C'est évidemment une revanche pour Mamadou Sakho, même si le préjudice subi ne sera jamais vraiment réparé. Contrôlé positif à un brûleur de graisse en mars 2016 après un huitième de finale retour de Ligue Europa avec son club de Liverpool contre Manchester United, le défenseur avait dans un premier temps été blanchi par l'UEFA. Mais sa fin de saison avait été tronquée : l'ancien joueur du PSG avait manqué la finale de C3 des Reds et n'avait pas été retenu dans la liste des 23 Français pour l'Euro. Ce mercredi, l'Agence Mondiale Antidopage a reconnu son erreur et annonce qu'elle paiera des dommages et intérêts à Sakho.
"L'AMA admet qu'elle n'aurait pas dû faire les allégations diffamatoires qu'elle a formulées dans le premier communiqué de presse et le deuxième communiqué de presse étant donné que M. Sakho avait été acquitté par l'UEFA. L'AMA reconnaît que M. Sakho n'a pas enfreint le règlement antidopage de l'UEFA, n'a pas triché et n'a eu aucune intention de tirer avantage de ce qu'il a fait et a fait preuve de bonne foi. L'AMA regrette les dommages causés à Monsieur Sakho par ses propos diffamatoires concernant sa réputation et la détresse, l'embarras et la douleur causés'', est-il indiqué dans le communiqué de l'instance.
Ligue 1
Vu d'Espagne, Liverpool est un concurrent sérieux pour Mbappé
IL Y A 2 HEURES
Liga
Pourquoi le Real tient tant à Zidane
IL Y A 5 HEURES
Ligue des champions
Le cri du coeur des Parisiens : "Vous nous saoûlez avec la remontada !"
IL Y A 13 HEURES