AFP

La jeunesse bleue a pris les rênes, à elle de les tenir fermement

La jeunesse a pris les rênes, à elle de les tenir fermement

Le 14/06/2018 à 20:15Mis à jour Le 15/06/2018 à 10:31

COUPE DU MONDE 2018 – Samedi midi, l'équipe de France lancera son Mondial avec une équipe rajeunie au possible. Face à l'Australie, un seul trentenaire devrait démarrer : Hugo Lloris. Autour de lui, une bande de jeunes qui devra montrer, vite, ce qu'elle a dans le ventre.

A 30 ans comme à 20, découvrir la Coupe du monde n'a rien d'anodin. Ce que les petits nouveaux vont vivre, dès samedi, sera à jamais inscrit dans leur logiciel. Pour la vie, ils se souviendront du moment où l'hymne de la FIFA a retenti et des enfants qui les ont accompagnés sur la pelouse de la Kazan Arena, quelques minutes avant d'en découdre face à l'Australie. Parce que le Mondial, c'est autre chose. Définitivement. Et tout le monde n'a pas les mêmes armes psychologiques pour affronter ce qui ne doit pas devenir un trop plein d'émotions, sous peine de basculer du côté obscur de la force.

Cette équipe de France estampillée Russie 2018 est jeune [en moyenne d'âge, elle est la 2e sélection la plus jeune du Mondial, NDLR]. Des 23 retenus par Didier Deschamps, seuls 6 ont déjà goûté à la Coupe du monde. Et 15 membres du groupe ont 25 ans ou moins. Ajoutez à cela que face à l'Australie, sans Olivier Giroud ou Blaise Matuidi, partis pour s'asseoir sur le banc au coup d'envoi, l'équipe fera part belle aux jeunots. Avec un seul trentenaire sur le pré, le capitaine Hugo Lloris (98 sélections).

Vidéo - "La Coupe du monde, c'est autre chose : les jeunes vont le découvrir samedi"

00:47

Un visage à part

Dans l'histoire des Bleus, cette équipe est déjà partie pour faire exception. Quand ses devancières affichaient des moyennes d'âge bien plus élevées, celle-ci va offrir un visage à part. Parce qu'il s'est imposé de lui-même au fil des mois ainsi que d'une préparation qui a rebattu les cartes. Pas par effet de manche. Didier Deschamps est conscient du risque. Mais il mérite d'être pris. "Ils vont devoir se nourrir de l'expérience de ceux qui ont déjà vécu ça, a-t-il expliqué en début de semaine. Chaque joueur a ses qualités, est plus ou moins stressé. L'idéal est d'arriver décontracté et, pour ça, le groupe à un rôle à jouer pour mettre tout le monde dans les meilleures conditions."

A quelques heures du premier rendez-vous, personne, parmi la jeunesse passée au micro à Istra, n'a semblé écrasé par le poids de l'événement. Et tous louent, évidemment, les avantages de leur juvénilité. A savoir l'insouciance. "On manque d'expérience mais on a cette fougue et l'envie de donner plus", prêche Presnel Kimpembe. Même son de cloche dans la bouche de Kylian Mbappé, dont la jeunesse est vite gommée par le discernement qui se dégage de ses propos. "On peut apporter l'insouciance nécessaire pour décompresser là où la pression est présente mais il ne faut pas que des jeunes. Il faut de l'expérience, ça fait la différence dans les grandes compétitions."

Vidéo - "Deschamps semble préparer une petite révolution contre l'Australie"

00:55

La jeunesse a souvent été une promesse

Dans l'histoire de la Coupe du monde, la jeunesse a souvent été une promesse. Jamais une garantie de victoire. Parce qu'à un moment, le poids de l'événement et, quand ça se passe bien, de l'histoire finit par vous rattraper plus ou moins vite. Didier Deschamps le sait pertinemment. Une Coupe du monde et deux Euros disputés en tant que joueur, un Mondial et un Championnat d'Europe à la tête des Bleus, le sélectionneur national sait faire.

Noël Le Graët, qui voit les choses avec le recul inhérent à sa fonction présidentielle n'est pas plus inquiet que ça. Parce que Deschamps. Mais pas seulement. Jeunes ces Bleus ? Sur leurs papiers d'identité, c'est une évidence. Mais au quotidien, c'est une autre histoire. "Leur maturité assez invraisemblable. Vous avez vu les réponses de Kylian Mbappé mercredi (ndlr : en conférence de presse) ? Il est adulte. La jeunesse est quelque chose d'important pour nous mais quand vous les regardez, vous avez des adultes en face de vous. Ce ne sont pas des gamins. Même s'il y a toujours ce côté espiègle et un peu de chahut". Savoir décompresser de temps en temps, c'est aussi une forme de maturité.

Vidéo - Pavard et Hernandez, partis pour durer ?

01:23
0
0