Tombeuse de la Fiorentina, la Juve peut encore espérer remporter un titre cette saison. Victorieuse à l’aller sans briller, la Vieille Dame a une nouvelle fois été bougée par une Fiorentina emballante et active, mais les Turinois, plus réalistes, ont eu le dernier mot mercredi à l’Allianz Stadium (2-0, 3-0 au cumul des scores). Une bévue de la défense florentine a d’abord profité à Federico Bernardeschi, buteur sur un enchaînement de pur attaquant (32e), avant que Danilo ne douche les derniers espoirs de la Viola dans le temps additionnel (90e+4). Tenants du titre, les Bianconeri retrouveront l’Inter Milan en finale le 11 mai prochain au Stadio Olimpico de Rome.
Comme à l’aller, la Viola a rapidement pris le jeu à son compte, face à un bloc turinois compact et resserré. En dépit d’une nette domination territoriale (69% de possession), les Florentins ont subi les principales occasions du premier acte, pratiquement toutes à l’initiative du duo Vlahovic-Morata (13e, 21e, 25e, 29e). En face, la Fiorentina a bien eu quelques situations intéressantes à négocier, mais l’amas de joueurs turinois dans leur surface a mis en échec les velléités florentines.
Transferts
Va-t-on retrouver le Pogba des Bleus à la Juve ? "Ils ont besoin l'un de l'autre"
15/06/2022 À 14:55
Plus entreprenants, les visiteurs ont été punis sur une sortie manquée de Bartlomiej Dragowski et un dégagement raté de Cristiano Biraghi. Bien placé, Federico Bernardeschi ne s’est pas fait prier pour catapulter le ballon dans les filets à l’issue d’un enchaînement de grande classe (32e).

La Juve et le spectre de la saison blanche

Peu mis en danger au cours de la première période, hormis sur un coup de canon d’Arthur Cabral repoussé par un Mattia Perin dans un grand soir (41e), les Piémontais n’ont pas jugé pertinent de distendre les lignes et d’évoluer plus haut au retour des vestiaires. Résultat, le schéma de Gigliati dominateurs et stériles face à une Juve héroïque dans sa surface a été dupliqué lors du second acte. Davantage sollicité, Perin a servi quelques parades de grande classe (51e, 89e, 90e). Et lorsqu’il a semblé battu, le dernier rempart transalpin a eu la bonne surprise de voir le cuir s’échapper du cadre (66e, 78e).
Si la Juve s’est parfaitement glissée dans le rôle de l’attentiste, quitte à reculer dangereusement, elle s’est également procuré quelques occasions chaudes. Mais le poteau et la VAR ont tour à tour frustré Denis Zakaria (56e) et Adrien Rabiot (69e). C’est finalement en toute fin de rencontre, après un petit numéro en soliste de Juan Cuadrado, que Danilo a définitivement délivré une Allianz Stadium clairsemée mais impliquée (90e+4).
Une qualification salutaire pour des Bianconeri peu désireux de rééditer la saison blanche livrée lors de la saison 2010/2011. Largués en championnat et éjectés de la scène européenne, les Piémontais ont accroché une ultime chance de remporter un titre cette saison. L’occasion rêvée pour Paulo Dybala de clore d'une belle manière son passage dans les souliers de la Vieille Dame.
Transferts
Pogba, Dybala, Dembélé : les 8 joueurs en fin de contrat à suivre cet été !
13/06/2022 À 18:35
Serie A
La Lazio composte son billet pour la Ligue Europa
16/05/2022 À 21:04