Eurosport

Euro 2016 - Fiche : L'Irlande du Nord (Groupe C), vraiment aucune chance ?

L'Irlande du Nord, vraiment aucune chance ?
Par AFP

Le 12/06/2016 à 00:16

EURO 2016 - En éliminatoires, l'Irlande du Nord a profité d'un groupe aisé pour obtenir sa première qualification à l'Euro. Reste à savoir si sa recette peut fonctionner en compétition, dans une poule difficile.

Comment elle s’est qualifiée

L'Irlande du Nord a parfaitement joué sa carte en éliminatoires en sortant première d'un groupe facile avec six victoires, trois nuls et une défaite pour disputer sa première compétition depuis le Mondial 1986. Ce sera nettement plus ardu de refaire le coup lors de son premier Euro, avec l'Allemagne, la Pologne et l'Ukraine dans le groupe C. La sélection a construit sa qualification sur trois victoires d'entrée et les sept buts en neuf matches de Kyle Lafferty, l'attaquant de Birmingham. Elle reste sur dix matches sans revers.

Josh Magennis (Irlande du Nord)

Josh Magennis (Irlande du Nord)AFP

La grande question : son jeu défensif peut-il freiner Allemands et Polonais ?

La Green and White Army arrive sans pression et personne ne compte sur elle. L'expérience de sa défense, même si elle est vieillissante, est également son atout premier. Le groupe ne compte aucun joueur majeur, entre des défenseurs titulaires dans des clubs de milieu de tableau de Premier League, des attaquants grognards en 2e division, et des milieux qui rajeunissent l'effectif. Même si le comportement de l'équipe contre des nations majeures est une grosse inconnue car elle n'en a plus affrontée depuis longtemps, elle a montré, en éliminatoires du Mondial 2014, qu’elle était capable d’accrocher le Portugal (1-1) ou la Russie (1-0). Mais cette fois, le contexte est différent. Les adversaires, aussi.

Le sondage

Jusqu'où ira l'Irlande du Nord ?

Sondage
1338 vote(s)
Premier tour
Huitième de finale
Quart de finale
Demi-finale
Finale

L’équipe probable

Probable Northern Ireland XI at Euro 2016

Le sélectionneur : Michael O'Neill

Michael O'Neill, l'ex-milieu aux 31 sélections, désormais âgé de 46 ans, dirige l'équipe depuis décembre 2011. Il a prolongé jusqu'en 2020 après une qualification quasi-historique. Suite à un court passage dans la finance à la fin d'une carrière pro honorable mais sans point d'orgue, il s'est lancé dans le coaching en 2006. En éliminatoires du Mondial 2014, son équipe, devenue moins inconstante, avait déjà laissé entrevoir quelques promesses, avec un nul au Portugal (1-1) ou une victoire contre la Russie (1-0).

La star : Aaron Hughes

Avec ses 98 sélections depuis 1998, Aaron Hughes est sans conteste la vedette d'un groupe qui en manque cruellement. Derrière la légende Pat Jennings, il est le deuxième joueur le plus capé du pays. A 36 ans, ce produit du centre de formation de Newcastle n'est plus un titulaire mais il reste la caution internationale de l'équipe avec ses 455 matches de Premier League. Capitaine de 2003 à 2011, il a pris une première retraite dont il est sorti un an plus tard. Capable d'occuper tous les postes défensifs, il évolue désormais en Australie, à Melbourne.

La star des réseaux sociaux : Will Grigg

Il évolue à Wigan, en League One, troisième division anglaise. Il ne sera probablement pas titulaire. Mais un supporter de son club l’a rendu célèbre en détournant le titre "Freed from Desire" pour le transformer en "Grigg is on fire". Rien que pour l’ambiance dans les tribunes, on le réclame dans le 11.

La statistique : 56%

Pour toute équipe basée sur une stratégie défensive, les coups de pied arrêtés sont une véritable arme. En qualifications, l’Irlande du Nord a marqué 56% de ses buts sur ces phases de jeu, plus fort ratio des sélections qualifiées.

0
0