AFP

Un seul maître, le Barça

Un seul maître, le Barça
Par Eurosport

Le 10/04/2010 à 23:42Mis à jour

Comme à l'aller, le FC Barcelone a remporté le Clasico face au Real Madrid (0-2), samedi lors de la 31e journée de la Liga. Efficaces et bien mieux organisés que les Madrilènes, les Catalans reprennent la tête du Championnat d'Espagne et comptent désormais trois longueurs d'avance sur le Real.

REAL MADRID - FC BARCELONE : 0-2
Buts : Messi (33e), Pedro (56e)

Le Real Madrid n'a pas démérité. Il s'est simplement heurté à la meilleure équipe du monde. Pas sûr que cela consolera les Madrilènes, battus pour la quatrième fois consécutive par le rival honni qui vient de leur passer à cette occasion onze buts (contre seulement deux encaissés). Le club de Florentino Perez boit donc le calice jusqu'à la lie face à un adversaire qui vient peut-être de lui ravir la Liga dans son antre de Santiago-Bernabeu avant de, peut-être, y disputer prochainement la finale de la Ligue des Champions. Grâce à ce succès, les Catalans possèdent désormais trois points d'avance sur les Merengue et même un peu plus puisqu'en cas d'égalité à la fin du championnat, les Blaugrana seraient sacrés au bénéfice de leurs deux succès lors des confrontations directes.

Si elle n'a pas eu l'éclat de la démonstration de l'an passé (2-6), la victoire des Barcelonais est toutefois plus probante que le succès étriqué du match aller (1-0). Privé de l'unique buteur au Camp Nou, Ibrahimovic, ainsi que d'Inesta, Guardiola surprend tout son monde en alignant d'entrée une équipe hybride où Puyol joue arrière-droit, Piqué et Milito composant la défense centrale, et où Dani Alves occupe un rôle de piston entre le milieu et l'attaque catalane. Pas de Français sur la pelouse, Abidal étant blessé, Henry, Benzema et Lass Diarra occupant le banc des remplaçants. De là, les Tricolores assistent à une entame extrêmement musclée des deux côtés. Les fautes pleuvent, les occasions se font attendre. Quatre cartons jaunes en une demi-heure, le choc annoncé vire au vinaigre... Comme souvent, c'est encore Lionel Messi qui va transformer l'eau en vin. Un coup-franc joué rapidement, une merveille de passe piquée de Xavi qui trouve l'Argentin lancé en profondeur et le reste ne s'apprend pas dans les écoles de foot : contrôle orienté de la poitrine du roi Leo qui déséquilibre Albiol et frappe du droit dans un trou de souris pour tromper Casillas (0-, 33e). Messi inscrit là son 27e but en Liga, le 40e toutes compétitions confondues et fait taire Bernabeu. Le Real, groggy, ne s'en remet pas vraiment et regagne le vestiaire la tête basse. D'autant que le Barça fait du Barça et commence à "geler" le ballon...

Quand Xavi régale

Mis en confiance par l'ouverture du score, le Barça ne tombe pas dans l'un de ses rares travers qui consiste à sombrer dans la facilité quand il mène au tableau d'affichage. Puyol et Piqué réalisent un match de titan derrière et Xavi rayonne comme jamais dans l'entrejeu. C'est encore lui qui adresse une nouvelle offrande à Pedro, parti à la limite du hors-jeu. La prise de balle est parfaite, de même que sa conduite puis son enroulé du pied gauche (0-2, 56e), le break est fait. Le match aurait néanmoins pu prendre une autre tournure si, dans la foulée, van der Vaart, pourtant en position de hors-jeu mais non signalé comme tel par l'arbitre, n'avait manqué son face-à-face avec Valdes. Un Valdes impérial tout le long du match qui confirme qu'il a vraiment pris une nouvelle dimension cette saison. Dans le découragement qui saisit alors les Madrilènes, Cristiano Ronaldo est bien l'un des seuls à surnager. Le Portugais se démultiplie sur tous les fronts de l'attaque mais la réussite, dans ses centres, ses tirs ou ses coups-francs, n'est pas au rendez-vous. Non, ce soir, l'adresse et la vista sont l'apanage de Xavi Hernandez. Le milieu blaugrana réussit tout, ou presque, ce qu'il entreprend. Notamment cette nouvelle passe téléguidée dans les pieds de Messi mais là, c'est Saint-Iker qui réalise le miracle (72e) ! Les entrées conjuguées de Raul, Guti et Benzema ne changeront pas la donne pour les hommes de Pellegrini qui enregistrent donc leur première défaite à domicile de la saison après quinze succès de rang. Il fallait une grande équipe pour mettre un terme à cette série. Le Barça en est une. Qui en doutait ?

MALAGA - FC SEVILLE : 1-2
Buts : Caicedo (17e) pour Malaga et Cala (66e), Lolo (85e) pour le FC Séville

VILLARREAL - GIJON : 1-0
But : Godin (16e)

TENERIFE - VALLADOLID : 0-0

XEREZ - GETAFE : 0-1
But : Rafa (60e)

0
0