Leroy Sané et le Bayern Munich ont mal débuté leur relation. Dimanche, l'international allemand a été publiquement recadré par Karl-Heinz Rummenigge, le patron du FCB. "Nous avons mis dans la balance tout ce que pouvions" pour le faire venir de Manchester City l'été dernier pour un montant estimé à environ 50 millions d'euros, "maintenant il doit le justifier", a asséné Rummenigge sur la chaîne de télévision allemande Sport 1.

Bundesliga
Le Bayern se balade et s'envole
24/01/2021 À 16:18

"Il n'a pas encore intégré les gènes du FC Bayern, il doit faire fructifier son talent, c'est la tâche qu'il a devant lui", a-t-il ajouté. "Nous sommes prêts à soutenir n'importe quel joueur, mais nous avons des exigences" en contrepartie, "c'est ça qu'il doit comprendre", a encore souligné le dirigeant du dernier vainqueur de la Ligue des champions, lui-même ancien ailier du club.

Ce recadrage intervient au lendemain d'une journée très difficile en championnat pour Sané lors de la difficile victoire du Bayern (2-1) à Leverkusen, qui permet au champion en titre finir l'année 2020 en tête de Bundesliga. Rummenigge a dit continuer à croire au succès de Leroy Sané, 24 ans, à Munich, mais a ajouté qu'il n'hésiterait pas "à lui botter le train si nécessaire".

Henry, Benzema, Giroud : Votre top 5 des meilleurs attaquants français

"Sanction suprême"

Entré en cours de jeu à la place du Français Kingsley Coman, blessé, Sané a été remplacé un peu plus de 30 minutes plus tard. Une mesure interprétée par plusieurs médias allemands comme "la sanction suprême" et un avertissement sans frais adressé par l'entraîneur Hansi Flick à son joueur.

Sané a fait part de son étonnement à l'issue de la rencontre. "Le remplacement m'a surpris dans un premier temps, c'est quelque chose que je n'ai pas connu" jusqu'ici, a-t-il dit au quotidien Bild. "Mais cela arrive de temps en temps", a-t-il ajouté, en assurant avoir le plein soutien de l'équipe.

Déjà peu utilisé sur la fin de son contrat à Manchester City par Pep Guardiola, qui lui reprochait les mêmes manques que ceux identifiés désormais par le Bayern, puis longtemps blessé, l'ailier peine à convaincre depuis son retour en Allemagne.

Flick lui reproche notamment son manque de travail défensif et d'implication dans le jeu, où il donne parfois une impression de nonchalance. L'entraîneur bavarois l'a jusqu'ici surtout utilisé comme remplaçant, montrant Kingsley Coman - en grande forme ces derniers mois depuis son but victorieux en finale de la Ligue des champions contre le PSG (1-0) en août - comme l'exemple à suivre.

"Loving Maradona" : ne manquez pas le documentaire événement, lundi sur Eurosport

Bundesliga
Nübel, le destin avorté du "nouveau Neuer"
24/01/2021 À 07:48
Bundesliga
Bousculé, le Bayern s'en sort avec le minimum syndical
20/01/2021 À 21:23