Getty Images

Après Croatie - Angleterre (2-1) - Harry Kane : "Cela fera mal pendant un moment"

"Cela fera mal pendant un moment"

Le 12/07/2018 à 00:39Mis à jour Le 12/07/2018 à 00:45

COUPE DU MONDE - Défait en demi-finale par une Croatie héroïque, l’Angleterre quitte la Russie sonnée. Car les Three Lions avaient le match en main et une finale au bout du chemin. Après le coup de sifflet final, ils oscillaient entre déception immense et fierté du travail accompli.

K.-O. De l’anglais "knock out" : mise hors de combat d’un boxeur qui reste à terre après un coup adverse. Ce n’était pas de la boxe ce mercredi à Moscou. Mais à voir les corps anglais allongés sur la pelouse du stade Loujniki, alourdis par des kilos de regrets, ça y ressemblait fortement. Oui, l’Angleterre est sonnée, assommée par le scénario d’une demi-finale qu’elle pensaient écrite.

Alors, malgré leurs bonnes intentions, les hommes de Southgate ont fini par déjouer. Et ont réveillé les morts-vivants croates, ressurgis de nulle part après l’égalisation finalement méritée de Perisic. L’Angleterre s’est sabordée et a laissé le champ libre à la belle histoire croate. "They are coming home" mais sans la Coupe. Une situation qui a meurtri Harry Kane, transparent ce mercredi : "Cela fait mal, ça fait très mal. Cela fera mal pendant un moment" a-t-il lâché. Groggy par ce film fou, il a fini par renoncer à mettre des mots sur ses maux : "On a été un tout petit peu juste. Cela fait mal. Je ne sais pas quoi dire de plus…"

Un point de départ ?

"On peut garder la tête haute. Cela a été un super parcours, on est allés plus loin que personne l'imaginait. C'est génial d'être arrivé si loin et nous savons que nous avons rendu tout le monde fier" a tenu à rappeler le capitaine Kane au sortir du naufrage. En somme : oui l’Angleterre est passée à côté de quelque chose de grand. Mais cela ne doit pas éclipser ce mois russe plein de promesses où la fierté est revenue dans un pays habitué à être dépein en loser ultime du football mondial.

De pompier de service à sélectionneur adoré, Gareth Southgate est bien placé pour juger l’évolution de son équipe : "Ce soir, nous n'en étions pas très loin mais nous apprendrons de cela. Nous avons tout donné" a-t-il sobrement résumer, sans s’appesantir outre-mesure sur le manque de réalisme des siens. "Je ne peux pas en demander plus aux joueurs" a-t-il avoué, gonflé de fierté. Car ce Mondial 2018, s’il risque de leur trotter un moment dans la tête, peut faire figure de point de départ.

Trop jeune pour avoir vécu les traumatismes passés, cette enthousiasmante England n’est qu’au début de son apprentissage. Alors, forcément, les premières chutes font mal. Mais tous les grands boxeurs le savent : c’est en se relevant qu’on devient grand.

Sime Vrsaljko célèbre la qualification de la Croatie face à l'Angleterre
0
0