Le week-end avait commencé dans une drôle d'ambiance à Barcelone, avec les déclarations évasives du Pep Guardiola quant à son avenir, plus que jamais incertain au-delà de l'été 2012. Mais il s'est terminé dans la joie. Dimanche soir, au Camp Nou, le Barça a affiché son meilleur visage. Irrésistible, les Catalans ont passé Valence, troisième de la Liga, à la moulinette. "On a vu le meilleur Barça", a d'ailleurs jugé Unai Emery, le coach de Valence. L'espace d'un soir, Barcelone a tout oublié. Les doutes de Guardiola, la punition infligée à Gerard Pique, la défaite à Osasuna et la large avance du Real en tête du classement.
Symboles de cette réussite retrouvée, Lionel Messi et Xavi. Le triple Ballon d'Or a rendu une copie parfaite en marquant quatre buts. Après l'ouverture du score de Valence, l'Argentin a vite chassé les nuages. Deux buts en cinq minutes avant la demi-heure de jeu, deux autres en fin de match. Quant à Xavi, de retour de blessure, il a clôturé la marqué dans le temps additionnel, cinq minutes après avoir remplacé Iniesta. Autant de raisons de sourire pour Guardiola. Mais c'est bien la performance collective de son groupe qui a ravi le technicien blaugrana. "Ce soir, nous avons vraiment très bien joué. Je suis particulièrement heureux de ce que j'ai vu sur le terrain", a-t-il souligné.
Guardiola: "Je ne crois pas que nous méritions d'être 10 points derrière le Real"
Liga
Barcelone 5, Messi 4, Valence 1
19/02/2012 À 22:24
Si heureux que Guardiola entend faire de cette rencontre une forme de référence pour les trois mois à venir. "Nous avons de gros challenges qui nous attendent d'ici la fin de saison, avec le championnat, la Ligue des champions et la Coupe du Roi, rappelle-t-il. Il est indispensable de poursuivre sur la lancée de ce que nous avons fait cette semaine, à Leverkusen et surtout ce soir contre Valence. Si nous jouons comme ça, on peut être optimiste." Un avis aussitôt partagé par Leo Messi, lequel ne s'est pas épanché sur sa propre performance. "L'important, c'est que l'équipe ait retrouvé son jeu comme en Allemagne", souligne le buteur argentin, désormais sur les talons de Cristiano Ronaldo au classement du pichichi (28 -27 à l'avantage du Portugais).
N'empêche, comme n'importe qu'elle équipe, le Barça a besoin de ses leaders pour avancer. La rentrée de Xavi est à ce titre peut-être la meilleure nouvelle de la soirée. "Sans Xavi, les choses sont différentes, concède Guardiola. C'est un joueur unique, on ne peut pas le remplacer. Et je ne parle pas seulement du joueur fantastique qu'il est sur le terrain, mais aussi de ce qu'il apporte en dehors. C'est un gars qui arrive systématiquement dix minutes avant tout le monde à l'entraînement. Il guide les autres." Revigorés et, sans doute aussi, un peu rassurés, les Catalans sont donc prêts à se lancer dans la dernière ligne droite de la saison.

2012 Liga Barcelone Xavi

Crédit: AFP

Reste à savoir si, en Liga, le mal n'est pas déjà fait avec ces dix points de handicap sur le Real. Un retard dont l'ampleur laisse un goût amer à pep Guardiola. "Je ne crois pas que nous méritions d'être 10 points derrière le Real vu la façon dont nous avons joué cette saison, juge-t-il. Mais il y a tout un tas de raisons qui expliquent cette situation." Cet écart existe bel et bien en tout cas. Est-il insurmontable? "Ce sera très difficile de revenir", admet l'ancien milieu de terrain, avant de se raccrocher une fois encore au match de Valence. "L'important, conclut-il, c'est de garder l'esprit que nous avons eu dans ce match."
Liga
Au Real, tout baigne
19/02/2012 À 08:04
Liga
Guardiola maintient le suspense
18/02/2012 À 18:05