Coupe du monde, Ligue des champions, championnat, Coupes nationales : il a tout gagné. Il est titulaire dans la meilleure sélection du monde et dans le meilleur club du monde. Pourtant, à chaque petite, moyenne ou grosse contre-performance, Benjamin Pavard est remis en cause. Pas assez offensif, pas assez technique, pas assez dur sur l'homme. La France est particulièrement sévère avec celui qui l'a pourtant fait chavirer un soir d'été à Kazan. L'Allemagne l'a parfaitement adopté et lui passe plus volontiers ses quelques passages à vide… jusqu'à ces derniers jours. Pourquoi sa légitimité est-elle systématiquement remise en cause ?
"Dans l'histoire du Bayern, les arrières droits sont de sacrés clients, analyse pour nous Patrick Guillou, consultant Bundesliga pour BeIn Sport et ancien arrière droit de Fribourg et des Verts. Que ce soit Sagnol, Lahm ou Kimmich, on parle de référence alors peut-être qu'il souffre de la comparaison. Mais je rappelle qu'il est titulaire indiscutable et qu'il fut une pièce importante d'un club qui a gagné cinq titres sur une seule et même saison. Ca mérite le respect." Sa première saison au Bayern fut exemplaire. Au-delà des titres, Pavard s'est imposé avec autorité dans un club qui ne fait jamais de cadeau.
Bundesliga
Hernandez opéré du genou et absent plusieurs semaines
04/07/2021 À 12:54
On a tendance à penser qu'on peut trouver mieux mais c'est faux
Willy Sagnol connaît mieux que quiconque la difficulté de percer au Bayern. L'ancien arrière droit, lui aussi, du géant bavarois (277 matches, 4 titres de champion et une C1), nous livre son analyse : "Pavard est bon dans tous les domaines et c'est ce qui lui permet d'avoir signé une excellente première saison, nous confie l'ancien patron du côté droit bavarois et tricolore. Mais il n'a pas une qualité forte qui va dépasser le reste. C'est un joueur très complet. Comme on a du mal à trouver sa qualité première, on a tendance à penser qu'on peut trouver mieux mais c'est faux."

Bixente Lizarazu et Willy Sagnol sous le maillot du Bayern

Crédit: Getty Images

Guillou continue : "Il n'a pas la même qualité de centre que Sagnol, pas la même agressivité défensive que Lahm, pas la première relance de Kimmich. Et alors ? Merde, on parle d'un joueur qui a gagné la C1 et qui est champion du monde. Ca doit être difficile de se justifier à chaque fois, il n'a rien volé à personne. On lui fait un faux procès. Le jour où il ne sera pas bon, il ne sera plus dans l'équipe." Mais en France, l'opinion publique est sans pitié avec Pavard. Peut-être parce que, parti très tôt de Lille, il n'a pas connu une grande carrière en Ligue 1, peut-être parce que défenseur à Stuttgart, son profil jurait parmi les stars installées de la campagne russe, peut-être parce qu'il a souffert face à Di Maria, Hazard ou Perisic à la Coupe du monde 2018, peut-être parce qu'il paie le manque de concurrence à son poste.
Déficit d'image ou de glamour
"En Allemagne, il n'est pas remis en cause après chaque mauvais match", nous informe Florian Bogner, journaliste pour Eurosport de l'autre côté du Rhin. Alors pourquoi ce traitement de faveur dont il se passerait bien en France ? "On est dans une société qui juge plus la forme que le fond, continue Sagnol. Il a peut-être un déficit d'image, de glamour et comme on juge plus la communication que les actes aujourd'hui, on préfère s'extasier sur des joueurs qui n'ont pas le début de la constance d'un Pavard. Ce n'est peut-être pas le meilleur sur le terrain mais Deschamps connaît sa fiabilité."
Reste que depuis sa blessure à la cheville l'été dernier, il peine à revenir à son meilleur niveau. "Jusqu'à sa blessure, Benjamin était l'un de nos joueurs les plus performants, jugeait son coach Hansi Flick début janvier. Après, il a essayé de nous aider. Il manque actuellement ce dont vous avez besoin pour un arrière droit. La volonté de faire des courses dans son couloir. Il n'a pas encore atteint le niveau de forme physique idéal." Ce n'est pas un secret, le Bayern a cherché un arrière droit à l'automne et a tenté Sergino Dest, parti finalement au FC Barcelone. C'est finalement Bouna Sarr qui a débarqué en Bavière dans un rôle de doublure. Mais le champion d'Europe cherche toujours une alternative plus offensive à Pavard.

Flick : "Pavard ? Il lui manque encore ce dont vous avez besoin pour un latéral"

Plus mauvaise note parmi les joueurs du Bayern

"Il est clairement moins en forme ces dernières semaines et le magazine Kicker, une institution en Allemagne, lui a attribué la plus mauvaise note des joueurs du Bayern cette saison", révèle notre confrère Florian Bogner. "Moi je ne m'inquiète pas pour lui, prévient Sagnol. Il est très régulier, il est rigoureux, réfléchit et travaille dur. Il a un tout petit déficit dans l'impact défensif mais c'est infime et il reste l'un des meilleurs à son poste derrière Alexander-Arnold. Depuis les retraites de Lahm et Daniel Alves, il y a moins de densité au poste d'arrière droit et Pavard reste très constant dans ses performances."
Au Bayern, après une fin d’année où il a goûté au banc, il a retrouvé sa place de titulaire et joué l'intégralité des deux dernières rencontres de Bundesliga. "Son coach le titille un peu mais il n'est jamais remis en cause parce qu'au Bayern, on a le sens de la famille et on sait reconnaître ceux qui se sont battus pour la patrie, argumente Patrick Guillou. Et puis, hormis Kimmich qui ne veut plus jouer à ce poste, il n'y a personne au-dessus de lui en Bundesliga." Alors le débat est-il clos ? Jamais vraiment avec Pavard qui devra sans doute jusqu'à la fin de sa carrière affronter ce procès en légitimité.
x

Benjamin Pavard

Crédit: Getty Images

Bundesliga
Le Bayern veut faire de Haaland le successeur de Lewandowski
23/06/2021 À 11:48
Bundesliga
Tolisso, l'heure du départ : la Juve aurait lancé des premiers contacts
15/06/2021 À 07:26