La main sur le crâne, comme rongé par les maux de tête. Avant le coup d’envoi de cet Argentine-Croatie (0-3), Lionel Messi a été shooté par les flashes du monde entier dans une position prémonitoire. Car ce jeudi, une fois la fessée prise, les maux de tête se sont transformés en migraine intenable. Et pas que pour la Pulga. Car les "hinchas" argentins avaient bien une autre cible à désigner : Jorge Sampaoli.
Le technicien argentin, si brillant avec le Chili et le FC Séville, a clairement perdu de sa superbe sur cette Coupe du monde. En conférence de presse, il n’a pas cherché à rejeter la faute sur son gardien, Willy Caballero, choisi pour la qualité de son jeu au pied, et auteur d’une grosse boulette sur le premier but : "Je suis le responsable, c’est moi qui prends les décisions. Ce n’est pas faire preuve d’humanité que de rejeter la faute sur Caballero" a-t-il avancé.
Coupe du monde
L’antisèche : Sans idée et avec un Messi inhibé, cette Argentine fait pitié
21/06/2018 À 21:28
Nous n’avons pas réussi à aligner la meilleure équipe pour accompagner Lionel Messi.
"Nos plans pour ce match n'ont pas fonctionné, je ne ressens pas de la honte mais de la douleur, comme je n'en avais pas eu depuis longtemps, a-t-il continué. Nous n’avons pas réussi à aligner la meilleure équipe pour accompagner Lionel Messi." Lucidité et classe. Car finalement, tenir Messi responsable du désastre national serait vite oublier que c’est surtout les dix autres (onze en comptant Sampaoli) qui ont failli autour.
Interrogé sur la rivalité Ronaldo-Messi, qui dessert forcément le second dans ce Mondial, Sampaoli a fait parler une poésie qu’on aurait préféré voir sur le terrain : "Tout de suite, nous ne devrions pas comparer ces deux joueurs. La réalité de l'équipe argentine assombrit l'éclat de Messi. Il est limité car l'équipe ne prend pas forme avec lui comme elle le devrait."
Un message pas compris de tous apparemment. Questionné par des journalistes l’informant que Sampaoli avait mis en cause les joueurs, Sergio Aguëro s’est étonné. Puis, sauvage, a lancé : "Qu’il dise ce qu’il veut". Avant de s’éclipser. Preuve que cette Argentine est au bord du gouffre et de la crise. Et que Messi, dans tout ça, semble bien seul…

Lionel Messi

Crédit: Getty Images

Supercoupe d’Espagne
Messi, portée historique et répercussions d'un rouge inédit
18/01/2021 À 08:07
Qualif. Coupe du Monde - Amsud
Messi discret, la jeunesse argentine a pris le relais
18/11/2020 À 06:28