Getty Images

La Tunisie termine sur une bonne note face au Panama (2-1) et met fin à quarante ans d'attente

La Tunisie termine avec le sourire et met fin à quarante ans de disette

Le 28/06/2018 à 22:06Mis à jour Le 28/06/2018 à 22:35

COUPE DU MONDE - La Tunisie s'est offerte une victoire pour boucler son Mondial. Les Aigles de Carthage se sont imposés de justesse face au Panama (2-1), jeudi soir pour leur dernier match du groupe G, histoire d'effacer une très longue disette en Coupe du monde.

Quarante ans après une première Coupe du monde entamée par un succès face au Mexique, la Tunisie tient sa deuxième victoire dans la plus grande des compétitions internationales. Menés au score à la pause par le Panama, jeudi soir pour leur dernier match de poule, les Aigles de Carthage ont dû aller la chercher. Et ce sont finalement Fakhreddine Ben Youssef et Wahbi Khazri qui ont mis fin à la disette de leur nation en effaçant une frappe de Jose Luis Rodriguez déviée par le malheureux Yassine Meriah. Pour la Tunisie, l’honneur est sauf.

Voilà quatre décennies que la Tunisie était sevrée de victoires en Coupe du monde, malgré cinq participations (1978, 1998, 2002, 2006 et 2018). Logiquement corrigée par la Belgique et l’Angleterre, les deux sélections qualifiées pour la phase finale du groupe G, elle a tenu son rang face à la modeste mais très courageuse équipe du Panama. Quand bien même les Aigles de Carthage ont tremblé face aux Sud-Américains, surtout après avoir concédé l’ouverture du score : le pauvre Yassine Meriah se trouvait effectivement sur la trajectoire d’un tir de Jose Luis Rodriguez (1-0, 33e) après une situation mal gérée par la défense.

L’entrée de Badri a tout changé

Il faut dire aussi que la Tunisie a longtemps dominé sans trouver la faille, donnant un peu d’espoir à des adversaires portés par un sens de la combativité et ayant joué crânement sa chance. Mais qui a fini par céder face à l’entame de second acte parfaite des Tunisiens. L’entrée en jeu à la pause d’Anice Badri a tout changé et ses inspirations ont été à l’origine de deux mouvements d’école, le premier conclu par Fakhreddine Ben Youssef (1-1, 51e), le deuxième par Wahbi Khazri (1-2, 66e). Derrière, la gestion de l’avance aura suffi.

La Tunisie va donc entamer les échéances à venir avec un petit matelas de confiance supplémentaire, lequel fera du bien après la longue attente de tout un pays désormais libéré. De son côté, le Panama devra encore patienter avant d’accrocher un premier succès au Mondial. Quatre ans, au minimum.

0
0