Reuters

Benzema en sort grandi

Benzema en sort grandi
Par Eurosport

Le 11/12/2011 à 02:16Mis à jour Le 11/12/2011 à 02:24

Malgré la défaite à domicile du Real face au Barça (1-3) lors du Clasico, Karim Benzema a su tirer son épingle du jeu. Préféré à Gonzalo Higuain, auteur du but le plus rapide de l'histoire des confrontations entre les deux clubs, l'international français s'est donné sans compter.

Vingt-trois secondes. C'est le temps qu'il aura fallu à Karim Benzema pour se mettre en évidence dans le 163e Clasico de l'histoire de la Liga. Lui qui avait goûté plus que de raison au banc de touche lors des multiples affrontements du printemps dernier n'a pas perdu de temps à se mettre en avant, samedi. En vrai renard des surfaces, il s'est retrouvé à la conclusion d'une action initiée par un dégagement raté de Valdès pour ouvrir le score d'une reprise du droit au niveau des six mètres. Son huitième but personnel en Liga et sa treizième réalisation toutes compétitions confondues. Le Français a ainsi marqué de son empreinte cette partie avec le but le plus rapide de l'histoire des Clasicos. Malheureusement pour lui, cela n'a pas suffi.

AFP

La polyvalence de Benzema

Son activité ne s'est pas limitée dans le secteur de la finition. Le nouveau Benzema, qui émerge depuis cet été, est aussi beaucoup plus collectif. Il participe énormément au jeu, n'hésite pas à se déplacer, à dézoner. On le voit aussi sur la gauche, sur la droite et même décrocher pour servir de point d'appui, à coup de déviations astucieuses. Balle au pied, il peut aussi bien fixer son défenseur pour décaler dans le bon tempo un partenaire ou trouver une solution dans un petit périmètre d'un geste technique inspiré. A la récupération et dans le replacement, l'ancien Lyonnais n'a pas non plus donné sa part au chien.

Tout ceci lui offre un atout supplémentaire dans sa lutte à distance avec son concurrent direct Gonzalo Higuain. Les deux hommes ont d'ailleurs été associés pour les 20 dernières minutes, décalant ainsi l'attaquant des Bleus sur la côté gauche. Mais au fil des minutes, et cela se sentait déjà dès le début de la deuxième période, le Français a perdu de son influence offensive. A l'image de toute son équipe qui a sombré petit à petit face à la domination barcelonaise. Mais ça, Benzema n'y pouvait rien.

0
0