Other Agency

Barcelone, année zéro

Barcelone, année zéro
Par Eurosport

Le 08/05/2008 à 10:45Mis à jour

Condamné à la troisième place après sa défaite chez le Real Madrid (4-1), le FC Barcelone a connu le point d'orgue d'une saison noire. Il n'a jamais su donner l'image d'une équipe irrésistible comme le promettait son recrutement ambitieux. L'heure est à l

Cette fois c'est sûr, Barcelone a tout raté cette saison. Les dernières illusions de sauver ce qui pouvait l'être ont été définitivement balayées mercredi soir. L'humiliation suprême, la haie d'honneur faite par les joueurs catalans pour le sacre du Real Madrid, s'est suivie d'une véritable déroute sur la pelouse de Santiago Bernabeu. Un score sans appel (4-1), une "goleada" comme disent les Espagnols, pour une défaite qui condamne définitivement le Barça à terminer troisième de la Liga. Relégués à sept points de Villarreal, les Catalans peuvent dire adieu à la deuxième place, synonyme de qualification directe pour la prochaine Ligue des Champions. Et encore, les hommes de Frank Rijkaard seraient bien inspirés de prendre au moins un point lors des deux dernières journées, car Séville n'a plus que six longueurs de retard...

    Le président du FC Barcelone s'était pourtant donné les moyens de réussir la saison de tous les éclats avec un recrutement facturé à 64 millions d'euros, et une association Ronaldinho-Messi-Henry-Eto'o qui avait de quoi terroriser l'Europe sur le papier. Mais la mayonnaise n'a jamais pris, et ceux qu'on avait baptisés les "Quatre fantastiques" sont finalement tombés dans les mêmes travers que les "Galactiques" madrilènes quelques années auparavant. Jamais Rijkaard n'a trouvé le moyen de donner une vraie solidité défensive à une équipe qui n'a cessé de miser sur ses individualités en attaque. Pourtant, le technicien néerlandais avait forgé la qualité du Barça sur un collectif fait de jeu à une touche de balle et de redoublement de passes les années précédentes. Celui-ci a volé en éclats. C'est bien dommage.

    Laporta joue sa tête

    Si Rijkaard, dont le départ est déjà acquis, sera le premier à en faire les frais, il ne sera pas le seul dans ce cas-là. Critiqué par les socios, qui réclament sa démission, Laporta jouera lui aussi sa place à la tête du club la saison prochaine, s'il tient jusque-là. Le président du Barça n'a pas le droit à l'erreur après le fiasco de cette saison. Après avoir approché Jose Mourinho et Michael Laudrup, l'entraîneur de Getafe, Laporta va finalement se tourner vers une solution interne pour remplacer Rijkaard. L'heureux élu s'appelle Josep Guardiola, figure emblématique du club et actuellement en charge de la réserve du Barça.

    Enfin, heureux, façon de parler. Car Guardiola, qui remplacera le Néerlandais à la fin de la saison, a du pain sur la planche. Personne ne veut de Ronaldinho, qui a stigmatisé les tensions au sein du vestiaire catalan cette saison. Il semble pourtant que le départ du Brésilien soit indispensable pour ramener une certaine harmonie au club. Un temps imminent, son transfert au Milan AC parait de plus en plus improbable. Samuel Eto'o, également au centre de quelques polémiques, devrait également quitter le club. Emmanuel Adebayor, dont la piste semble cependant se refroidir, ou Karim Benzema sont pressentis pour lui succéder. Mais Guardiola serait également inspiré de chercher un ou deux défenseurs centraux, tant les rendements de Gabriel Milito, Lilian Thuram et Carles Puyol ont été insuffisants cette année. Le nom d'Ezequiel Garay (Santander) est murmuré avec de plus en plus d'insistance dans les travées du Nou Camp. Qui ne pardonnera certainement pas à Laporta une troisième saison blanche l'an prochain.

    0
    0