Enorme surprise à Madrid. Leader à défaut de bien jouer depuis le début de la saison, le Real a chuté à domicile (0-1) face au promu Cadiz, samedi, et voit son adversaire du jour recoller à sa hauteur en tête de la Liga. Incapables de se montrer dangereux, nerveux, les joueurs de Zinedine Zidane n’ont jamais réussi à se libérer et à mettre en difficulté une solide équipe andalouse. Très sereins et récompensés pour leur volonté de produire du jeu, Cadix poursuit son sans-faute à l’extérieur cette saison, avec un troisième succès en autant de matchs.

Ligue des champions
Zidane : "Le responsable de cette situation, c'est moi"
HIER À 20:25

Zinedine Zidane avait prévenu qu’il fallait se méfier de cette équipe de Cadix. Mais même lui ne s’attendait quand même pas à ça. La formation andalouse a surtout fait preuve de solidité défensive couplée à de la solidarité. Des qualités assez habituelles pour les adversaires du Real. Mais les joueurs d'Álvaro Cervera y ont ajouté, notamment en première période, une qualité technique et une volonté de jouer admirable et, surtout très efficace.

Complètement dépassés dans le cœur du jeu, à l’image d’un Luka Modric d’une rare médiocrité et sorti à la pause, les Merengue ont dû se contenter de subir les vagues andalouses. Et, à force de subir, Madrid a fini par craquer, lorsque Lozano a parfaitement exploité une remise de Negredo pour tromper Courtois d’une balle piquée (15e). Une ouverture du score alors parfaitement logique tant Cadix dominait les débats et, sans un excellent Courtois (7e, 14e, 30e) et un manque d’efficacité de Negredo (2e, 13e, 57e), le match aurait été vite plié.

Benzema, seule éclaircie

Mais les Andalous n’ont pas su se mettre à l’abri et l’orgueil madrilène leur a valu de subir la grande majorité de la seconde période. Pourtant, les joueurs de Cervera ont rarement semblé être mis en difficulté par une équipe du Real qui a certes plus tenté mais sans vraiment parvenir à changer de rythme. Les quatre changements réalisés à la pause par Zidane, avec les entrées de Casemiro, Valverde, Militao et Asensio n’ont finalement pas changé grand-chose.

Comme souvent au Real, tout est venu de Benzema et ses (rares) inspirations. Rarement servi dans de bonnes dispositions, le Français a été le premier à inquiéter Ledesma (9e), le seul tir cadré du Real et la seule occasion en première période à l’exception d’une tête non cadrée de Varane, seul au deuxième poteau (36e). Vinicius y est allé aussi de son raté après la pause, lui aussi de la tête, après une sortie ratée de Ledesma (67e).

Mais il a fallu attendre l’entrée de Jovic à un quart d’heure de la fin pour voir le Real pousser véritablement et Benzema a pensé se muer en sauveur mais sa frappe de 20m s’est écrasée sur la barre (81e). Comme le symbole d’un match où rien n’aura réussi aux Madrilènes, qui se consoleront en conservant la tête de la Liga. En compagnie de Grenade et Cadix.

Ligue des champions
Début cauchemardesque pour le Real
HIER À 18:46
Ligue des champions
Stupeur à Madrid : Le Real mené 0-3 à la pause face au Shakhtar Donetsk !
HIER À 17:41