Getty Images

Les coups de pied arrêtés, nouvelle arme de l’Angleterre en Coupe du monde 2018

Les coups de pied arrêtés, nouvelle arme de l’Angleterre

Le 06/07/2018 à 22:17Mis à jour Le 07/07/2018 à 14:42

COUPE DU MONDE - L’Angleterre, qui affronte la Suède samedi en quarts de finale (16h), s’est trouvé une nouvelle arme pendant le Mondial : les coups de pied arrêtés. Le fruit de mois de travail méticuleux de son sélectionneur, Gareth Southgate.

Pour les suiveurs non assidus de la Premier League, le nom de Matthew Upson ne dit sûrement pas grand-chose. Passé par West Ham, le défenseur désormais retraité a tout de même cumulé 21 sélections en équipe d’Angleterre, pour deux buts. L’un d’eux, en dépit des apparences, a eu son importance. En marquant lors de la déroute contre l’Allemagne au Mondial 2010 (4-1), Upson est devenu le dernier buteur anglais sur corner en compétition internationale, avant la Coupe du monde russe huit ans plus tard. Les Three Lions ont corrigé le tir en 2018 après 72 tentatives infructueuses, grâce au travail méticuleux de leur sélectionneur Gareth Southgate sur les coups de pied arrêtés.

L’Angleterre a en effet été l’une des équipes les plus en réussite dans ce domaine en Russie. Sept buts, sur les neuf inscrits par l’Angleterre, l’ont été sur coup de pied arrêté. Au total, les Anglais ont marqué trois fois sur penalty par Kane, trois fois sur corner (deux buts de Kane et un de Stones), et une fois grâce à une combinaison sur coup franc, conclue par Stones. Seules exceptions jusqu’ici, avant les quarts de finale : la belle frappe de Jesse Lingard et le tir contré par Harry Kane contre le Panama.

John Stones ouvre le score pour l'Angleterre contre le Panama à la Coupe du monde 2018

John Stones ouvre le score pour l'Angleterre contre le Panama à la Coupe du monde 2018Getty Images

Inspiré de la NFL et de la NBA

L’Angleterre, et Gareth Southgate l’ont compris : les "set pieces", comme on dit outre-Manche, ne sont pas qu’une histoire de hasard. "On a identifié ces phases comme des moments clés dans les tournois, et comme un élément sur lequel nous pouvons nous améliorer", disait le sélectionneur avant la Coupe du monde. L’Anglais a été jusqu’à adapter des techniques utilisées en NFL et en NBA, comme le block. Il a également confié à un adjoint, Allan Russell, le soin d’étudier ces phases en profondeur. "Il fait des sessions de finition avec nous, nous parle des défenseurs adverses, des gardiens, et nous dit où il est possible d’exploiter une faiblesse, expliquait ainsi Harry Kane. (...) Ce sont des petites choses qui nous donnent l’avantage."

Résultat : depuis le début de la compétition, l’Angleterre se montre dangereuse sur chaque phase arrêtée. Les combinaisons se sont multipliées, la plupart d’entre elles reposant sur les qualités physiques d’Harry Maguire. Le défenseur de Leicester est ainsi souvent cherché au second poteau pour une remise. Les Anglais ont également fait preuve d’une certaine inventivité, notamment sur la combinaison sur coup franc menant au second but de Stones contre le Panama. La symphonie est bien orchestrée, et chacun y connaît son rôle.

Vidéo - Le cocktail Molotov : "Résumer Kane à ses penalties, c'est passer à côté de l'essentiel"

02:10

Le souci des coups de pied arrêtés défensifs

"C’est utile d’avoir des tireurs exceptionnels et des joueurs qui veulent y aller pour s’imposer, bien sûr, et on a tout cela", a précisé Gareth Southgate. Outre Maguire, Stones et Kane, entre autres, ont dominé le jeu aérien dans les deux surfaces pour l’instant. Mais c’est surtout au niveau des tireurs que les Three Lions se distinguent. Kane, Young, Henderson, Lingard ou celui qui est surnommé le "Beckham de Bury", Kieran Trippier, sont tous susceptibles de (bien) frapper les coups de pied arrêtés. Ajoutez à cela une préparation très particulière pour les séances de tirs au but, qui a payé contre la Colombie, et l’Angleterre semble parée à toutes les situations.

À une seule exception près : les coups de pied arrêtés défensifs. Le mauvais alignement d'Harry Maguire et Danny Rose sur un coup franc indirect a coûté un but à l’Angleterre contre le Panama. Contre la Colombie, les Anglais ont également souffert, et la défense s’est disloquée lors de l’égalisation de Yerry Mina sur corner dans le temps additionnel. Avec le but tunisien, inscrit sur penalty, trois des quatre buts encaissés par l’Angleterre proviennent ainsi d’une phase arrêtée. Gareth Southgate sait sur quoi travailler.

Vidéo - Le prono de Newton : la surprise suédoise peut-elle faire tomber les Anglais ?

00:21
0
0