétition ont exigé du peloton un lourd tribu, la 4e étape du Tour Down Under entre Burnside Village et Angaston a permis de souffler aux 124 rescapés de l'épreuve australienne. Lance Armstrong, présent aux avant-postes mercredi et franchement à l'attaque jeudi, a éprouvé, pour sa part, le besoin compréhensible de récupérer de ses efforts à répétition. Pour la première fois depuis le départ du Tour Down Under, le Texan, l'esprit sans doute déjà tourné vers l'étape du Willunga Hill, samedi, n'a pas pointé le bout de son nez en tête de la course.

D'autres s'en sont néanmoins chargé car si l'étape n'a pas été mené tambour battant, quelques courageux pointaient tout de même parmi les volontaires préposés à l'échappée matinale. Dès le 9e kilomètre, trois hommes sont ainsi parvenus à fausser compagnie au peloton. On retrouvait le Basque Andoni Lafuente (Euskaltel), déjà à l'attaque mardi vers Stirling, l'Australien Travis Meyer (UniSA) et, plus surprenant, le Russe Vladimir Efimkin (AG2R - La Mondiale) visiblement désireux de tester sa condition. Bénéficiant de l'apathie du peloton, les trois hommes de tête ont rapidement creusé l'écart pour compter une avance maximale de 8'30'' au km 39.

Candidat à la victoire finale

Obligé de réagir, les coéquipiers du leader Allan Davis se sont d'abord installés seuls en tête du peloton avant de recevoir le concours de l'équipe Rabobank, désireuse de favoriser les desseins de son sprinter maison l'Australien Graeme Brown. Tandis que l'écart diminuait de manière spectaculaire, l'ascension du Menglers Hill, à une quarantaine de kilomètres de l'arrivée, permettait d'observer une nouvelle fois les belles dispositions de garçons comme David Moncoutié (Cofidis), Jérémy Roy (Française des Jeux) et Matthew Lloyd (Silence-Lotto).

Efimkin et Meyer repris à 13 km de l'arrivée, le sprint massif devenait inévitable. Les tentatives de Laurent Lefevre (BBox Bouygues Telecom), Michael Rogers (Team Columbia) ou Jens Voigt (Saxo Bank) réduit à néant par la vigilance du peloton, l'explication finale allait avoir lieu dans la dernière ligne droite. Davis s'y imposait sans difficulté devant Brown et Jose Joaquin Rojas (Caisse d'Epargne) et profitait des 10 secondes de bonifications accordées au vainqueur pour conforter sa place de leader au général, faisant, à deux jours de l'arrivée à Adélaïde, un candidat à la victoire finale de plus en plus crédible.

0
0