Déjà doté d'un effectif impressionnant, le Bayern Munich a frappé un grand coup il y a une dizaine de jours en officialisant la signature de Mario Götze l'été prochain contre 37 millions d'euros. Après l'incrédulité qui a suivi l'annonce est venu le temps des questions : que va faire Götze au FC Hollywood, alors que le collectif munichois semble avoir atteint son apogée cette saison ? En conférence de presse avant la demi-finale aller de C1, Jurgen Klopp avait son avis sur la question : "Il voulait tellement bosser avec Pep Guardiola... Et ce dernier le voulait absolument, c'est son joueur préféré..." Götze-Guardiola, une simple histoire d'hommes ? Evidemment non, c'est bien plus que ça. 
Un prodige ordinaire
En recrutant Mario Götze, le Bayern recrute avant tout le futur du football allemand. Techniquement, physiquement, tactiquement, le natif de Memmingen fait déjà partie des meilleurs mondiaux à son poste. Intégré à l'école de football du Borussia Dortmund dès ses 8 ans, Götze a fait ses gammes en prodige, brûlant les étapes pour faire ses débuts avec le groupe professionnel à seulement 17 ans. Qualifié de "talent du siècle" par son directeur sportif (Mathias Sammer), il a pris le temps d'attendre son heure pour véritablement s'installer en tant que titulaire. Le départ de Shinji Kagawa après le premier titre de l'ère Klopp lui a permis de prendre de s'installer en soutien de Robert Lewandowski, après avoir commencé sur les ailes du 4-2-3-1 du Borussia Dortmund. 
Ligue des champions
Reus, Götze et Blaszczykowski : bourreaux du Real
25/04/2013 À 12:43
Dans d'autres pays, d'autres footballs, les prodiges bénéficient parfois d'un statut à part. Pas Götze, pas à Dortmund. Malgré ses qualités évidentes, le joueur abat sa part de travail défensif sans jamais rechigner. Et il s'y prend plutôt bien. Avec Lewandowski, il forme le premier rideau du Borussia Dortmund, celui qui protège l'axe et permet à Gundogan et Bender de harceler la construction adverse. Lorsque son équipe subit, c'est Götze qui récupère le marquage de la plaque tournante adverse. En 285 minutes de jeu face au Real Madrid cette saison, il a passé son temps à "pourrir la vie" de Xabi Alonso en l'empêchant d'orienter le jeu comme l'Espagnol en a l'habitude. 
Avec cette implication défensive, Götze s'assure déjà une intégration quasi-naturelle au système de jeu du Bayern Munich. Selon toute vraisemblance, il évoluera au poste qui est aujourd'hui le sien à Dortmund. Les repères seront quasiment les mêmes et il se fondra dans le bloc défensif de la même manière que Thomas Muller ou Toni Kroos à l'heure actuelle. Même si Guardiola modifie le système de jeu à son arrivée (ce qui est loin d'être sûr), il pourra sans nul doute sur sa nouvelle recrue pour faire les efforts nécessaires. Bref défensivement, Mario Götze sera un Bavarois comme un autre, se sacrifiant pour le collectif comme il le fait depuis le début de sa carrière. 

Mario Götze - FC Bayern 2013 (Imago)

Crédit: Imago

Un profil supplémentaire pour le Bayern
Mais évidemment, c'est surtout sur les phases offensives que Götze sera attendu en Bavière. Sous les couleurs du Borussia, le meneur de jeu est avant tout un "facilitateur" dans les 30 derniers mètres. Se baladant sur toute la largeur du terrain, avec ses trois partenaires de l'attaque, il joue sur sa vivacité pour créer des décalages et mettre hors de position les milieux défensifs adverses. Malgré les espaces resserrées dans ces zones de jeu, Götze présente un taux de réussite plus qu'intéressant dans ses transmissions (plus de 85%). La clé ? Sa spontanéité, sa qualité de passes et son entente avec Reus, Blaszczykowski et Lewandowski. S'il aura certainement besoin de temps pour parfaire ses automatismes avec Ribéry, Muller ou Shaqiri, Götze pourra toujours s'appuyer sur ses qualités intrinsèques pour se faire une place dans le collectif bavarois...
En faisant la différence par exemple, puisqu'au-delà de ses qualités de constructeur, l'Allemand sait faire la décision. En 39 apparitions depuis le début de la saison (pour 34 titularisations), il a inscrit 12 buts et délivré 14 passes décisives. Une efficacité statistique qui va s'ajouter aux chiffres de Thomas Muller, Mario Mandzukic et autres Franck Ribéry. 
Mais de par son style de jeu, Mario Götze sortira naturellement du lot à Munich : car le Bayern ne compte pas de joueur de son profil à l'heure actuelle. Ribéry et Robben sont avant tout utilisés pour leurs qualités de percussion dans les couloirs et Shaqiri est appelé à pousser l'un des deux  sur le banc dans les saisons à venir. Muller est lui un véritable attaquant, d'abord à la recherche d'espaces dans la défense adverse, et notamment dans le dos des latéraux ; Kroos est lui dans un registre moins mobile et plus axial. Quand tous ces joueurs vont aller au contact avec la défense ou prendre la profondeur, Götze va rechercher les intervalles entre les lignes. Le complément idéal pour fluidifier encore un peu plus la transition entre le milieu et l'attaque.  

Mario Götze ist heiß umworben

Crédit: AFP

La solution face à la "pression totale"
Loin d'être un hasard, ce profil "d'accélérateur de particules" est l'une des  solutions pour répondre à "la pression totale" magnifiée par le Bayern Munich et le Borussia Dortmund lors des dernières demi-finales de Ligue des champions. En appliquant ce principe, les deux clubs allemands empêchent les adversaires de poser leur jeu au milieu de terrain et de dicter le rythme de la partie grâce à leurs meneurs reculés (Juventus avec Pirlo, Barcelone avec Xavi, Real Madrid avec Xabi Alonso...). Pour y remédier, ces derniers doivent être en mesure d'atteindre le plus rapidement possible la zone de vérité, en trouvant des solutions en profondeur. Et pour cela, si le premier rideau défensif est impossible à franchir sur une passe, il n'y a rien de mieux qu'un n°10 tel que Mario Götze, susceptible d'offrir des solutions entre les lignes et des relais pour lancer les attaquants en une ou deux touches de balle. 
C'est d'ailleurs pour cette raison que le Borussia Dortmund apparaît aujourd'hui comme un outsider très dangereux pour le Bayern en vue de la finale du 23 mai prochain. Les quatre attaquants du BVB peuvent se trouver les yeux fermés et enchaîner très rapidement dans les 30 derniers mètres, chose que n'ont pas su faire le Barça et la Juve lors des tours précédents. En plus de recruter un joueur qui a tout pour s'intégrer à son collectif, le Bayern affaiblit par la même occasion son plus grand rival. Car même si Jurgen Klopp aura les moyens de remplacer son meneur de jeu, il ne pourra pas supprimer la période nécessaire pour que ses attaquants peaufinent leur entente avec les futures recrues. Et ce temps "perdu", le Bayern du duo Götze-Guardiola fera certainement tout pour en profiter... 

Mario Götze

Crédit: Imago

Ligue des champions
Götze, le premier d'une longue série?
24/04/2013 À 10:04
Ligue des champions
Reüs - Götze, monument éphémère
23/04/2013 À 22:46