Reuters

Enorme Turquie !

Enorme Turquie !
Par Eurosport

Le 15/06/2008 à 10:45Mis à jour

Menée au score, la Turquie a inscrit deux buts en fin de match pour battre la République tchèque (3-2) et se qualifier pour les quarts de finale de l'Euro 2008. Auteur d'un doublé dans les dernières minutes de la rencontre, Kahveçi Nihat a été l'artisan d

EURO 2008 - GROUPE A

TURQUIE - REPUBLIQUE TCHEQUE 3-2
Buts: Turan (75e) et Nihat (87e, 89e) pour la Turquie; Köller (34e) et Plasil (63e) pour la République tchèque

Il y a des matches, comme ça, qui resteront gravés dans les mémoires. Et la Turquie a inscrit l'une des plus belles pages de son histoire en sortant du néant pour arracher son ticket en quarts de finale, accompagnant ainsi le Portugal au tour suivant. Il y avait déjà eu cette victoire au finish contre la Suisse (2-1). C'était un avant-goût. Car renverser un handicap de deux buts à quinze minutes du terme, en frôlant même le 0-3 face à une solide République tchèque, cela n'est autre qu'une performance de grande classe.

Mais en plus d'une volonté farouche, la Turquie a aussi bénéficié de la fragile attitude ultra défensive de la République tchèque dont l'arrière garde avait déjà montré d'immenses limites contre la Suisse et le Portugal. A la pause, le finaliste de l'Euro 96 était pourtant mis sur orbite grâce à un énième but de la tête de l'indispensable Köller, à la réception d'un service millimétré de Grygera (0-1, 34e). Or, pour ce qui allait devenir son dernier match en tant que sélectionneur, Brückner optait pour la prudence à tout prix. Une prudence pourtant fructueuse en première période tant le 4-5-1 - laissant Baros sur le carreau - contenait les assauts turcs à une trentaine de mètres des cages de Petr Cech.

Les Tchèques reculent

Sauf qu'avec des Turcs plus volontaires dans leurs assauts offensifs, les hommes de Brückner reculaient. Parfois à outrance. Mais en contres, les Tchèques concrétisaient leurs rares opportunités lorsque Plasil doublait la mise sur un service de Sionko (0-2, 63e). Peu après, Polak trouvait le poteau (71e) dans ce qui allait alors devenir le tournant du match. Dès lors, les deux rideaux défensifs de la République tchèque reculaient et faiblissaient, fragilisés par l'option choisie par Brückner, préférant sortir l'un de ses rares joueurs offensifs pour ajouter un défenseur supplémentaire. Et accepter ainsi que l'adversaire rôde aux contours de la surface tchèque.

Mais même avec cinq défenseurs, la Reprezentace concédait des espaces béants sur les ailes, notamment couloir gauche où Jankulovski était aux abonnés absents. De ce couloir, Altintop servait en retrait Turan dont le tir placé à ras de terre trouait l'angle fermé de Cech (1-2, 75e). Toujours depuis l'aile gauche, Altintop voyait son centre relâché par le portier de Chelsea, permettant ainsi à Nihat de conclure l'affaire dans le but vide (2-2, 87e). On pensait alors avoir une improbable séance de tirs aux buts dans un match de poules mais le capitaine de la Turquie trouvait la lucarne sur une frappe enroulée (3-2, 89e).

Un ultime quart d'heure totalement inouï qui allait s'étendre jusqu'au temps additionnel où Volkan, coupable d'un incompréhensible coup de boule zidanesque sur Koller (90+3), laissait son équipe à dix au même titre que ses cages vides. Mais heureusement pour la sélection de Fatih Terim, Tuncay, le milieu de terrain promu gardien, n'a jamais eu à intervenir sur des tentatives désespérées de la République tchèque. Eliminée, la Reprezentace ne disputera pas le troisième quart de finale de son histoire. En revanche, elle pourra se préparer à un changement d'ère.

0
0