Ce jeudi a été officialisé le nouveau classement FIFA, qui place ainsi virtuellement la Suisse et la Belgique têtes de série, et donc dans le premier chapeau, en vue du tirage au sort des groupes de la Coupe du Monde 2014 au Brésil, ce qui a donné lieu à une vague d’indignation sur la planète foot. À raison ? Pas si sûr… Derrière l’Espagne, l’Allemagne, l’Argentine et devant l’Italie, les Pays-Bas ou encore l’Angleterre, on trouve désormais dans ce classement FIFA des nations telles que la Belgique, la Suisse, la Colombie et l’Uruguay. Ainsi, on pourrait retrouver à la prochaine Coupe du Monde l’Italie, vice championne d’Europe 2012, ou les Pays-Bas, vice-champions du Monde 2010, dans le même groupe que le Brésil tandis que les pays précités seraient assurés d’éviter le pays hôtes, l’Espagne, l’Allemagne ainsi que Messi et compagnie.

Du coup, beaucoup de gens s’insurgent sur ce classement FIFA "ridicule" selon eux. Vraiment ? Ils appuient leur argumentation sur l’absence de la Belgique de toute grande compétition internationale depuis 1986 et l’absence de la Suisse à l’Euro 2012, là où l’Italie avait atteint la finale. Mais ont-ils seulement réfléchi plus loin que ces deux dernières grandes compétitions ? Vraisemblablement, non, surtout quand on voit certains surenchérir sur le fait qu’il suffit d’organiser dix matches amicaux annuels contre Saint-Marin pour s’assurer un bon classement.

Coupe du monde
"T’as qu’à la faire ton équipe de merde" : Anelka donne sa version de Knysna 2010
05/08/2020 À 10:28

Un reflet du niveau actuel

Tout d’abord, c’est très mal connaître le calcul du coefficient FIFA, puisqu’il se base sur une moyenne de points par matches et donc accumuler les matchs est totalement inutile. De plus, un match amical est pondéré beaucoup moins bien qu’un match officiel et battre Saint-Marin rapporte beaucoup moins de points qu’un adversaire du top mondial, donc cela n’aurait pour conséquence que de baisser son coefficient FIFA. Et, s’il fallait encore démontrer l’absurdité de cet argument, la mauvaise foi qui en transpire est flagrante quand on sait que la Suisse n’a pas affronté Saint-Marin ou les Îles Samoa lors de ses matches amicaux mais l’Italie, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Croatie et le Brésil. Bilan des courses ? Trois victoires de prestige (Brésil, Allemagne et Croatie, 9e mondial au moment des faits) pour deux nuls.

Venons en au Plat Pays… Depuis combien de temps annonce-t-on l’avènement de la Belgique au sommet du foot mondial avant de voir finalement la réalité nous contredire ? Eh bien, maintenant, c’est fait, et on trouve encore matière à contester, c’est quand même incroyable, non ? J’oserais même affirmer qu’individuellement, la Belgique fait partie du top 3 mondial en compagnie de l’Espagne et du Brésil, donc son cinquième rang n’a absolument rien de scandaleux, bien au contraire. La Suisse ? Revenons-y. Invaincue depuis 14 matchs, une génération championne du Monde M17 en 2010 et une autre finaliste de l’Euro M21 en 2012 qui pointent le bout de leurs nez en A, menée par des joueurs évoluant dans le gratin des clubs européens, des victoires de prestige en amical et un collectif très bien huilé viennent justifier une septième place amplement méritée, bien que surprenante.

Crédit: Reuters

Finalement dans le chapeau 2 ?

Au final, on voit aujourd’hui et simultanément poindre les fruits d’énormes investissements dans la formation. Si certains n’ont pas voulu s’y intéresser et n’ont pas observé les différents exploits de ces deux nations en sélections jeunes ces dernières années, cela leur donne-t-il le droit pour autant de s’insurger contre le fait que ces deux "petits" pays aient pris la place d’autres au passé – même relativement récent – plus glorieux ? Le classement FIFA a pour but de refléter au mieux la situation actuelle et non celle d’il y a trois ans, ou même un an. Et c’est ce qu’il fait très bien aujourd’hui. Pourquoi certains se braquent sur la possibilité que le vice-champion d’Europe un an plus tôt se retrouve dans le deuxième chapeau tandis qu’un absent de cette même compétition pourrait figurer dans le premier ? Se scandaliseront-ils aussi l’été prochain lorsqu’ils constateront la qualification en Ligue des Champions de l’AS Monaco, qui naviguait en Ligue 2 un an plus tôt ? Ne répondez même pas, je connais déjà la réponse…

Toutefois, le scandale pourrait bien arriver, puisque selon les règlements de la FIFA, les critères de constitution des chapeaux sont pour le moins extrêmement vagues : "géographiques et sportifs". Autrement dit, le classement FIFA… mais pas que. En effet, d’ici le 6 décembre (date du tirage des groupes de la Coupe du Monde), La FIFA pourrait très bien placer la Suisse et la Belgique dans le deuxième chapeau en faisant intervenir d’autres critères que le classement FIFA seul dans la détermination des chapeaux. Ainsi, en y incluant les résultats aux dernières compétitions, elle pourrait ainsi constituer presque "à sa guise" les chapeaux et donc éviter de se faire affronter deux grandes nations historiques du football dès la phase de groupe. Bref, wait and see, mais on ne serait plus à cela près…

Retrouvez plus d’articles sur Sharkfoot

Coupe du monde
"Domenech n'a pas su gagner le respect de ses joueurs car il n'avait rien gagné"
19/06/2020 À 23:02
Coupe du monde
"Un jour, Domenech s'invite chez Anelka et lui demande comment il souhaite jouer…"
19/06/2020 À 13:10