Pape Diouf a été emporté par le coronavirus, a-t-on appris mardi. La RTS, chaîne de télévision publique sénégalaise, l'a annoncé en début de soirée. L'Agence France-Presse, citant des proches de Pape Diouf, a confirmé la triste nouvelle. Il était âgé de 68 ans. L'ancien président de l'Olympique de Marseille était hospitalisé à Dakar, sous assistance respiratoire, et devait revenir en France par avion sanitaire dans la nuit. Un vol spécial avait été affrété à cet effet par l'ambassade de France au Sénégal. Selon les autorités sanitaires locales, le décès de Pape Diouf est le premier lié au Covid-19 dans le pays.
Durant toute sa vie, Pape Diouf aura été intimement lié au football et à Marseille. Deux passions qui ont jalonné son parcours. Arrivé de Dakar dans la cité phocéenne alors qu'il n'était pas encore majeur, le jeune homme s'est lancé dans le journalisme pour le quotidien La Marseillaise. Quotidien pour lequel il suivit… l'Olympique de Marseille. Une première carrière de journaliste sportif qui l'entraîna vers un autre métier : agent de joueurs.
Ligue des champions
Une finale à l'accent anglais : Chelsea étouffe le Real pour rejoindre City
IL Y A UNE HEURE
Pendant près de deux décennies, Pape Diouf, homme à la verve certaine, va gérer les destinées et les carrières de joueurs tels que Basile Boli, Marcel Desailly, William Gallas, Habib Beye ou encore de Didier Drogba. Beaucoup d'entre eux passeront par la case Olympique de Marseille et s'y feront un nom.

Un nom à Marseille

Lui aussi finira par s'y faire un nom : en mai 2004, Pape Diouf arrive au club pour y occuper le poste de manager général. Le grand public découvre le personnage et son phrasé reconnaissable entre mille. Cette fonction, il ne va guère l'occuper longtemps, puisque Christophe Bouchet est évincé avant la fin de la même année et Robert Louis-Dreyfus, alors propriétaire du club, décide de confier les rênes au natif d'Abéché. L'une de ses meilleures décisions.
Malgré une finale de C3 la saison précédente et une 3e place en fin de saison 2002/2003, l'Olympique de Marseille joue au yo-yo en Ligue 1 depuis sa remontée parmi l'élite en 1996. Sous la gouvernance de Pape Diouf, le club phocéen va se stabiliser sur les hauteurs du championnat. Entre 2005 et 2009, ses années de présence à la tête de l'OM, il pourra se targuer d'avoir envoyé Marseille en Ligue des champions trois saisons de suite. Entre 2007 et 2009, les Marseillais ne quittent jamais le podium et passent à deux doigts du titre à l'issue de l'exercice 2008/2009, battus par Bordeaux.
https://i.eurosport.com/2015/12/30/1759396.jpg

L'architecte du retour de l'OM

Le titre, finalement, est la seule ligne (de palmarès) qui manque à son CV. Pape Diouf l'aurait mérité. Pape Diouf l'a indirectement glané, quand l'Olympique de Marseille a mis fin à dix-sept ans de disette la saison suivant son départ. Alors qu'il venait de sortir Didier Deschamps de sa poche - en remplacement du partant Eric Gerets -, Pape Diouf, en conflit avec Vincent Labrune et en désaccord profond avec RDL, quitta le navire.
"Que ceux qui s'attaquent à Pape Diouf sachent qu'ils nous trouveront en travers de leur route et qu'ils ne seront jamais les bienvenus à Marseille", avaient communiqué en choeur les associations de supporters olympiens en cette fin de printemps 2009. Cela n'avait rien changé, Pape Diouf était parti et l'OM avait réussi le doublé championnat - Coupe de la Ligue au terme de la saison, mettant ainsi fin à dix-sept ans de disette. Il n'a jamais plus dirigé de club après cela, partageant sa vie entre diverses activités, jusqu'à une incursion dans la vie politique. Mardi, il est parti. Et laisse un grand vide. A Marseille, comme ailleurs.
Ligue 1
Bagarre après Monaco-OL : Fin de saison pour Geubbels, De Sciglio et Marcelo suspendus un match
IL Y A UNE HEURE
Premier League
Manchester United-Liverpool reprogrammé le 13 mai
IL Y A 2 HEURES