Au FC Barcelone, le plus grand bouleversement que la planète ait connu au XXIe siècle n'a rien changé. Ce samedi soir, à Majorque (0-4), chacun a pu retrouver le club catalan comme il le connaissait avant que la pandémie de Covid-19 ne mette le foot à l'arrêt. Le Barça n'est pas encore convaincant, il est même parfois suffisant, mais il avance, indépendamment des performances d'Antoine Griezmann. Trois mois plus tard, on a donc retrouvé le Français là où on l'avait laissé : nulle part.

Il ne suffisait donc pas de se donner des raisons d'y croire, ni même d'espérer. Il y a quelques jours, l'attaquant tricolore s'était dit requinqué, assurant pour le site officiel du club que la pause lui avait "fait du bien" car il avait "besoin de se reposer". Son problème n'était pas physique mais psychologique et, bien malheureusement, sa prestation du soir l'a de nouveau démontré. Aligné dans un trio offensif aussi composé de Lionel Messi et Martin Braitwhaite, Griezmann a encore fait ce qu'il a pu. C'est-à-dire beaucoup moins que ce qu'il est capable de faire.

Liga
C'est le "money-time", c'est l'heure de Zidane
14/06/2020 À 12:27

Cette coupure ne servira pas Griezmann : le fond du problème n’a pas changé

23 ballons touchés, une passe vers l'avant

L'ancien joueur de l'Atlético n'a touché que 23 ballons, moins que tous les autres titulaires barcelonais et à peine plus que Sastre et Pedraza, les deux Majorquins les moins sollicités. "Grizi" a joué dos au but, passé vers l'arrière, couru en retrait. Ces caractéristiques-là ne sont rien d'autres que celles d'un joueur dont la confiance est si profondément rognée, que des semaines entières de confinement n'ont pas suffi à la regagner. A cela, il faut encore ajouter le constat de la faible relation technique nouée avec Lionel Messi, pourtant très en jambes pour la reprise et auteur de deux passes décisives et un but.

Assurément, la presse catalane en fera encore un symbole. Il en existe d'autres. Sa sortie dès la 56e est un signal inquiétant : jamais le joueur de 29 ans n'avait été remplacé si tôt cette saison. Une nouvelle fois, le choix de Quique Setién est sujet à interprétation mais en lançant Nelson Semedo et Arthur - deux joueurs récemment ciblés par les journaux locaux pour des raisons extra-sportives - il a laissé entendre que sur le bord du terrain, aucune de ses décisions n'a été prise au hasard.

Martin Braithwaite, lui, a disputé l'intégralité du match et Luis Suarez n'a pas tardé à offrir une passe décisive à Lionel Messi après son entrée en jeu. Au terme de la rencontre, l'entraîneur Quique Setién a longuement évoqué les performances de ces deux-là, jugeant la prestation de l'ancien Toulousain "satisfaisante" et l'entrée en jeu du Pistolero "spectaculaire". Il s'est abstenu de commenter celle de Griezmann. Une autre manière de le laisser à la marge.

Griezmann sur le départ dès cet été ? "Il faudrait vraiment que sa situation se dégrade"

Liga
Le FC Barcelone reprend en force
13/06/2020 À 22:00
Liga
Fati, première vedette de l’ère Koeman
HIER À 10:54