. DES RESULTATS EN DENTS DE SCIE

Qu'il semble loin le temps où Rennes enchaînait les matches sans connaître le goût de la défaite. Depuis son revers à Lille qui a mis un terme à sa belle série de 18 matches sans revers, le Stade Rennais n'a plus le même rendement. La victoire au Parc des Princes (0-1) dimanche dernier n'est qu'un trompe l'oeil. Après avoir signé un mois de mars intéressant (trois victoires en six matches toutes compétitions confondues), les Rouge et Noir enchaînent le bon et le moins bon. C'est simple : depuis la claque reçue à Sochaux (3-0), les Bretons gagnent une fois sur deux. Et perdent aussi une fois sur deux. Résultat : la fin de championnat a perdu de sa saveur. Les hommes de Guy Lacombe, si bien placés durant une grande partie de la saison, pointent désormais à la septième place de L1 à quatre points de Toulouse...

Coupe de France
Rennes - Guingamp en chiffres
09/05/2009 À 04:19

- UNE EQUIPE DESEQUILIBREE

Les performances mitigées des Rouge et Noir en L1 ont plusieurs explications. Et leur parcours en Coupe de France en est sûrement une. Depuis leur qualification en demi-finale, une possible victoire dans la plus ancienne compétition hexagonale revient sur toutes les lèvres dans les rues de Rennes. Pour beaucoup, cette finale est le match le plus important de l'ère Pinault. Alors, évidemment, les coéquipiers de Fabien Lemoine ont plus la tête à la Coupe de France qu'au championnat. Toutefois, l'inconstance bretonne s'explique aussi par les coups durs qui ont frappé le club d'Ille et Vilaine. La grave blessure de Jimmy Briand puis la suspension de Kader Mangane ont déséquilibré la formation rouge et noir.

Sans son leader offensif si précieux dans le pressing et son roc de la défense qui imposait son physique, Rennes a perdu de sa superbe. "On a connu un peu de difficultéscar ce sont deux joueurs clés dans notre collectif et pas des moindres", avoue Jérôme Leroy dans Ouest-France. La défense est devenue friable (neufs buts encaissés sur les cinq derniers matches de L1), l'attaque manque de tranchant et Rennes, obligé de s'adapter en plaçant M'Bia en défense par exemple contre Paris, n'a plus le même impact physique et brille par son irrégularité. Et ce n'est pas le forfait possible de Petter Hansson qui va arranger les affaires rennaises samedi à Saint-Denis.

- DES SOUCIS EN INTERNE

Pendant de longs mois, Rennes semblait parti pour passer cette saison comme un long fleuve tranquille. Mais depuis le mercato d'hiver marqué par les départs de Sylvain Wiltord et d'Olivier Sorlin, la donne a changé. Régulièrement, Guy Lacombe souligne qu'aucun renfort n'est venu compenser ces départs, malgré ses demandes. Résultat : l'entraîneur à la moustache n'a toujours pas donné de précisions sur son avenir pour la saison prochaine. Et l'ambiance entre le staff technique et l'équipe dirigeante n'est pas excellente...

Autre souci : le cas Mickaël Pagis. Depuis la claque reçue contre Sochaux (3-0) marquée par un terrible raté de sa part, l'ancien Marseillais n'a plus été titularisé. Pire, il n'a joué que 37 minutes lors des cinq dernières rencontres de sa formation... "Lacombe n'explique pas ses décisions. Il faudrait lui demander pourquoi je ne joue plus. J'aimerais bien connaître sa réponse" avait lancé Pagis dans le Parisien la semaine passée. Conclusion, Rennes pourrait se passer de l'un de ses artistes et d'un joueur d'expérience pour cette finale (ndrl : S'il jouait, il prendrait part à sa sixième finale de coupe nationale). Tout sauf idéal pour un club qui rêve de mettre fin à 38 ans de disette...

Coupe de France
C'est la Coupe de Bretagne
08/05/2009 À 06:45
Coupe de France
Guingamp, coupe à coeur
23/04/2009 À 13:15