Getty Images

La Rojita revient sur le toit de l'Europe

La Rojita revient sur le toit de l'Europe

Le 30/06/2019 à 22:36Mis à jour Le 01/07/2019 à 01:00

EURO ESPOIRS - La Rojita s'installe à nouveau au sommet du football européen. Dans un remake de la finale 2017, les espoirs espagnols ont pris leur revanche en dominant leurs homologues allemands (2-1) à Udine. C'est leur cinquième sacre dans la compétition, le premier depuis 2013.

L’Espagne fait aussi bien que l’Italie. Ce dimanche soir, la Rojita a remporté le cinquième titre de champion d’Europe Espoirs de son histoire, en battant l’Allemagne (2-1). A la Dacia Arena d’Udine, les Allemands se sont montré bien incapables de conserver leur titre acquis il y a deux ans, et ont subi les foudres de Fabian Ruiz, pour l’ouverture du score (7e), puis Dani Olmo, qui a doublé la mise (69e). La réduction du score de Nadiem Amiri (88e) n’a finalement pas suffi. Privés de titre depuis 2013, les hommes de Luis de la Fuente retrouvent leur trône et le toit de l’Europe.

Comme un air de déjà-vu. En 2017, lors du dernier Euro Espoirs, l’Allemagne avait remporté le titre… contre l’Espagne (1-0). Deux ans après, les deux sélections se sont donc retrouvées au même stade de la compétition. A l’époque, six joueurs espagnols étaient déjà présents. Une expérience qui a payé d’entrée. Car le meilleur joueur de cette édition 2019, Fabian Ruiz, bien aidé par Mikel Oyarzabal, a ouvert le score d’une frappe enroulée du gauche, des 20 mètres (1-0, 7e).

Fabian Ruiz et l'Espagne au sommet.

Fabian Ruiz et l'Espagne au sommet.Getty Images

Le but d’Amiri n’a finalement rien changé

Cueillis à froid, les Allemands ont progressivement repris le dessus dans cette rencontre, mais se sont montré particulièrement maladroits dans la surface de réparation adverse. Même Luca Waldschmidt n’a rien pu faire pour les siens. Auteur de sept des quatorze buts de la Nationalmannschaft avant cette finale, l’attaquant, meilleur buteur de la compétition, a même bien failli quitter ses partenaires prématurément, après avoir été victime d’un très violent tacle de la part de Jesus Vallejo. Un capitaine espagnol seulement averti pour cette faute.

Les Allemands ont fini par attendre la 47e minute de jeu avant d’accrocher enfin le cadre, grâce à une puissante frappe de Nadiem Amiri, mal repoussée par Antonio Sivera. Finalement, les espoirs espagnols ont su se montrer patients. Après une première tentative de Ruiz, mal relâchée par Alexander Nübel, Dani Olmo a su exploiter le coup à fond, pour doubler la mise (2-0, 69e).

En toute fin de rencontre, la frappe déviée de Nadiem Amiri n’a offert qu’un court espoir à ses coéquipiers (2-1, 88e). L’Espagne et sa génération dorée, auteurs de quatre finales sur leurs cinq derniers tournois, étaient bien trop forts. Grâce à ce succès, les Espagnols complètent donc leur moisson de titres européens, après 1986, 1998, 2011 et 2013. En revanche, l’Allemagne perd sa quatrième finale, après 1978, 1980 et 1982.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0