Un artiste a tiré sa révérence. Juan Roman Riquelme a officialisé sa décision dimanche soir de prendre sa retraite, à 36 ans. "C'est pour moi un jour important parce que j'ai décidé de ne plus jouer au football, a déclaré l'idole de Boca Juniors sur ESPN, mettant ainsi un terme à une carrière longue de 18 ans. Après avoir vécu tous mes rêves avec Argentinos et Boca Juniors, il me semble que c'est le meilleur moment. C'est une nouvelle vie qui commence pour moi et je ne sais pas si elle sera liée au football."
Le tweet
Après avoir démarré sa carrière avec Argentinos Juniors, Juan Roman Riquelme a fait le bonheur de Boca Juniors, club qu'il avait rejoint en 1996. Il y a effectué l'essentiel de sa carrière, inscrivant 89 buts en 388 matches et remportant cinq titres de champion (1998, 1999, 2000, 2008 et 2011), trois coupes Libertadores (2000, 2001, 2007) et une coupe Intercontinentale face au Real Madrid, en 2000 (2-1). C'est lors de cette rencontre qu'il s'était révélé aux yeux du monde entier en compagnie du buteur Martin Palermo, auteur des deux buts de la victoire face au club merengue.
Football
Champions du monde 1998 : ce qu'ils font aujourd'hui
26/01/2015 À 11:26
Le tweet

L'échec à Barcelone, le succès à Villarreal

Le public a découvert un meneur de jeu atypique, presque anachronique. Un numéro 10 "à l'ancienne", positionné assez bas, remontant les ballons par étapes grâce à une remarquable vision du jeu et une qualité de passe exceptionnelle, notamment dans le jeu long. Sa couverture du balle était un cauchemar pour les défenseurs, ses coups francs un calvaire pour les gardiens, et son instinct du dribble un régal pour les supporters. La vitesse n'a jamais été son point fort. C'est dans la transmission qu'il imprimait son rythme au jeu, et c'est principalement en cela qu'il se démarquait des meneurs modernes au milieu du début du XXI siècle.
Sa carrière européenne a démarré sur un échec à Barcelone, où il a été transféré en 2002 pour une somme estimée à 11 millions d'euros. Pas vraiment dans les plans de Louis van Gaal, Riquelme n'est resté qu'une saison en Catalogne avant de partir faire le bonheur de Villarreal.  Durant quatre saisons, il s'est imposé comme le maître à jouer du sous-marin jaune, remportant le prix Don Balon du meilleur joueur étranger de Liga en 2005 avant de conduire sa formation jusqu'aux demi-finales de la Ligue des champions en 2006, une première dans l'histoire du club espagnol. Un exploit teinté d'amertume, car Riquelme a manqué à la 90e minute du match retour un penalty qui aurait envoyé son équipe en prolongation face à Arsenal (0-1, 0-0).

Juan Roman Riquelme, après son penalty manqué avec Villarreal face à Arsenal.

Crédit: AFP

Joueur le plus populaire de Boca

Quelques semaines plus tard, Riquelme a participé à la Coupe du monde 2006 avec l'Argentine, avec laquelle il compte 51 sélections et 17 buts. Le meneur argentin a connu son meilleur moment avec l'Albicelste en 2008, en remportant la médaille d'or aux Jeux Olympiques de Pékin. Cette même année, il est retourné définitivement à Boca Juniors après un premier prêt en 2007. Il a surtout été élu joueur le plus populaire de histoire de Boca Juniors, un immense honneur dans un club dont le nom est éternellement associé à celui de Diego Maradona.
Le tweet
Parti une première fois de Boca en juillet 2012, avant de revenir début 2013 pour le plus grand bonheur de ses supporters, Riquelme a fini sa carrière sur une note positive en reconduisant Argentinos Juniors en première division. "J'ai pris la décision qui me paraît la plus juste, a-t-il conclu. Je ne me sens plus de porter un autre maillot au pays. J'ai essayé de tout donner à Boca, Argentinos, Villarreal, Barcelone, et avec la sélection. Je suis très heureux de la carrière que j'ai pu faire". Un plaisir partagé par tous ceux qui ont eu la chance de le voir jouer.

Juan Roman Riquelme a été élu joueur le plus populaire de Boca Juniors.

Crédit: AFP

Football
Pourquoi Trezeguet n’est pas devenu le meilleur buteur de l'histoire des Bleus
26/01/2015 À 10:51
Football
Cette fois, c'est sûr : Trezeguet s'en va à son tour
25/01/2015 À 22:52