Les faits

Le 4 novembre 2021, la section féminine du PSG est réunie dans le bois de Boulogne pour un dîner d'équipe. Pour rentrer chez elle, Aminata Diallo (27 ans, 7 sélections en équipe de France) prend le volant d'une voiture, où prennent place deux coéquipières. Sur le chemin, elle dépose d'abord Sakina Karchaoui avant de se retrouver seule dans le véhicule avec Kheira Hamraoui.
Dans une petite rue de Chatou, dans les Yvelines, deux hommes cagoulés surgissent et sortent Kheira Hamraoui du véhicule pour la rouer de coups avec une barre de fer, notamment aux jambes. Une "expérience ô combien traumatisante" au cours de laquelle elle a "cru mourir" et qui la "hante nuits et jours", expliquera-t-elle par la suite.
Coupe du monde
Messi annonce la couleur : "Ce sera sûrement ma dernière Coupe du monde"
IL Y A UNE HEURE
Surtout, la joueuse de 32 ans, 39 sélections, se demande: "Ils étaient au bon endroit, au bon moment. Comment ont-ils pu être si bien renseignés ?"

L'enquête

Rapidement, les soupçons se portent sur Aminata Diallo. Selon Kheira Hamraoui, le trajet emprunté par sa coéquipière pour la ramener chez elle et la vitesse, très lente, à laquelle elle roulait au moment de son agression, sont suspectes. Un scénario de rivalité sportive, nourri par le souvenir de l'affaire Harding-Kerrigan qui avait secoué le monde du patinage artistique avant les Jeux olympiques d'hiver 1994, est vite imaginé.
Aminata Diallo était la remplaçante naturelle d'Hamraoui au milieu de terrain, au Paris Saint-Germain et en équipe de France. Cinq jours après l'agression, c'est ainsi elle qui est titularisée à la place d'Hamraoui dans l'entrejeu parisien en Ligue des champions. Le 10 novembre 2021, Aminata Diallo est interpelée par les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles. Le lendemain, après une quarantaine d'heures de garde à vue, elle ressort libre, sans charge retenue contre elle.
https://i.eurosport.com/2021/11/10/3251955.jpg
C'est alors qu'apparaît dans cette affaire le nom d'Éric Abidal. L'ancien international français a entretenu une relation avec Kheira Hamraoui et la piste de la rivalité amoureuse est un temps considérée. L'ancienne star du FC Barcelone et son épouse Hayet Abibal sont alors entendues par les enquêteurs en tant que témoins, avant que ce chapitre ne soit rapidement refermé. Hayet Abidal a demandé le divorce après ces révélations.

Les poursuites

Pendant que l'attention médiatique retombe autour d'Aminata Diallo, les enquêteurs, qui ont sonorisé son appartement, continuent de la surveiller. La semaine dernière, ils arrêtent quatre jeunes hommes soupçonnés d'avoir participé à l'agression le 4 novembre 2021. En garde à vue, ces hommes reconnaissent les faits et chargent tous Aminata Diallo, qu'ils considèrent comme la "commanditaire" de l'agression.
Ces suspects étaient en contact avec un intermédiaire, pas encore identifié. Le 16 septembre, les policiers interpellent une nouvelle fois Aminata Diallo. Armés d'éléments à charge plus solides contre elle, ils reprennent la garde à vue de la suspecte, légalement limitée à 48 heures, là où elle s'était arrêtée dix mois plus tôt. Devant les enquêteurs, la joueuse sans club continue de nier les accusations avant de se murer dans le silence.
Dans la foulée, elle est mise en examen pour "violences aggravées" et "association de malfaiteurs" et placée en détention provisoire. Parmi les indices sur lesquels s'appuie la justice pour motiver ces poursuites, des recherches Google comme "casser la rotule" ou "cocktail de médicaments dangereux" effectuées par la mise en cause avant l'agression.
"On peut faire dire ce qu'on veut à des exploitations parcellaires", rétorque sa défense, qui dénonce "une exploitation très à charge de son téléphone". Le 21 septembre, après cinq jours de détention provisoire, Aminata Diallo sort de prison. Devant le juge des libertés et de la détention, elle arrive menottée, habillée d'un jogging noir, d'une doudoune et de baskets noires, le visage fermé et l'oeil hagard, selon une journaliste de l'AFP présente au début de l'audience.
Dorénavant sous contrôle judiciaire, la joueuse a notamment dû verser une caution de 30.000 euros. Le parquet de Versailles a fait appel de cette libération.
Premier League
Opéré, Walker est incertain pour le Mondial
IL Y A 2 HEURES
Premier League
175 buts : Haaland fait mieux que Mbappé et écrase le duo Messi-Ronaldo au même âge
IL Y A 3 HEURES