AFP

Tour Méditerranéen - Cummings lauréat, Péraud encore deuxième

Cummings lauréat, Péraud encore deuxième
Par AFP

Le 16/02/2014 à 19:30Mis à jour Le 16/02/2014 à 19:31

Stephen Cummings (BMC) a remporté le Tour méditerranéen pour quatre secondes, dimanche, au détriment de Jean-Christophe Péraud (AG2R La Mondiale), vainqueur de la dernière étape, au Mont Faron.

Le Britannique Stephen Cummings (BMC Racing Team) a remporté dimanche le 41e Tour Méditerranéen, résistant à l'attaque du Français Jean-Christophe Péraud (AG2R La Mondiale) vainqueur au sommet du Mont Faron lors de la 5e et dernière étape courue entre Bandol et Toulon sur 192,7 kilomètres. Au lendemain de sa prise de pouvoir à la faveur du contre-la-montre de Saint-Rémy-de-Provence, Cummings, 32 ans, a limité la casse dans l'ascension du Mont Faron (5,5 kilomètres à plus de 8% de moyenne).

Son équipe a tout d'abord contrôlé à distance une échappée de quatre coureurs où figuraient le Français Rudy Kowalski (Roubaix Lille Métropole) et le Belge Tom Dernies (Wallonie-Bruxelles), avant de la rattraper peu avant Toulon. Mais au pied de la montée finale, les équipiers de Péraud entraient en action, imités quelques instants plus tard par l'Argentin Eduardo Sepulveda (Bretagne-Séché Environnement).

" Je n'ai pas essayé de répondre aux attaques"

A moins de trois kilomètres du but, Péraud plaçait son attaque. Il franchissait la ligne d'arrivée du Faron en vainqueur pour la deuxième année d'affilée. Sepulveda terminait deuxième à cinq secondes. En terminant dans la roue de l'Autrichien Stefan Denifl (IAM Cycling), troisième à onze secondes, Cummings conservait son maillot jaune pour quatre secondes. "L'idée pour moi était de mener une allure rapide. Je n'ai pas essayé de répondre aux attaques. Je suis monté à mon train car je ne suis pas un grimpeur", a expliqué le lauréat de cette 41e édition.

Si Cummings a gagné le Tour Méditerranéen dimanche, Péraud l'a peut-être perdu samedi en plein contre-la-montre, lorsqu'une voiture sans permis s'est retrouvée sur son chemin dans un virage, l'obligeant à couper son effort. Il avait déjà connu pareille mésaventure du côté de Sète ... lors du chrono du Tour Mediterranéen 2013.

" C'est le destin"

"La voiture d'Euskaltel l'an dernier, la voiture sans permis cette année. Ecoutez, c'est le destin, il n'y a pas de soucis...", a ironisé le Toulousain. "Visuellement, je savais que Cummings n'était pas très loin. L'équipe courait après la victoire depuis un petit moment. Si j'avais été assuré de remporter le général, j'aurais laissé l'étape à Sepulveda", a-t-il ajouté.

C'est la deuxième fois d'affilée que Péraud l'emporte au Mont Faron. C'est aussi la troisième fois qu'il termine deuxième de l'épreuve, après 2011 et surtout 2013, où il avait échoué pour quelques millièmes.

0
0