AFP

Infographie - La romantique MSN laissera des traces indélébiles… mais peut-être moins que la BBC

La romantique MSN laissera des traces indélébiles… mais peut-être moins que la BBC

Le 04/08/2017 à 18:19Mis à jour Le 04/08/2017 à 18:21

LIGA - C’était l’un des symboles les plus représentatifs du duel Barça-Real en Liga : le choc de la MSN contre la BBC. D’un côté, Messi, Suarez et Neymar, de l’autre, Cristiano Ronaldo, Benzema et Bale. Maintenant que Neymar est parti, c’est l’heure des comptes. Si le trio barcelonais aura marqué les esprits par sa magie, celui du Real peut se vanter d’une chose : des titres en pagaille.

La fin d’une ère. Très clairement. Ce jeudi, la MSN s’est déconnectée. Désormais hors-ligne, le trio magique composé de Lionel Messi, Luis Suarez et Neymar peut se retourner sur le passé. Car, mine de rien, c’est près de trois ans de cohabitation que ces trois artistes ont vécu ensemble. Et, franchement, cela ressemblait davantage à une colloc façon “Auberge Espagnole” qu’à un triste logement partagé entre des individus que rien ne lie.

Car, que l’on aime ou non le Barça, que l’on aime ou non les acolytes de ce trio, force est de reconnaître une chose : le fameux acronyme va laisser des traces. D’abord statistiques. La MSN, c’est 135 matches joués ensemble pour… 344 buts marqués. Mais ce n’est pas tout.

La MSN c’est (c’était en l'occurrence) aussi une certaine idée du jeu. Bien sûr, le Barça n’a pas changé d’ossature : tout pour Messi, l’homme qui a le dernier mot. Il n’empêche, en alignant ces trois-là ensemble mais, surtout, en les faisant jouer l’un pour l’autre, le club catalan a réussi une prouesse qui a ravi les amoureux de football.

Demandez à Zlatan Ibrahimovic qui n’aura pas réussi à cohabiter avec le lutin argentin. Demandez à Ronaldinho poussé vers le départ pour faire de la place à la Pulga : il n’est pas forcément simple de s’adapter au génie argentin. Neymar dans un premier temps (2013) puis Suarez (2014) dans un second l’ont fait de manière naturelle et avec une complicité réelle. Les messages laissés par l’Uruguayen et l’Argentin au Brésilien l’attestent. Ces trois-là se magnifiaient mutuellement.

" La différence avec Madrid, c'est que Bale, Ronaldo et Benzema ne se renforcent pas mutuellement, mais ils se neutralisent. "

La MSN, c’était des mouvements perpétuels, des combinaisons folles dans des espaces réduits, des passes dans l’intervalle délicieuses, des appels en profondeur foudroyants, des lucarnes, des dribbles vers l’intérieur et des bruits de filets en pagaille. Bien sûr, elle n’a pas toujours trouvé la solution, n’a pas toujours porté sa tenue de gala. Mais l’avantage avec elle, c’est qu’il y avait toujours un des trois pour sauver la mise en cas de galère.

Une blague qui débouchait finalement sur une comparaison éternelle avec la BBC, l’ennemi juré du trio barcelonais. Cristiano Ronaldo, Karim Benzema et Gareth Bale, les leaders d’attaque madrilène, allaient en prendre pour leur grade : “La différence avec Madrid, c'est que Bale, Ronaldo et Benzema ne se renforcent pas mutuellement, mais ils se neutralisent. Si Ronaldo débute un mouvement, c'est lui qui le termine. Pareil pour Bale. Benzema fait ce qu'il peut, mais il ne crée rien", estimait le bouillant Argentin. Si l’on peut discuter l’analyse, notamment pour le rôle donné à Benzema, LE vrai créateur de ce trio, difficile de lui donner tort sur le reste. La force collective dégagée par le triumvirat madrilène n’a jamais autant donner le tournis que celui du Barça.

Les trois hommes sont au-dessus du lot individuellement, là n’est pas la question. Les trois hommes savent combiner, se donner la gonfle au bon moment. Mais l’alchimie n’a jamais été aussi parfaite que celle de la MSN, indubitablement.

La BBC a pris le dessus après 2015

Alors, jeu, set et match MSN ? Pas du tout. Car si l’empreinte de la MSN est réelle, c’est bien l’armoire à trophées du Real qui déborde ces dernières années. Et s’il y a bien une chose qui ne s’efface pas, c’est celle-là. Si le temps viendra effacer petit à petit des mémoires les séquences magnifiques du trio barcelonais, il n’oubliera pas les récompenses madrilènes.

Entre 2014 et ce 3 août 2017, jour qui a officiellement mis fin à l’un des marronniers journalistiques les plus populaires des dernières années, le Real et sa BBC auront remporté deux Ligue des champions consécutives. Sans compter celle de 2014 où Bale aura été primordial mais où Suarez officiait encore du côté de Liverpool.

D’un point de vue individuel, Lionel Messi n’aura pu que constater les dégâts. La naissance d’une MSN surpuissante aura paradoxalement profité à Cristiano Ronaldo, qui a remporté deux Ballon d’Or d’affilée et est d’ores et déjà le grand favori pour le prochain. Comme quoi le football ne fait pas dans le détail. La MSN avait beau être la plus romantique, la BBC l’a battue avec son réalisme. Que Messi, Suarez et Neymar se rassurent cependant : les sentiments, eux, sont éternels.

MSN versus BBC sur les trois ans
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0