Le jeu : Le rouleau-compresseur anglais

L'Angleterre est allée la chercher. Les Anglais ont livré une partie d'une intensité incroyable, avec un pressing infernal et un esprit de conquête de tous les instants. Un véritable rouleau-compresseur auquel le Danemark a brillamment résisté, avec ce courage et cette solidarité qui l'auront caractérisé jusqu'au bout du tournoi. Mais plus le match avançait, moins les Danois parvenaient à ressortir les ballons. Ils ont inéluctablement reculé sous les coups de boutoir anglais, avant de partir à la faute sur une énième percussion de Raheem Sterling. Impossible de nier le mérite de l'Angleterre, même si ce penalty validé par le VAR qui lui offre la finale ne paraissait pas si évident.

Les joueurs : Schmeichel, digne héritier

Euro 2020
L'Angleterre au rendez-vous de sa finale
07/07/2021 À 21:36
Le papa a été l'un des héros du sacre du Danemark en 1992. Le fiston ne soulèvera pas le trophée mais il n'a vraiment pas à rougir de la comparaison. Kasper Schmeichel a maintenu les siens dans le match avec deux parades exceptionnelles, l'une face à Harry Maguire et l'autre face à Kane. Et il n'a vraiment pas été loin d'écoeurer définitivement les Anglais sur le penalty finalement transformé en deux temps par Kane. Les Danois ont également pu compter sur l'abattage monumental de la paire Delaney-Hojbjerg au milieu et le talent de Mikkel Damsgaard, incisif et buteur sur un sublime coup franc.

Kasper Schmeichel, la folle parade

Crédit: Getty Images

L'Angleterre avait aussi son feu-follet avec Raheem Sterling. L'ailier de Manchester City n'a pas marqué, mais il a multiplié les différences avant d'être décisif en obtenant le penalty de la victoire. Dans le secteur défensif, Harry Maguire a été une nouvelle fois impérial dans la charnière anglaise tandis que Kyle Walker s'est montré impeccable sur son côté droit. Comme Luke Shaw à gauche, même si le latéral de Manchester United s'est rendu coupable d'une faute largement évitable sur l'ouverture du score danoise. Mention aussi à la paire Rice-Phillips, infatigable à la récupération.

Le facteur X : Kane… à peu de choses près

Il n'a pas tout réussi et a été le plus souvent contraint de décrocher. Ce qui lui a permis d'adresser un bijou de passe sur l'ouverture du score anglaise. Mais Kane était attendu face au but et il a longtemps déçu dans ce domaine. Surtout au bout du temps réglementaire avec une reprise manquée sur un caviar de Jack Grealish. Et jusqu'à ce penalty. Il était vraiment mal frappé. Kasper Schmeichel aurait même pu le bloquer. Mais le portier danois n'a pas su éviter d'offrir une deuxième chance au buteur des Three Lions. Et Kane a pu endosser le costume de héros. A peu de choses près, il avait celui du zéro.

Le Danemark s'est-il fait voler ?

La stat : 726

Là aussi, cela ne s'est pas joué à grand-chose. Mais Jordan Pickford est bel et bien entré dans l'histoire de la sélection anglaise face au Danemark. Le gardien des Three Lions a fait tomber le record du légendaire Gordon Banks, resté invaincu durant 720 minutes entre mai et juillet 1966. Pickford a finalement tenu six minutes de plus avant de s'incliner sur le coup franc de Damsgaard et de concéder ainsi son tout premier but dans cet Euro 2020. Cela n'a pas empêché l'Angleterre de se qualifier pour sa première finale de tournoi international depuis… 1966.

La décla : Raheem Sterling (attaquant de l'Angleterre)

Il y avait absolument penalty, je suis entré dans la surface, il a placé sa jambe en opposition et il y avait clairement penalty.

La question : Pourquoi l'Angleterre peut se sentir plus forte que jamais ?

C'est une qualification hautement symbolique pour l'Angleterre. Elle avait trop souvent échoué au stade des demi-finales pour ne pas voir le spectre d'une élimination face au Danemark. Même au terme d'un match qu'elle a totalement dominé. Surtout au bout d'une rencontre où elle s'est retrouvée menée. La sélection de Gareth Southgate n'avait jamais vécu cette situation depuis le début du tournoi. Elle a su réagir. Avec son talent, mais surtout avec son cœur et son caractère.
Podcast
C'est bien ce qui lui a permis de forcer son destin. Parce que l'Angleterre avait justement un modèle du genre en face d'elle. Le Danemark n'a pas déployé le jeu offensif qui avait fait sa force depuis le début du tournoi et le mérite en revient essentiellement aux Anglais. Mais cette équipe n'en a pas moins opposé une résistance bluffante, de nature à faire douter la formation de Southgate même au plus fort de sa domination sur la rencontre. Il fallait vraiment être costaud pour se défaire de ces Danois. C'est bien le qualificatif qui convient le mieux aux Three Lions.
Le plus symbolique, c'est peut-être que cette qualification tant attendue pour la finale soit acquise sur un penalty. C'est peut-être un détail et ce n'était pas sur une séance de tirs au but, exercice fatal aux Anglais en demi-finale du Mondial 1990 et de l'Euro 1996. Mais que Kane le transforme même maladroitement reste le meilleur moyen d'exorciser les démons de 1996 et du tir au but manqué par Southgate. Une raison de plus pour l'Angleterre de se sentir plus forte que jamais. Mais c'est bien dimanche face à l'Italie qu'il faudra le confirmer.

La célébration des Anglais

Crédit: Getty Images

Qualif. Coupe du monde
La Pologne freine l'Angleterre
08/09/2021 À 20:43
Qualif. Coupe du monde
L'un s'épanouit en sélection, l'autre en club : Kane-Lewandowski et les deux chemins du bonheur
07/09/2021 À 22:04